DIRECT-Ukraine : la Russie fait 'tout comme il faut" en Ukraine selon Vladimir Poutine

Image
civils ukrainiens
Région de Kherson, en Ukraine, le  12 octobre 2022. 
AP Photo/Leo Correa.
Partager14 minutes de lecture

La Russie a annoncé qu'elle allait organiser l'évacuation vers son territoire de la population de la région de Kherson dans le sud de l'Ukraine, affirmant répondre à une demande des autorités d'occupation locales. Sur le terrain, malgré ses frappes massives cette semaine dans tout le pays, Moscou reste en difficulté face aux contre-offensives ukrainiennes. 

17h52 TU. Une station électrique en feu à Belgorod après des tirs ukrainiens, selon le gouverneur russe régional. 

Une station électrique située dans la ville russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a pris feu après une frappe ukrainienne, selon le gouverneur régional, Viatcheslav Gladkov.

Il a ajouté qu'il faudrait "jusqu'à quatre heures" pour activer une infrastructure de réserve et rétablir l'alimentation en électricité.

Il n'a pas précisé combien de personnes étaient affectées par cette panne dans cette ville de 330.000 habitants.

17h46 TU. Les Etats-Unis "déçus" que l'Europe ne suspende pas la dette ukrainienne.

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen s'est dite "déçue" que la Commission européenne n'ait pas rejoint le groupe de créanciers (le Canada, la France, le Japon, le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Etats-Unis) qui ont accepté de suspendre pendant deux ans les remboursements de la dette ukrainienne.

"Je dirais honnêtement que je reste déçue que la Commission européenne n'ait pas rejoint le groupe des créanciers pour offrir un allégement du service de la dette à l'Ukraine", a-t-elle déclaré lors d'une réunion à Washington dans le cadre des réunions d'automne du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

"L'Ukraine, comme vous le savez, fait face à un immense déficit de financement et a besoin de tout notre soutien", a-t-elle martelé auprès des ministres des Finances de l'Union européenne et des commissaires européens. 

13h53 TU. Elon Musk ne compte plus payer les services de Starlink en Ukraine.

Le patron de SpaceX, Elon Musk, ne compte plus payer pour les services internet par satellite, Starlink, mis à disposition de l'Ukraine, selon CNN. Selon Elon Musk, l'opération aurait, depuis le printemps dernier, coûté "80 millions de dollars à Space X et dépassera les 100 millions de dollars à d'ici la fin de l'année."

Selon CNN, Space X a fait parvenir, le mois dernier, une lettre au Pentagone. Dans celle-ci, l'entreprise demande au Pentagone de prendre en charge le financement de l'utilisation gouvernementale et militaire de Starlink par l'Ukraine, ce qui, selon SpaceX, coûterait plus de 120 millions de dollars pour le reste de l'année et pourrait coûter près de 400 millions de dollars pour les douze prochains mois.

Les paraboles Starlink sont cruciales pour les communications de l'armée ukrainienne et pour permettre à la population de rester connectés. Quelque 20.000 paraboles seraient entre les mains des Ukrainiens.

13h32 TU. Aucun pourparler prévu entre Poutine et Biden.

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré ne pas voir l'intérêt de pourparlers avec son homologue américain, Joe Biden, même dans le cadre du sommet du G20. Une rencontre à laquelle il ne sait pas encore s'il va y assister.

"Je n'en  vois pas la nécessité, il n'y a pas de plateforme de négociations actuellement."

13h30 TU. Les pays d'ex-URSS "préoccupés" par la guerre en Ukraine.

Après avoir échangé avec les dirigeants es anciennes républiques soviétiques lors d'un sommet d au Kazakhstan, le président russe, Vladimir Poutine, a reconnu qu'ils étaient "préoccupés" par le conflit en Ukraine.

"Bien sûr, les partenaires sont intéressés mais aussi préoccupés par l'avenir des relations entre la Russie et l'Ukraine. Mais cela n'affecte en rien le caractère, la qualité et la profondeur des relations de la Russie avec ces pays."

13h00 TU. Poutine ne juge pas nécessaire de nouvelles frappes massives "dans l'immédiat."

Lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet régional au Kazakhstan, le président russe, Vladimir Poutine, a indiqué qu'il ne jugeait pas nécessaire de nouvelles frappes "massive" sur l'Ukraine "dans l'immédiat". Il a ajouté que son objectif n'était pas "de détruire l'Ukraine."

