DIRECT - Ukraine : Severodonetsk détruite à 90% selon Serguïï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk

Ce soir, les soldats russes contrôlent la majeure partie de Severodonetsk. Le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, à la télévision ukrainienne, estime la ville "détruite à 90%". Le chef de l'Union Africaine, Macky Sall, a demandé à l'Union européenne de tout faire "pour libérer les stocks de céréales disponibles" en Ukraine alertant sur les risques "catastrophiques" de pénurie alimentaire.  Volodymyr Zelensky déplore que l'Union européenne ait mis 50 jours à voter le 6ème paquet de sanctions contre la Russie.
 
Image
président du Conseil européen - Charles Michel
© AP Photo/Francisco Seco
Les restes d'un blindé ukrainien dans la cour d'un immeuble abandonné à Bakmut, tout près de Severodonetsk. "Malheureusement, aujourd'hui, les soldats russes contrôlent la majeure partie de la ville", a indiqué le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, à la télévision ukrainienne, estimant la cité "détruite à 90%".
Image
Iryna Venediktova le 10 mai dernier à Kiev, avec à sa gauche la ministre allemande des affaires étrangères Annalena Baerbock
© AP Photo/Efrem Lukatsky
Iryna Venediktova le 10 mai dernier à Kiev, avec à sa gauche la ministre allemande des affaires étrangères Annalena Baerbock.
Partager19 minutes de lecture
Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+2.

 
Ce qu'il faut savoir sur la situation en Ukraine à 19H00 TU. : 

- Les forces russes contrôlent "la majeure partie" de Severodonetsk.
- Le Canada va sanctionner 21 Russes proches de Poutine et 4 banques.
- Deux soldats russes ont été condamnés à 11 ans de prison pour avoir bombardé des villages.
L'Ukraine a identifié "quelques milliers" d'affaires de crimes de guerre dans le Donbass.
- Moscou se dit prêt à rendre les corps de 152 combattants découverts à Azovstal.
- Le russe Gazprom suspend les livraisons de gaz aux Pays-Bas et au Danemark.
- Un premier navire commercial a quitté Marioupol pour la Russie, selon un séparatiste prorusse.
- L’Union Européenne s'accorde pour supprimer l'essentiel de ses importations de pétrole russe et accorder 9 milliards d'euros à l'Ukraine pour ses besoins immédiats de liquidités.


19H00 TU. Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba souhaite que le président français Emmanuel Macron visite Kiev avant la fin de la présidence française de l'UE le 30 juin.

Inteviewé par la chaîne française LCI, Dmytro Kuleba a déclaré "il est le bienvenu, peu importe quand. Il serait bon que M. Macron vienne pendant la présidence française de l'UE, et le meilleur serait qu'il vienne avec d'autres livraisons d'armes pour l'Ukraine, voici l'aide la plus précieuse que nous pouvons recevoire de la France".

18H36 TU. Le Canada sanctionne 21 Russes, proches de Vladimir Poutine, et quatre institutions financières et banques.

Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères du Canada le 16 mai dernier à Bruxelles
Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères du Canada le 16 mai dernier à Bruxelles. Au centre sur la photo son homologue ukrainien Dmytro Kuleba.
© Stéphanie Lecocq/Pool Photo via AP

"Nous ciblons des banques et des oligarques de l'entourage du régime Poutine, de même que celle que j'appellerais sa partenaire", a déclaré aux journalistes la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly, à Ottawa.

Parmi les personnes visées par ces nouvelles sanctions figure en effet Alina Kabaeva, ancienne gymnaste olympique russe qui entretiendrait, selon certains médias et opposants, une relation avec le président Vladimir Poutine, ce qu'il avait démenti en 2008.

Alina Kabaeva, gymnaste russe
En novembre 2004, Vladimir Poutine avec la gymnaste médaillée d'or olympique Alina Kabaeva à un banquet au Kremlin. Les spéculations au sujet de la relation qu'il entretiendrait avec elle l'a obligée à quitter son siège de députée à la douma.
© AP Photo/ITAR-TASS, Presidential Press Service, File

Selon un récent article du Wall Street Journal, qui cite des responsables américains, Alina Kabaeva est décrite par un rapport confidentiel du renseignement américain comme une bénéficiaire de la fortune de Vladimir Poutine.

