DIRECT - Ukraine : une neuvième victime après la frappe russe à Sloviansk

Après la frappe russe qui a touché un immeuble à Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, vendredi 14 avril, le bilan vient de monter à 9 morts. Le président brésilien Lula a appelé les États-Unis à "cesser d'encourager la guerre", et l'Union européenne à "commencer à parler de paix".
Image
Frappe russe Sloviansk
Un bâtiment lourdement endommagé après une attaque russe à Sloviansk, le lundi 27 mars 2023. AP/ Libkos.
Partager9 minutes de lecture


19h00 TU. L'Ukraine rapporte des combats sanglants sans précédent à Bakhmout.

Les forces armées ukrainiennes et russes se livrent des batailles extraordinairement sanglantes dans la ville de Bakhmout, dans l'est du pays, mais les forces pro-Kiev tiennent toujours le coup, selon l'armée ukrainienne.

Le ministère russe de la Défense a déclaré plus tôt dans la journée que des combattants du groupe de mercenaires Wagner s'étaient emparé de deux autres zones de Bakhmout, la principale cible de l'offensive de Moscou dans l'est de l'Ukraine.

Wagner a été le fer de lance de la tentative russe de prendre Bakhmout depuis l'été dernier dans ce qui a été la bataille la plus longue et la plus meurtrière de la guerre pour les deux parties.

"Des batailles sanglantes sans précédent au cours des dernières décennies se déroulent au milieu de la zone urbaine de la ville", a déclaré Serhy Cherevaty, porte-parole du commandement militaire de l'est de l'Ukraine.

"Nos soldats font tout dans des batailles sanglantes et féroces pour écraser la capacité de combat (de l'ennemi) et briser son moral. Chaque jour, dans tous les coins de cette ville, ils le font avec succès", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision 1+1. .

Le ministère russe de la Défense a déclaré que les unités de Wagner avaient pris deux zones à la périphérie nord et sud de la ville. Les unités de parachutistes de l'armée russe soutenaient l'avancée revendiquée en retenant les forces ukrainiennes sur les flancs, a-t-il ajouté.

18h26 TU. L'Ukrainien Marchenko déclare que le soutien du G7 est crucial pour une guerre "plus longue" avec la Russie.

Un nouveau programme de soutien économique international de 115 milliards de dollars donne à l'Ukraine plus de confiance dans sa capacité à l'emporter dans la lutte contre l'invasion russe, alors que l'on reconnaît de plus en plus que la guerre pourrait se poursuivre plus longtemps que prévu, a déclaré samedi le ministre ukrainien des Finances, Serhiy Marchenko.

Marchenko a déclaré que les ministres des Finances du Groupe des Sept (G7) lui avaient assuré lors des réunions du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale de cette semaine à Washington qu'ils soutiendraient l'Ukraine aussi longtemps que nécessaire. Cette déclaration représente un changement par rapport à l'année dernière, lorsqu'il y avait plus de pression pour que l'Ukraine accepte de mettre fin à la guerre.

Il a déclaré que la nouvelle promesse de soutien économique - débloquée par un nouveau prêt de 15,6 milliards de dollars sur quatre ans du FMI - était "extrêmement" importante pour l'Ukraine, maintenant dans une deuxième année de guerre après l'invasion russe le 24 février 2022.

"Cela nous aide énormément car cela nous donne la certitude que le FMI, avec les pays du G7 et les partisans de l'Ukraine, interviendra avec de l'argent pour couvrir nos besoins pendant quatre ans", a-t-il déclaré. "Par rapport aux dernières réunions du printemps, je me sens plus confiant que nous pouvons l'emporter dans cette guerre."

"Le soutien financier est très nécessaire, ainsi que le soutien militaire", a-t-il dit, reconnaissant l'acceptation croissante que le conflit militaire pourrait s'éterniser.

15H01 TU. La Pologne interdit les importations de céréales d'Ukraine pour protéger ses agriculteurs.

La Pologne décide d'interdire les importations de céréales et d'autres produits agricoles depuis l'Ukraine voisine pour protéger ses propres agriculteurs, a annoncé le chef du parti au pouvoir, Jaroslaw Kaczynski.

Les céréales ukrainiennes destinées à des pays étrangers transitent par l'Union européenne depuis que l'itinéraire traditionnel d'exportation via la Mer Noire est bloqué par l'invasion russe.

Mais, en raison de problèmes logistiques, des stocks de céréales s'entassent en Pologne, faisant chuter les prix locaux, ce qui a conduit à des manifestations d'agriculteurs et à la démission du ministre polonais de l'Agriculture.

"Aujourd'hui (samedi), le gouvernement a décidé d'interdire l'entrée, les importations de céréales en Pologne ainsi que de dizaines d'autres produits agroalimentaires", a déclaré Jaroslaw Kaczynski qui s'exprimait du village de Lyse, dans le nord de la Pologne.

Autrement, "cela conduirait à une grave crise du secteur agricole en Pologne", a-t-il ajouté.

S'adressant à l'occasion d'un meeting de son parti Droit et Justice (PiS), Jaroslaw  Kaczynski a souligné que la Pologne continuait néanmoins à fermement soutenir l'Ukraine. "Nous restons, sans le plus petit changement, des amis et des alliés de l'Ukraine", a-t-il affirmé.

Le ministère ukrainien de la Politique agricole a toutefois dit samedi "regretter la décision de son homologue polonais".

"Les agriculteurs polonais font face à une situation difficile mais nous tenons à souligner que les agriculteurs ukrainiens font face, quant à eux, à la situation la plus grave" en raison de la guerre, a commenté le ministère.

Ce dernier a proposé que les deux pays trouvent un accord au cours des prochains jours de nature à mutuellement les satisfaire.