(Re)voir : Frappes en Ukraine : la vengeance de Poutine

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

En outre, il ne prévoit pas d'élargir la mobilisation dans son pays. "Rien d'autre n'est prévu. Aucune proposition n'a été reçue du ministère de la Défense et je n'en vois pas la nécessité dans un avenir prévisible." La fin de cette mobilisation, qui a connu des ratés selon le maître du Kremlin, devrait prendre fin "dans deux semaines." 220.000 hommes sont venus garnir les rangs de l'armée selon ses dires. 

Il a, par ailleurs, assuré faire "tout comme il faut" en Ukraine. "Ce n'est pas agréable ce qui se passe maintenant, mais (si la Russie n'avait pas attaqué l'Ukraine le 24 février), on aurait été dans la même situation un peu plus tard, juste les conditions auraient été plus mauvaises pour nous. Donc, nous faisons tout comme il faut."

12h40 TU. L'Ukraine célèbre son armée. 

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a promis la victoire sur la Russie, à l'occasion de la Journée des défenseurs du pays. Celle-ci est célébrée pour la première fois depuis le début de l'invasion russe.

"Le 14 octobre on remercie (...) tous ceux qui ont se sont battus pour l'Ukraine dans le passé et tous ceux qui se battent pour elle maintenant, ceux qui ont gagné à l'époque et ceux qui vont sans aucun doute gagner maintenant", a-t-il déclaré dans une adresse vidéo. 

L'Ukraine célèbre son armée
Capture d'écran du compte Telegram de Volodymyr Zelensky

Il a déposé une gerbe devant un mémorial à Kiev consacré aux militaires tués sur le front depuis 2014. "Notre peuple (...) se bat pour son droit à la vie" et pour son "indépendance" de la Russie, a-t-il souligné. "Le monde est avec nous, plus que jamais. Cela nous rend plus forts que jamais dans l'histoire."

Le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valery Zaloujny, a de son côté remercié ses troupes pour leur "service". "Nous avons stoppé l'invasion et enterré le mythe de l'invincibilité de l'armée russe", a-t-il estimé dans son adresse. "Ensemble vers la victoire."

La Journée "des défenseurs et défenseuses" de l'Ukraine a été instauré le 14 octobre en 2014, en remplacement du 23 février, date héritée de l'époque soviétique et encore célébrée en Russie. 

La nouvelle date a été fixée au jour de la fondation de l'armée nationaliste ukrainienne (UPA) ayant combattu dans les années 1940 et 1950 contre l'armée soviétique et les nazis après avoir dans un premier temps collaboré avec l'Allemagne nazie. Cette armée est honnie par la Russie qui la considère comme nazie. 

10h45 TU. Un Russe arrêté avec des drones et des images à la forntière norvégienne.

Vitali Roustanov, 50 ans, a été arrêté cette semaine au poste-frontière de Storskog, seul point de passage entre la Norvège et la Russie. Il tentait de rentrer en Russie avec deux drones et des équipements de stockage numérique, selon la police norvégienne. L'intéressé disposait de deux passeports russes et un israélien.

Un juge du tribunal de Vadsø a prononcé son placement en détention provisoire pour deux semaines conformément à ce que demandait la police.

Vitali Roustanov, en Norvège depuis août, a reconnu avoir fait voler les drones "dans tout le pays". Il disposait de quatre téraoctets de photos et vidéos, dont certains cryptés.

Comme les autres pays occidentaux, la Norvège a interdit le survol de son territoire aux personnes et entités russes en réaction à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. La violation de ces sanctions est passible de trois ans de prison.

Selon la police, M. Roustanov rejette les accusations retenues contre lui, arguant qu'il ignorait cette interdiction de survol.

"Il explique qu'il était en Norvège en tant que touriste et qu'il a rendu visite à quelqu'un, a déclaré une responsable de la police, Anja Indbjør, au journal Verdens Gang (VG). Il explique qu'il a photographié et fait voler un drone à des fins privées, et indique qu'il aime bien prendre des photos et est photographe."

Cet épisode survient alors que des vols de drones ont été signalés près des installations énergétiques de la Norvège, y compris à proximité de plateformes pétrolières en mer.

10H24 TU. Le CICR demande l'accès "immédiat et sans entrave" à tous les prisonniers de guerre

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a réclamé vendredi l'accès "immédiat et sans entrave" aux milliers de prisonniers de guerre du conflit en Ukraine, auxquels il n'a pas encore pu rendre visite.

"Nous partageons aujourd'hui notre frustration par rapport au manque d'accès à tous les prisonniers de guerre" constitués depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, a déclaré à la presse Ewan Watson, porte-parole du CICR.