Elle est la "présidente du conseil d'administration du groupe National Media Group (NMG), une holding qui détient d'importantes parts dans presque tous les principaux médias russes fédéraux qui reproduisent la propagande du gouvernement russe", selon le Service européen pour l'action extérieure.

Le Canada a également ajouté à cette liste la Banque agricole russe ainsi que Investtradebank et deux sociétés de gestion de fonds. Leurs avoirs sont gelés et leurs dirigeants ont l'interdiction d'entrer au Canada. 

18H36 TU. Recevant la présidente de la Slovaquie à Kiev, Volodymyr Zelesnky a déploré que l'Union européenne ait attendu 50 jours entre le cinquième et le sixième paquet de sanctions.

Zelensky avec son homologue slovaque Zuzana Caputova
Volodymyr Zelensky avec son homologue slovaque Zuzana Caputova le 31 mai à Kiev.
capture d'écran Reuters.

La présidente slovaque a assuré à l'Ukraine la livraison de système de défense S-300 et d'équipements de déminage. Elle a également promis dans les prochaines jours des howitzers. 

17H27 TU. "La majeure partie" de Severodonetsk, ville-clé de l'est de l'Ukraine en proie à de violents combats entre Russes et Ukrainiens, est désormais sous contrôle de l'armée russe annonce le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

Immeuble détruits à Bakmut près de Severodonetsk
Immeuble détruits à Bakmut près de Severodonetsk, le 24 mai 2022.
© AP Photo/Francisco Seco

"Malheureusement, aujourd'hui, les soldats russes contrôlent la majeure partie de la ville", a-t-il indiqué à la télévision ukrainienne, estimant Severodonetsk "détruite à 90%".


17H18 TU. L'Afrique met la pression sur l'Union européenne pour sortir les céréales bloquées en Ukraine.

Macky Sall par visio conférence à Bruxelles
Macky Sall par visio conférence à Bruxelles
© AP Photo/Olivier Matthys, Pool

"La situation est préoccupante et le pire est peut-être devant nous", a averti le chef de l'Union africaine Macky Sall par visioconférence aux chefs d'État et de gouvernement de l'UE réunis en sommet à Bruxelles.

Alors que l'ONU craint "un ouragan de famines" dans des pays africains qui importaient plus de la moitié de leur blé d'Ukraine ou de Russie, le président sénégalais a exhorté les Vingt-Sept à tout faire "pour libérer les stocks disponibles".

Dans l'immédiat, les dirigeants des Vingt-Sept veulent accélérer la mise en place de "voies prioritaires" pour sortir les céréales ukrainiennes par route, chemin de fer, voire par péniche sur le Danube.

"C'est compliqué pour des raisons logistiques, et plus onéreux", a cependant noté Charles Michel. Ces voies permettront au mieux de transporter un tiers des stocks de blés, selon une source européenne.

Les wagons ukrainiens ne sont pas compatibles avec les réseaux ferroviaires de l'UE, en raison d'un écartement des roues différent, ce qui oblige à la frontière à transborder les céréales dans des camions ou des wagons au standard européen.

Macky Sall s'est aussi alarmé des conséquences des sanctions européennes sur le commerce de céréales, alors que l'Union Européenne va exclure la principale banque russe, Sberbank, du système financier international Swift, une messagerie sécurisée cruciale pour les transferts de fonds.

"Quand le système Swift est perturbé, cela veut dire que même si les produits (à acheter) existent, le paiement devient compliqué, voire impossible", s'inquiète-t-il.

Le président sénégalais a également averti que la flambée des prix des engrais -principalement produits en Russie, en Ukraine et au Bélarus- pourrait provoquer un effondrement "de 20% à 50%" des rendements céréaliers en Afrique cette année.


17H07 TU. Un "réservoir d'acide nitrique" d'une usine chimique de Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine, a été "touché" par une frappe russe, alerte le gouverneur de la région Serguiï Gaïdaï en appelant les habitants à ne pas sortir des abris anti-aériens. 

"Ne quittez pas les abris" et "préparez des masques pour le visage trempés dans une solution de soude", a écrit le gouverneur sur Telegram en rappelant que l'acide nitrique pouvait notamment provoquer des lésions aux poumons ou une perte de vision.


