DIRECT - Ukraine : les combats font rage à Severedonetsk où "l'armée russe a jeté tout son poids"

L'Ukraine affirme que la Russie a jeté toutes ses forces disponibles dans la bataille de Severodonetsk. "Des premières informations indiquent qu'ils ont réussi à prendre le contrôle de la majeure partie de la ville. Mais nos forces les repoussent maintenant" déclare Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk. Moscou affirme que des unités ukrainiennes se retirent. Dans le Donbass se joue désormais une guerre d'usure averti Jens Stoltenberg le secrétaire général de l'OTAN.
Image
Bombardement 3 juin
Une croix marque la tombe d'un habitant enterré dans une cour d'un village situé près de la ligne de front dans la région de Donetsk, le jeudi 2 juin 2022. 
Bernat Armangue (AP)
Partager11 minutes de lecture
Ce qu'il faut retenir ce samedi 4 juin, 101ème jour de guerre

- Des combats de rue dans la zone industrielle de Severodonetsk, ville clé de l'est de l'Ukraine, où, selon Kiev, Moscou "jette tout son poids" dans la bataille.
- Les forces russes ont pour objectif affiché de contrôler l'intégralité du grand bassin minier du Donbass où, selon le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg se joue "une guerre d'usure".
Marioupol a été dévasté par les bombardements avant d'être conquis par les Russes.
- Dans la région de Kherson, les habitants fuient les bombardements russes.
Moscou affirme avoir détruit un "point de déploiement de mercenaires étrangers" près de Datchnoe, dans la région d'Odessa.
- Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a rencontré la Première ministre de Finlande et parlé avec Erdogan qui bloque l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'organisation atlantique. 
- 15 millions d'Ukrainiens ont besoin d'aide humanitaire selon Pierre Brunet, vice-président de l'ONG Solidarité International.

17h00 TU. Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a rencontré la Première ministre de Finlande.
 


Stoltenberg, qui s'est rendu à Washington cette semaine, y a rencontré la Première ministre finlandaise Sanna Marin et discuté "de la nécessité de répondre aux préoccupations de la Turquie et d'aller de l'avant" avec les demandes d'adhésion finlandaise et suédoise.

La guerre de la Russie en Ukraine a poussé les pays nordiques à postuler pour rejoindre l'OTAN, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan accuse la Suède et la Finlande de soutenir des militants kurdes qu'elle considère comme des terroristes. Stoltenberg a déclaré qu'il avait eu un "appel téléphonique constructif" avec Erdogan, qualifiant la Turquie d'"allié précieux" et louant les efforts turcs pour négocier un accord garantissant le transport sûr des approvisionnements en céréales depuis l'Ukraine dans un contexte de pénurie alimentaire mondiale causée par l'invasion russe. 

15h07 TU. Le monastère de Sviatoguirsk à nouveau bombardé par les Russes.

Le monastère de Sviatoguirsk le 24 décembre 2021.
Une belle vue du monastère de la Dormition de Sviatoguirsk, haut-lieu de l'Église orthodoxe ukrainienne, le 24 décembre 2021. Une chapelle en bois situé plus haut, a été bombardée et trois moines sont morts.
© AP Photo/Andriy Andriyenko

"L'artillerie russe a de nouveau frappé aujourd'hui la laure de Sviatoguirsk", dans la région de Donetsk, l'un des principaux monastère orthodoxe de l'Ukraine, a écrit le président sur Telegram publiant une vidéo du skite (chapelle) de Tous les Saints en flammes.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Il a rappelé que le monastère avait déjà été touché cette semaine par des bombardements russes "ayant tué quatre moines et grièvement blessés quatre autres". 

Selon lui, la laure abrite également 300 civils dont 60 enfants qui s'y réfugient des bombardements. 

Le skite "avait été détruit pour la première fois à l'époque soviétique. Par la suite, il a été reconstruit. Et maintenant il a été incendié par l'armée russe", s'est insurgé le président en appelant à exclure de l'UNESCO la Russie, un pays "barbare".


14h19 TU. Les appels à ne pas humilier la Russie "humilient" la France. Le ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine Dmytro Kuleba réagit aux propos tenus par Emmanuel Macron hier.

Dans un tweet, le chef de la diplomatie ukrainien déclare que "les appels à éviter l'humiliation de la Russie ne peuvent qu'humilier la France et tous les autres pays qui l'appelleraient. Car c'est la Russie qui s'humilie. Nous ferions tous mieux de nous concentrer sur la façon de remettre la Russie à sa place. Cela apportera la paix et sauvera des vies."


Emmanuel Macron avait déclaré lors d'une interview à plusieurs quotidiens de la presse régionale française vendredi soir : "Il ne faut pas humilier la Russie pour que le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques. Je suis convaincu que c’est le rôle de la France, d’être puissance médiatrice."