Il n'a pas donné de chiffres précis du nombre de prisonniers concernés mais a simplement évoqué "des milliers de prisonniers" qui n'ont pu recevoir une visite du CICR, un droit pourtant inscrit dans les Conventions de Genève, qui régissent les lois de la guerre.  "Nos équipes sont prêtes sur le terrain et sont prêtes depuis des mois à visiter (la prison) d'Olenivka où tout autre lieu de détention de prisonniers de guerre".

09H23 TU. Les viols en Ukraine, "une stratégie militaire" et une "tactique délibérée" (ONU)

Les viols et agressions sexuelles attribués aux forces russes en Ukraine constituent clairement "une stratégie militaire" et "une tactique délibérée pour déshumaniser les victimes", estime la représentante de spéciale de l'ONU Pramila Patten, dénonçant "des cas horribles et des violences très brutales".

"Quand des femmes et des filles sont séquestrées pendant des jours et violées, quand vous commencez à violer des petits garçons et des hommes, quand on voit une série de cas de mutilations d'organes génitaux, quand vous entendez les témoignages de femmes évoquant des soldats russes équipés de viagra, c'est clairement une stratégie militaire. Et quand les victimes évoquent ce qui a été dit pendant les viols, il est clair que c'est une tactique délibérée pour déshumaniser les victimes" .

09H21 TU. Erdogan a ordonné au gouvernement turc de commencer à travailler sur le hub gazier proposé par Poutine

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a ordonné à son gouvernement de commencer à travailler sur le "hub gazier" en Turquie proposé par son homologue russe Vladimir Poutine pour exporter le gaz russe vers l'Europe, selon les médias turcs.

"Nous avons donné, avec M. Poutine, à notre ministère de l'Energie et à l'institution concernée en Russie, l'ordre de mener un travail en commun", a affirmé Recep Tayyip Erdogan à propos d'un éventuel hub gazier en Turquie lors d'une interview avec les journalistes à bord de son vol de retour d'Astana, en Kazakhstan, où il a rencontré jeudi le président russe.

Erdogan Poutine
Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan se serrent la main lors de leur rencontre en marge du sommet de la Conférence sur l'interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA), à Astana, au Kazakhstan, le 13 octobre 2022. 
Vyacheslav Prokofyev, Spoutnik, photo de la piscine du Kremlin via AP.


07H53 TU. La Russie ordonne la réparation du pont de Crimée avant le 1er juillet 2023 (gouvernement)

La Russie a annoncé vendredi ordonner la réparation avant le 1er juillet 2023 du pont de Crimée, partiellement détruit lors d'une explosion samedi dernier que Moscou impute à Kiev.

Le gouvernement "détermine la date limite pour la fin des contrats d'Etat pour l'exécution des travaux au 1er juillet 2023", peut-on lire dans un arrêté signé par le Premier ministre russe, Mikhaïl Michoustine.

Le pont de Crimée, symbole de l'annexion de la péninsule ukrainienne éponyme, est crucial pour le ravitaillement des troupes russes engagées en Ukraine et été partiellement détruit par une attaque au camion piégé, selon Moscou.

crimée pont
Un hélicoptère verse de l'eau sur les flammes, causées par une explosion visant le pont de Crimée, le 8 octobre 2022.
AP Photo


07H50 TU. Poutine juge que Macron ne comprend pas le conflit du Nagorny Karabakh, balaye ses critiques "inacceptables"

Vladimir Poutine a jugé vendredi qu'Emmanuel Macron ne comprenait pas le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au Nagorny Karakbakh, en réponse à des déclarations du président français qui a accusé Moscou de chercher à déstabiliser le Caucase.  

"Je pense qu'il y a une absence de compréhension du déroulement du conflit dans ces déclarations", a affirmé Vladimir Poutine, lors d'un sommet de pays d'ex-URSS au Kazakhstan, ajoutant que les propos de M. Macron étaient "incorrects" et "inacceptables".

06H05 TU. Danone prévoit de se désengager de la plupart de ses activités en Russie

Le géant français de l'agroalimentaire Danone a annoncé vendredi qu'il prévoyait de se désengager de son unité "produits laitiers et d'origine végétale" en Russie, qui constitue la majeure partie de son activité dans le pays, ne conservant à terme que sa branche nutrition infantile.

"Danone annonce aujourd'hui sa décision de lancer le processus de transfert du contrôle de son activité Essential Dairy and Plant-based (EDP) en Russie", a indiqué le groupe, l'une des quelques multinationales à être restée en Russie depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

05H25 TU. TotalEnergies visé par une plainte pour complicité de crimes de guerre en Ukraine

Deux associations ont porté plainte à Paris pour complicité de crimes de guerre, accusant le groupe français TotalEnergies d'avoir continué à exploiter un gisement en Russie et permis de fabriquer du carburant utilisé par des avions russes engagés dans le conflit en Ukraine, a appris vendredi l'AFP de source proche du dossier.