14H24 TU. Le président français Emmanuel Macron propose à Vladimir Poutine le vote d'une résolution à l'ONU pour lever le blocus russe du port d'Odessa afin de permettre l'exportation des céréales ukrainiennes qui y sont bloquées.

Emmanuel Macron au sommet de Bruxelles ce 31 mai
Le président de la République française Emmanuel Macron au sommet de Bruxelles ce 31 mai.
© AP Photo/Geert Vanden Wijngaert

"J'ai proposé, dans la discussion que nous avons eue avec (le chancelier allemand) Olaf Scholz samedi dernier, au président Poutine que nous prenions l'initiative d'une résolution aux Nations unies pour donner un cadre très clair à cette opération", a-t-il déclaré à l'issue du sommet européen à Bruxelles.


13H46 TU. L'Ukraine a identifié "quelques milliers" d'affaires de crimes de guerre dans le Donbass.

Iryna Venediktova (à gauche sur la photo) le 10 mai dernier à Kiev, avec la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock.
Iryna Venediktova (à gauche sur la photo) le 10 mai dernier à Kiev, avec la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock.
© AP Photo/Efrem Lukatsky, file

"Nous avons identifié quelques milliers d'affaires sur ce que nous voyons dans le Donbass", a déclaré la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova lors d'une conférence lors d'une conférence de presse au siège de l'agence judiciaire européenne Eurojust, où elle a rencontré des homologues internationaux.

Elle a précisé qu'il s'agissait notamment de soupçons de transferts de personnes, des adultes mais aussi possiblement des enfants, dans différentes parties de la Fédération de Russie. Mais cela peut aussi concerner des tortures, des meurtres de civils et des destructions d'infrastructures civiles, a-t-elle ajouté.

Les autorités ukrainiennes n'ont pas accès aux zones du Donbass sous contrôle russe, mais elles interrogent des évacués et des prisonniers de guerre, a expliqué Iryna Venediktova Au total, l'Ukraine a identifié 15.000 cas de crimes de guerre présumés à travers le pays depuis l'invasion russe le 24 février.

Elle a aussi identifié 600 suspects pour le crime d'agression "clé", dont "des hauts responsables militaires, des politiciens et des agents de propagande de la Fédération de Russie", et près de 80 suspects pour des crimes de guerre présumés sur le sol ukrainien, a-t-elle ajouté.

La procureure se trouve depuis lundi 30 mai au siège d'Eurojust pour une réunion de coordination avec ses homologues de l'équipe commune d'enquête européenne (JIT).

Eurojust a également annoncé que les autorités judiciaires d'Estonie, de Lettonie et de Slovaquie avaient désormais rejoint cette équipe mise en place en mars par la Lituanie, la Pologne et l'Ukraine avec le soutien d'Eurojust, et rejointe en avril par le Bureau du procureur de la CPI.

12H49 TU. Ursula von der Leyen se félicite de la solidarité européenne qui a mené à la décision sur l'embargo sur le pétrole russe.
 


Dans unpoint presse qui se déroule en ce moment, la présidente de l'Union européenne a affirmé que l'Union européenne rendra disponible des fonds qui aideront "à fournir du matériel miltaire à l'Ukraine". Elle a appelé à plus de coordination et d'interoperabilité du matérile militaire des états membres et que 500 millions d'euros seront disponibles pour "encourager la passation conjointe de marchés par au moins trois États membres​."

11H10 TU. La diplomatie russe estime que seuls Kiev et les Occidentaux pouvaient agir pour permettre les exportations des céréales ukrainiens et russes bloquées depuis l'offensive russe contre l'Ukraine, nourrissant le risque d'une crise alimentaire mondiale.

Sergueï Lavrov à Bahrein
Sergueï Lavrov à Bahrein ce 31 mai 2022.
© Russian Foreign Ministry Press Service via AP

"Les pays occidentaux, qui ont créé une tonne de problèmes artificiels en fermant leurs ports aux navires russes, en supprimant des chaînes logistiques et financières, doivent réfléchir sérieusement à ce qui compte le plus", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, en référence aux sanctions contre Moscou.