13h21 TU. Quatre militaires volontaires étrangers dont un Français ont été tués en combattant l'invasion russe en Ukraine, annonce la Légion internationale de défense de l'Ukraine, organisme officiel des combattants volontaires étrangers.

La Légion a cité les noms d'un Néerlandais d'un Australien, d'un Allemand et d'un Français sans préciser la date ni les circonstance de leur mort.
"Nous avons perdu nos frères au combat mais leur bravoure, leur mémoire et leur héritage nous inspireront à jamais", écrit la Légion dans un communiqué posté sur sa page Facebook en affichant quatre drapeaux nationaux et publiant des photos des hommes les montrant en tenue de camouflage et portant des armes légères.


Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué vendredi qu'"un combattant (français) parti comme volontaire" avait été tué "dans des combats" en Ukraine.

Des journalistes de l'AFP à Kharkiv ont assisté le 21 mai à l'enterrement du Néerlandais Ronald Vogelaar. Ses collègues ont déclaré pendant la cérémonie qu'il avait été tué plusieurs jours plus tôt par l'artillerie.

L'Australien aurait été tué en mai et sa mort a été confirmée par un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
Le journal Mercury de Tasmanie a identifié l'homme comme Michael Charles O'Neill, 47 ans. Selon un hommage sur Facebook, il "conduisait des blessés de la ligne de front".

La Légion indique sur son site que des citoyens de pays comme le Danemark, Israël, la Pologne, la Lettonie, la Croatie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et le Canada ont rejoint leurs rangs.

12H15 TU. Selon Pierre Brunet, vice-président de l'ONG Solidarité International, 15 millions d'Ukrainiens ont besoin d'aide humanitaire.

C'est un chiffre énorme sur une population de 44 millions d'habitants, souligne l'humanitaire . "Il y a plus de 7 millions de déplacés en interne, on n'a pas vu un tel déplacement de population depuis la 2ème guerre mondiale". L'ONG tente d'agir sur cette situation de crise en portant assistance aux populations, même celles en zone de guerre, en acheminant "7 tonnes de nourriture à Berdiansk" une zone sous contrôle russe.
 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...



10h50 TU. L'armée russe "a jeté toutes ses réserves" dans la bataille de Severodonestk selon le gouverneur de la région de Louhansk. 

Par l'intermédire du gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï, l'Ukraine affirme que la Russie a jeté toutes ses forces disponibles dans la bataille pour Severodonetsk, dans le Donbass.

"La situation dans toute la région est extrêmement difficile. Les combats se concentrent actuellement à Severodonetsk car d'après ce que nous avons pu comprendre, l'armée russe a jeté tout son poids et ses réserves" dans cette bataille, a déclaré le gouverneur dans une interview postée sur ses réseaux sociaux officiels.

(Re)voir : Guerre en Ukraine : Severodonetsk largement contrôlée par Moscou 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

10h10 TU. À Marioupol, les corps des victimes sous les débris "emmenés avec les ordures à la décharge".

Le média ukrainien indépendantHromadske, rapporte les propos de Petro Andriushchenko, le conseiller du maire de la ville. Il explique que les forces russes démolissent les bâtiments sans démonter les débris sous lesquels des personnes décédées peuvent se trouver.

Selon le politique, il est désormais impossible d'obtenir des données sur les nouveaux corps des personnes décédées. Tous les débris sont en effet emmenés à la décharge du district de Livoberezhny. "Si des cadavres sont restés dans les bâtiments, ils ont été emmenés avec les ordures à la décharge", explique-t-il.

Il ajoute que les Russes ont pris cette décision après que six personnes mortes ont été retrouvées sous les débris d'un immeuble résidentiel, qui a été bombardé par les forces russes elles-mêmes pour une vidéo de propagande destinée à la chaîne de télévision russe RT.

(Re)voir : Ukraine : un premier succès russe à Marioupol

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


08h00 TU. Le chemin de fer des enfants, attraction très populaire de Kiev, a repris ses activités ce matin à Kiev.

Chemin de fer des enfants, Kiev
Attention départ ! Le chemin de fer des enfants, qui permet aux enfants d'apprendre à conduire un train et le fonctionnement des chemins de fer, a repris du service ce matin à Kiev.
© AP Photo/Natacha Pisarenko

Cette attraction très populaire, qui existe aussi à Budapest ou à Moscou, a repris ce samedi matin dans le grand parc Syretsky de Kiev. Elle s'était arrêtée au début de l'offensive russe en Ukraine fin février.

07h00 TU. Les récents succès russes, résultat de la combinaison de l'artillerie et des frappes aériennes selon le ministère de la Défense britannique. 