Cette plainte a été déposée jeudi auprès du procureur national antiterroriste, compétent pour les crimes de guerre, par l'association basée en France Darwin Climax Coalition et l'association ukrainienne Razom we stand, qui appelle à imposer un embargo sur les importations d'énergie fossile de Russie.

02H30 TU. Des civils ukrainiens formés par l'armée britannique en Angleterre

Avant de rejoindre le champ de bataille dans leur pays, des civils ukrainiens s'entraînent dans la campagne anglaise, dans le sud du Royaume-Uni, avec au programme formation au maniement des armes et au secourisme ainsi que simulation de combats.

Plus de 5.700 ont déjà terminé cet entrainement et sont retournés en Ukraine depuis que le programme a été annoncé en juin, selon le ministère de la Défense. Au total, le Royaume-Uni, qui a fourni une aide militaire importante à l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février, a proposé de former 19.000 civils ukrainiens sur son sol.

civils ukrainiens en Angleterre
Le Royaume-Uni a proposé de former 19 000 civils ukrainiens au Royaume-Uni. Plus de 5 700 personnes ont suivi cette formation et sont retournées en Ukraine.
AP Photo/Kirsty Wigglesworth.

21H50 TU. Le "hub gazier" vers l'Europe proposé par Poutine n'a "aucun sens", selon Paris

Le "hub gazier" en Turquie proposé par le président russe Vladimir Poutine pour exporter du gaz vers l'Europe n'a "aucun sens" alors que les Européens veulent réduire leur dépendance aux hydrocarbures venant de Russie, a déclaré la présidence française.

Le président russe a proposé à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan de créer ce "hub gazier", en suggérant que cela permettrait aux Européens de recevoir du gaz à des prix moins "exorbitants".


20H31 TU. La Russie va évacuer la population du sud face à la contre-offensive de Kiev

La Russie a annoncé qu'elle allait organiser l'évacuation vers son territoire de la population de la région de Kherson dans le sud de l'Ukraine, affirmant répondre à une demande des autorités d'occupation locales menacées par les progrès de la contre-offensive des forces ukrainiennes.

Alors que malgré ses frappes massives cette semaine dans tout le pays la Russie reste en difficulté sur le terrain face aux contre-offensives ukrainiennes, l'Union européenne a lancé une nouvelle mise en garde à Vladimir Poutine.

"Toute attaque nucléaire contre l'Ukraine entraînera une réponse, pas une réponse nucléaire, mais une réponse militaire si puissante que l'armée russe sera anéantie", a déclaré jeudi à Bruges le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Dans l'immédiat c'est d'évacuations de population qu'il est question à Moscou. "A la suite de l'appel du chef de la région de Kherson (...) le gouvernement a décidé d'organiser une aide pour le départ des habitants de la région vers d'autres régions" de la Fédération de Russie, a déclaré le vice-Premier ministre Marat Khousnoulline à la télévision.

"Nous fournirons à chacun un logement gratuit et tout le nécessaire", a poursuivi le ministre, sans donner d'indications sur le nombre de personnes concernées.

Une tranchée dans la région de Kherson
Une tranchée dans la région de Kherson, 12 octobre 2022.
© AP Photo/Leo Correa

Les autorités d'occupation russes de la région de Kherson avaient demandé auparavant à Moscou d'organiser l'évacuation des civils de ce territoire annexé fin septembre avec trois autres territoires ukrainiens.

Les habitants seront emmenés dans la péninsule de Crimée, annexée en 2014 par Moscou, et dans les régions de Rostov, Krasnodar et Stavropol, dans le sud de la Russie.

A re(voir) : Ukraine : plusieurs villes bombardées

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


Cette annonce intervient alors que l'armée ukrainienne a dit avoir reconquis cinq localités dans la région, après avoir déjà revendiqué mercredi la prise de cinq autres communes.

Depuis plusieurs semaines, l'armée ukrainienne mène une contre-offensive dans ce territoire occupé depuis l'offensive russe mais où elle a affirmé la semaine passée avoir repris plus de 400 km2 en sept jours.

Les autorités ukrainiennes n'avaient pas encore réagi aux annonces d'évacuation en début de soirée. Kiev a accusé par le passé la Russie d'avoir emmené sur son territoire sous couvert d'évacuation des milliers d'habitants des territoires occupés.