"Soit faire de la com' sur la question de la sécurité alimentaire, soit résoudre ce problème avec des mesures concrètes: la balle est dans leur camp", a-t-il poursuivi, lors d'une visite officielle à Bahreïn. 

Il a aussi une nouvelle fois appelé l'Ukraine, qui combat depuis trois mois un assaut russe, à déminer ses eaux territoriales autour de ses ports pour permettre le passage en mer Noire de navires chargés de céréales.

"Si le problème du déminage est réglé (...), les forces navales russes assureront le passage sans entrave de ces navires vers la mer Méditerranée puis vers leurs destinations", déclare Sergueï Lavrov.



11h09 TU. La guerre en Ukraine a un impact marginal sur la criminalité informatique, selon le cyberdéfenseur français.

Cyberguerre en Ukraine
Un avis conjoint sur la cybersécurité publié par la "Cybersecurity & Infrastructure Security Agency" sur les logiciels malveillants destructeurs qui ciblent les organisations en Ukraine photographié, le 28 février 2022. Les attaques numériques incessantes de la Russie contre l'Ukraine ont peut-être causé moins de dégâts que beaucoup ne l'avaient prévu. Mais la majeure partie de son piratage se concentre sur un objectif différent qui retient moins l'attention mais qui a des conséquences potentielles effrayantes : la collecte de données.
© AP Photo/Jon Elswick, File

La guerre entre la Russie et l'Ukraine n'a eu qu'un effet marginal sur l'activité des groupes spécialisés dans la criminalité informatique dans le monde, a estimé mardi 31 mai Guillaume Poupard, directeur général de l'Anssi, l'agence chargée de la cyberdéfense française.

"Le phénomène criminel est à mon avis impacté à la marge par le conflit" et "il ne faut pas se rassurer" et en profiter pour baisser la garde, a estimé Guillaume Poupard, lors d'un événement sur la cybersécurité organisé par le groupe Thales à Paris.

Au début du conflit, la lutte au sein du groupe de rançongiciel Conti, entre pirates pro-russes et pirates pro-ukrainiens, avait pu laisser croire à la prochaine "disparition d'un acteur pénible", a raconté Guillaume Poupard.

Mais Conti a depuis resurgi, se montrant capable "de mettre à genou un pays entier comme le Costa Rica qui vient de déclarer l'état d'urgence à cause des attaques criminelles contre son administration", a-t-il regretté.

S'agissant des attaques en provenance des Etats, Guillaume Poupard a noté qu'il y avait actuellement "une concentration de l'effort russe sur l'Ukraine". Face à cette offensive, "on voit une résilience très forte de l'Ukraine, ce qui peut donner espoir", a ajouté Guillaume Poupard.

10h59 TU. Les Russes contrôlent "une partie" de Severodonetsk.

Les forces russes contrôlent désormais "une partie" de Severodonetsk, ville de l'Est de l'Ukraine qu'elles pilonnent et essaient de prendre depuis des semaines, a annoncé le gouverneur de la région.

Bakmhut bombardée
Bakhmut, près de Severodonestk où se déroule une bataille acharnée entre Russes et Ukrainiens pour le contrôle du territoire dans l'est de l'Ukraine.
© AP Photo/Francisco Seco

"La situation est ultra-compliquée. Une partie de Severodonetsk est contrôlée par les Russes", a indiqué sur Telegram Serguiï Gaïdaï, à la tête de la région de Lougansk.

Il a toutefois indiqué que les Russes "ne peuvent pas avancer librement", des combattants ukrainiens "restant toujours" dans la ville.

"La ligne de front divise la ville en deux. Mais la ville se défend encore, elle est encore ukrainienne et nos soldats la défendent", a confirmé à la télévision Oleksandre Striouk, à la tête de l'administration militaire de Severodonetsk.

"L'ennemi planifie une opération pour nettoyer le territoire des villages avoisinants", a encore affirmé Serguiï Gaïdaï, disant ne pas avoir de nouvelles de trois médecins portés disparus depuis la veille.

09h15 TU. Deux soldats russes condamnés à 11 ans de prison pour avoir bombardé des villages.
 

Un tribunal ukrainien a condamné mardi 31 mai à 11 ans et demi de prison deux soldats russes accusés d'avoir bombardé au lance-missile multiple deux villages dans la région de Kharkiv, dans l'est du pays, au premier jour de l'invasion.