Dans son dernier bilan de situation, le ministère britannique de la Défense explique que les récents succès russes sont le résultat de la combinaison des frappes aériennes et d'artillerie et du recentrage des attaques vers la région du Donbass. "L'utilisation combinée de frappes aériennes et d'artillerie a été un facteur clé dans les récents succès tactiques de la Russie dans la région, indique le rapport. La Russie, dont l'objectif opérationnel s'est déplacé vers le Donbas, a été en mesure d'accroître son utilisation de l'aviation tactique pour soutenir son avancée rampante, en combinant des frappes aériennes et des tirs d'artillerie massifs pour mettre à profit sa puissance de feu écrasante."

Le document ajoute également que "l'utilisation accrue de munitions non guidées a entraîné la destruction généralisée de zones bâties dans le Donbas et a presque certainement causé d'importants dommages collatéraux et des pertes civiles."

(Re)voir : Guerre en Ukraine : au 100e jour de l’invasion russe, Moscou contrôlerait 20% du territoire

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

02h15 TU. L'armée ukrainienne reprend du terrain à Severodonestk selon Kyiv. 

Selon la présidence ukrainienne, les combats faisaient rage vendredi matin dans le centre-ville de cette localité stratégique du Donbass. "Les envahisseurs russes continuent de bombarder les infrastructures civiles et l'armée ukrainienne dans les zones de Severodonetsk, Borivsky et Lyssytchansk", a-t-elle précisé.

En dépit d'un déluge de feu, les soldats russes ont même été contraints de reculer, selon les dires de Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk. "Ils ne l'ont pas entièrement capturé. Et si auparavant, on avait une situation difficile avec environ 70% (de la ville) capturée, actuellement ils ont été repoussés de 20%."

"Ils bombardent nos positions pendant des heures, puis ils envoient une compagnie de soldats fraîchement mobilisés, ils meurent, ils comprennent alors qu'il y a encore des foyers de résistance, et ils recommencent à bombarder. C'est ce qui est en train de se passer au quatrième mois" de guerre, a-t-il ajouté. 

Vendredi 3 juin

21h21 TU. La Suisse refuse d'envoyer des armes à l'Ukraine.
 

Conformément à sa doctrine de neutralité militaire, la Suisse a insisté  sur l'interdiction du transfert de matériel de guerre helvétique vers l'Ukraine via un pays tiers. Dans un communiqué, le gouvernement de Berne précise que le pays a reçu de l'Allemagne et du Danemark des demandes de transmission de matériel de guerre à l'Ukraine.

La demande de l'Allemagne concerne environ 12.400 munitions de 35 mm de fabrication suisse pour des chars antiaériens de type Guepard ainsi que pour des chars à roues Piranha III achetés initialement par le Danemark et stationnés en Allemagne depuis leur retrait de service. Celle du Danemark porte sur 22 chars Piranha III produits en Suisse.

"Comme les exportations de matériel de guerre de provenance suisse à destination de l'Ukraine ne peuvent être autorisées en raison de l'égalité de traitement découlant du droit de la neutralité (...) il n'est pas possible de répondre favorablement aux demandes de l'Allemagne et du Danemark en vue de la transmission de matériel de guerre à l'Ukraine", a indiqué le Conseil fédéral.

Selon ce dernier, la livraison de matériel de guerre sous forme d’éléments d’assemblage ou de pièces détachées à des entreprises d’armement européennes restera toutefois possible. Ce, même si le matériel de guerre fabriqué est susceptible d’être envoyé en Ukraine. 

"Les livraisons de matériel de guerre sous forme de pièces détachées et d'éléments d'assemblage sont en principe autorisées, sous réserve que leur part dans le produit final soit inférieure à" 50% pour les pays comme l'Italie et l'Allemagne.

"Le Conseil fédéral a décidé de poursuivre cette pratique, étant donné que de telles exportations sont compatibles avec le droit de la neutralité", conclut Berne.

20h34 TU. L'ambassadeur ukrainien en Turquie accuse Ankara d'accepter du blé ukrainien "volé".

A l'occasion d'une conférence de presse tenue le 100ème jour de l'invasion de son pays par la Russie, l'ambassadeur d'Ukraine en Turquie, Vasyl Bodnar, a accusé la Russie de "voler" et d'exporter des céréales ukrainiennes notamment vers la Turquie.
 

"La Russie vole sans vergogne les céréales d'Ukraine et les exporte depuis la Crimée à l'étranger, notamment vers la Turquie, a dénoncé le représentant. Nous avons demandé l'aide de la Turquie pour résoudre le problème."

La Turquie fournit des drones de combat, (Bayraktar TB2) à l'Ukraine. Toutefois, Ankara veille à garder une position neutre envers la Russie, dont elle dépend pour ses approvisionnements en énergie et en céréales. A la demande des Nations unies, elle a proposé son aide pour sécuriser des corridors marins permettant d'exporter les céréales ukrainiennes.

Avant le début de l'invasion le 24 février, Kiev exportait chaque mois 12% du blé mondial, 15% du maïs et 50% de l'huile de tournesol.