Alexandre Bobykine et Alexandre Ivanov, soldats russes condamnés pour crime de guerre
Alexandre Bobykine et Alexandre Ivanov, soldats russes condamnés pour crime de guerre le 26 mai par un tribunal ukrainien.
© AP Photo/Bernat Armangue

Alexandre Bobykine et et Alexandre Ivanov ont été reconnus coupables de "violation des lois et coutumes de la guerre", à l'issue d'un procès qui avait commencé mi-mai près de la ville de Poltava, a annoncé le parquet général d'Ukraine sur Telegram. 

Selon le parquet, les deux accusés ont "totalement reconnu leur culpabilité".

Les deux soldats, un conducteur-chargeur et un artilleur, étaient accusés d'avoir tiré le 24 février, à l'aide de lance-missile multiple "Grad" depuis la région de Belgorod en Russie, sur des "infrastructures critiques et des immeubles d'habitation" des villages de Kozatchia Lopan et une école à Veterynarné, dans la région de Kharkiv. 

Selon l'accusation, ils avaient ensuite franchi la frontière ukrainienne et poursuivi les bombardements. Après la destruction de leur colonne militaire, les deux soldats avaient été capturés par l'armée ukrainienne.
 

09h13 TU. Moscou se dit prêt à rendre les corps de 152 combattants découverts à Azovstal.

L'armée russe a découvert les corps de 152 combattants ukrainiens dans l'aciérie Azovstal à Marioupol (sud-est), et est prête à les remettre à l'Ukraine, a déclaré mardi 31 mai le ministère russe de la Défense.

Soldats ukrainiens évacués d'Azovstal vers une colonie pénitentaire
Soldats ukrainiens évacués d'Azovstal vers une colonie pénitentaire, le 20 mai 2022.
© AP Photo

Lors de leurs opérations de recherche dans l'aciérie, où s'étaient retranchés plus de 2.000 combattants ukrainiens, notamment du régiment Azov, pendant plusieurs semaines avant de se rendre aux forces russes mi-mai, "les soldats russes ont découvert un fourgon isotherme", selon le ministère.

"Dans le fourgon, dont le système de réfrigération ne fonctionnait pas, étaient entreposés 152 corps de combattants et militaires des forces ukrainiennes", a-t-il ajouté, affirmant que "quatre mines" avaient été également découvertes sous les corps. 

"La partie russe prévoit de rendre les corps découverts dans l'aciérie aux représentants ukrainiens", a-t-il assuré, affirmant que Moscou n'avait reçu aucune demande de la part de Kiev pour récupérer ces dépouilles.

Il n'était pas possible de vérifier ces affirmations de manière indépendante.

08h19 TU. La banque russe Sberbank assure que l'exclusion de Swift ne l'affectera pas.

La principale banque russe Sberbank affirme que son exclusion du système financier international Swift, décidée par l'Union européenne, n'aura qu'un effet limité, le groupe ayant déjà été frappé par d'autres sanctions depuis l'offensive russe contre l'Ukraine.

"Nous travaillons normalement - les principales restrictions sont déjà en vigueur", écrit dans un communiqué la banque, qui était déjà visée par de lourdes mesures américaines et britanniques. "L'exclusion de Swift ne change rien à la situation pour les règlements internationaux", souligne-t-elle.

08h07 TU. Serguei Lavrov en Turquie le 8 juin pour "discuter de corridors sécurisés"

Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov se rendra le 8 juin en Turquie pour discuter de la mise en place de "corridors sécrusiés" pour le transport des céréales ukrainiennes, a annoncé mardi son homologue turc Mevlüt Cavusoglu.

"Lavrov viendra en Turquie le 8 juin avec une délégation militaire pour discuter, entre autres, de l'instauration de corridors sécurisés pour le transport des céréales. C'est la question la plus importante", a indiqué le ministre qui veut "créer un centre d'observation des corridors à Istanbul".

07h53 TU. Viktor Orban salue l'exemption obtenue.


Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a salué l'accord des 27 pays de l'UE qui prévoit une exemption pour le pétrole acheminé par oléoduc, permettant ainsi à son pays de continuer à recevoir du brut bon marché venu de Russie.

Le dirigeant nationaliste bloquait depuis plusieurs semaines le projet d'embargo européen, parlant de "bombe atomique" lancée sur son économie.

Finalement, pour lever le veto de Budapest, les chefs d'Etat et de gouvernement réunis en sommet lundi 30 mai à Bruxelles ont limité l'arrêt des importations au pétrole russe transporté par bateau, soit les deux tiers des achats européens.

"Les familles peuvent dormir paisiblement, nous avons écarté l'idée la plus farfelue qui soit", a réagi Viktor Orban dans un message vidéo diffusé sur sa page Facebook.

Un embargo total "aurait été insupportable pour nous (...) mais nous avons réussi à l'éviter", s'est félicité le dirigeant nationaliste, qui entretenait de bonnes relations avec le président russe Vladimir Poutine avant l'invasion et a depuis une position ambigüe.

 

07h10 TU. Le russe Gazprom suspend les livraisons de gaz aux Pays-Bas.

Le gazier russe Gazprom annonce avoir suspendu les livraisons de gaz au fournisseur néerlandais GasTerra face à son refus de payer en roubles, litige né de l'offensive militaire russe contre l'Ukraine.

"Gazprom a cessé totalement ses livraisons de gaz à la société GasTerra B.V. (Pays-Bas) du fait du non-paiement en roubles", a annoncé le géant russe dans un communiqué sur sa messagerie Telegram.

En réplique aux sanctions imposées par l'Union européenne à la suite de l'offensive russe en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine a réclamé que les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" payent en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d'être privés d'approvisionnements, en dépit de contrats prévoyant des paiements en euros ou en dollars.

07h02 TU. Un premier navire commercial a quitté Marioupol pour la Russie, selon un séparatiste prorusse.

Un premier navire commercial, chargé de métal, a quitté le port ukrainien de Marioupol, conquis par les forces russes, pour rejoindre Rostov-sur-le-Don en Russie, a annoncé mardi 31 mai le dirigeant séparatiste prorusse Denis Pouchiline.

"Aujourd'hui 2.500 tonnes de rouleaux de tôle laminée sont sorties du port de Marioupol, le bateau s'est dirigé vers Rostov", écrit le chef des séparatistes prorusses de Donetsk sur sa messagerie Telegram. 

"Ce noeud de transport est très important pour le Donbass", souligne Denis Pouchiline. "C'est un port très important sur la mer d'Azov et le seul où l'on peut transborder tous types de marchandises y compris en hiver", explique-t-il.

Le dirigeant a par ailleurs indiqué qu'une partie des navires du port de Marioupol passerait dans la flotte commerciale de la république autoproclamée du Donetsk (DNR). "Une partie des bateaux passera sous juridiction de la DNR", a-t-il déclaré, cité par les agences russes, précisant que ces navires seraient "rebaptisés".

04h34 TU. La Russie accentue la pression dans le Donbass.

Les forces russes progressent dans l'est du pays. Elles affrontent les forces ukrainiennes au coeur de Severodonetsk qui, avec Lyssytchansk est une ville-clé des parties du Donbass encore sous contrôle ukrainien.

Severodonetsk
Une voiture gravement endommagée est vue dans une rue après une attaque russe à Severodonetsk, dans la région de Lougansk, en Ukraine, le vendredi 13 mai 2022.
(AP Photo/Leo Correa)

L'armée russe tente d'encercler Severodonetsk et d'en prendre le contrôle depuis plusieurs semaines, dans une offensive qui s'est intensifiée ces derniers jours, face à laquelle le président Zelensky a reconnu que l'armée ukrainienne était en difficulté.

"La situation dans le Donbass reste extrêmement difficile. L'armée russe essaye d'y concentrer ses forces pour mettre de plus en plus de pression sur nos défenseurs", a déclaré le président Zelensky lundi 30 mai au soir.

"Du côté de Donetsk, l'ennemi attaque nos troupes au mortier, à l'artillerie et au lance-grenade le long de la ligne de front. Les efforts se concentrent sur la prise de contrôle de Severodonetsk", résume le premier point mardi 31 mai de l'armée ukrainienne.

Les forces russes visent à contrôler le bassin minier du Donbass, dont des forces séparatistes prorusses appuyées par Moscou ont pris le contrôle partiel en 2014.

C'est dans cette zone qu'a été tué lundi un journaliste français, Frédéric Leclerc-Imhoff, qui travaillait pour la chaîne BFMTV.

(Re)voir Ukraine : les combats s'intensifient dans le Donbass
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
 

04h30 TU. Vladimir Poutine prêt à travailler avec Recep Tayyip Erdogan pour la libre circulation des marchandises en mer Noire.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré le 30 mai à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'un entretien téléphonique, que la Russie était prête à travailler avec la Turquie à la libre circulation des marchandises en mer Noire, dont "l'exportation des céréales provenant des ports ukrainiens", selon un communiqué du Kremlin.L'Ukraine et les pays occidentaux accusent Moscou de bloquer les ports ukrainiens de la mer Noire, ce que réfutent les responsables russes.

 

23h15 TU. L’Union Européenne exclut la principale banque russe de Swift.

L'UE s'est accordée pour exclure la principale banque russe, la Sberbank, du système financier international Swift, dans le cadre de son sixième paquet de sanctions contre Moscou, annoncent les dirigeants européens réunis en sommet à Bruxelles.

"Ce train de sanctions comprend des mesures percutantes comme le retrait de Swift de la plus grande banque russe, la Sberbank", a déclaré Charles Michel, le président du Conseil. Jusqu'à présent, sept établissements russes ont été privés d'accès à Swift, plateforme de messagerie sécurisée permettant des opérations cruciales comme des ordres de transferts de fonds entre banques.
 

22h57 TU. L’Union Européenne s'accorde pour supprimer l'essentiel de ses importations de pétrole russe.

Cet accord couvre pour l'instant "plus des deux tiers des importations de pétrole de Russie", a déclaré le président du Conseil, Charles Michel. Il va permettre de "supprimer une énorme source de financement à la machine de guerre" russe et exercer "une pression maximum" sur Moscou pour l'inciter à mettre fin à la guerre, a-t-il affirmé sur Twitter.

Grâce à l'engagement volontaire de Berlin et Varsovie d'arrêter leurs importations par l'oléoduc de Droujba, l'embargo supprimera "environ 90%" des importations européennes de pétrole russe d'ici à la fin de l'année, a précisé Ursula von der Leyen, également sur Twitter.

Selon l'Elysée, l'embargo progressif de l'UE sera limité dans un premier temps au pétrole transporté par bateau (soit les 2/3 des achats européens de pétrole russe).

Des négociations doivent avoir lieu "dès que possible" pour mettre fin au reste des importations de pétrole russe de l'UE, a précisé l'Elysée.

22h42 TU. L’UE accorde 9 milliards d'euros à l'Ukraine pour ses besoins immédiats de liquidités.

Les dirigeants des 27 pays membres de l'UE réunis en sommet à Bruxelles approuvent l'octroi de 9 milliards d'euros au gouvernement ukrainien pour couvrir ses besoins immédiats en liquidités afin de faire fonctionner son économie, a annoncé le président du Conseil Charles Michel.

(RE)voir : Ukraine : un sommet de l'UE pour un embargo sur le pétrole russe
 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Kiev a chiffré ses besoins à 5 milliards de dollars par mois. Les financements européens prendront la forme de "prêts à longue maturité" avec des taux d'intérêts bonifiés, a-t-on précisé de source européenne.

 

21h48 TU. L’Ossétie du Sud renonce à son projet de référendum sur son intégration à la Russie.

Les nouvelles autorités de la région séparatiste géorgienne prorusse d'Ossétie du Sud annoncent renoncer à l'organisation d'un référendum sur son intégration à la Russie.

Dans un décret, le "président" Alan Gagloev a invoqué "l'incertitude liée aux conséquences légales" d'une telle consultation, qui avait été décidée par son prédécesseur, Anatoli Bibilov, et qui devait se tenir le 17 juillet. 

Il a également mis en avant "l'inadmissibilité d'une décision unilatérale par référendum sur des questions relevant des droits et intérêts légitimes de la Fédération de Russie".

Alan Gagloev a néanmoins appelé à "tenir, sans délai, des consultations avec la partie russe sur l'ensemble des questions liées à une plus grande intégration de l'Ossétie du Sud et de la Fédération de Russie".