Le mois dernier, la Pologne et quatre autres Etats d'Europe centrale avaient demandé l'aide de l'Union européenne pour trouver une solution au problème provoqué par le prix bas des céréales ukrainiennes.

14H03 TU. Zelensky annonce avoir discuté avec Macron de sa visite en Chine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé samedi 15 avril avoir discuté avec son homologue français Emmanuel Macron de la visite en Chine de ce dernier, dont les propos récents ont suscité des critiques en Europe et aux Etats-Unis.

"J'ai eu une conversation de près d'une heure et demie avec le président français Emmanuel Macron (...) Les résultats de la récente visite du président Macron en Chine ont été évoqués", a indiqué Volodymyr Zelensky sur Telegram.

Emmanuel Macron avait suscité un tollé à l'issue de sa visite d'Etat en Chine en déclarant que l'Europe ne devrait pas automatiquement s'aligner sur les Etats-Unis ou sur Pékin en cas de conflit à propos de Taïwan.

Il avait ensuite déclaré qu'être "allié" des Etats-Unis ne voulait pas pour autant dire être "vassal".

Sa visite en Chine avait été dominée par des discussions sur la guerre en Ukraine, Pékin était un proche partenaire de Moscou.

Volodymyr Zelensky a aussi affirmé samedi avoir exprimé à Emmanuel  Macron sa "gratitude" pour "avoir condamné la terrible exécution inhumaine d'un soldat ukrainien par des criminels de guerre russes".

Cette exécution présumée avait été révélée dans une vidéo virale montrant un individu russophone en uniforme décapiter au couteau une personne qui semblait être un prisonnier de guerre ukrainien, images qui ont provoqué choc et indignation en Ukraine et en Occident.

Les autorités russes ont affirmé jeudi examiner ces images pour déterminer leur authenticité.


13H07 TU. 11 morts dans l'attaque de Sloviansk, Moscou dit progresser près de Bakhmout.

Le bilan d'une frappe russe sur un immeuble de Sloviansk, dans l'Est de l'Ukraine, s'est alourdi à 11 morts samedi 15 avril, au lendemain d'un tir de missile, Moscou revendiquant de son côté des gains territoriaux près de Bakhmout.

"Le nombre de victimes du bombardement de Sloviansk a grimpé à 11 personnes", a déclaré à la télévision la porte-parole du service ukrainien des Situations d'urgence de la région orientale de Donetsk, Veronika Bakhal.

Un précédent bilan faisait état de neuf morts, dont un enfant de deux ans, et 21 blessés dans cette attaque sur Sloviansk, une ville située à 45 kilomètres au nord-ouest de Bakhmout.

Selon les autorités ukrainiennes, Sloviansk, qui comptait 22.000 habitants avant la guerre, a été visée vendredi par sept missiles antiaériens russes S-300, qui ont endommagé cinq immeubles, cinq maisons, une école et un bâtiment administratif.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé Moscou de "bombarder brutalement" des bâtiments résidentiels et de "tuer des gens en plein jour".

Des journalistes de l'AFP ont vu vendredi des secouristes chercher des survivants au dernier étage d'un immeuble résidentiel et de la fumée noire s'échapper de maisons en feu de l'autre côté de la rue.

Ailleurs en Ukraine, deux femmes ont été tuées samedi dans un bombardement russe sur Kherson, dans le Sud du pays, a annoncé sur Telegram le chef de l'administration présidentielle, Andriï Iermak.

11H39 TU. L'armée russe revendique des gains au nord et sud de Bakhmout

"Les unités d'assaut de Wagner ont progressé avec succès, capturant deux blocs à la périphérie nord et sud de la ville", a indiqué le ministère russe de la Défense sur Telegram, faisant état des "combats les plus violents" du front.

(Re)voir : Ukraine : le coût humain de la guerre
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

07H13 TU. Le bilan monte à 9 morts dans l'attaque de Sloviansk

Une neuvième personne a été trouvée sans vie dans les décombres d'un immeuble de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, touché la veille par une frappe russe.

(Re)lire : DIRECT - Guerre en Ukraine : 8 morts dans une frappe russe à Sloviansk

05H18 TU. Lula demande aux États-Unis de cesser "d'encourager la guerre" en Ukraine

"Les États-Unis doivent cesser d'encourager la guerre et commencer à parler de paix, l'Union européenne doit commencer à parler de paix", a lancé le président brésilien devant des journalistes à Pékin.

La communauté internationale pourra ainsi "convaincre" le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky que "la paix est dans l'intérêt du monde entier".
 

00H19 TU. Un jeune militaire américain inculpé pour la fuite de documents secrets

Jack Teixeira, 21 ans, a été inculpé par la justice fédérale aux États-Unis, soupçonné d'être à l'origine de la fuite d'une série de documents confidentiels américains sur la guerre en Ukraine. Il aurait profité de sa position pour diffuser sur un groupe privé du réseau social Discord des documents confidentiels et sensibles sur les opérations en Ukraine.

L'affaire soulève aussi des questions sur de possibles failles de sécurité et la façon dont une jeune recrue a pu avoir accès à de tels documents.

Les documents confidentiels, dont certains ont ensuite circulé sur Twitter et Telegram entre autres, révèlent notamment les inquiétudes des services de renseignement américains quant à la viabilité d'une contre-offensive ukrainienne contre les forces russes.

21H40 TU. Le Conseil de l'Europe "profondément inquiet" de l'état de santé d'Alexeï Navalny

Plusieurs dirigeants du Conseil de l'Europe ont déclaré dans un communiqué : "Nous sommes profondément inquiets face aux informations selon lesquelles l'état de santé d'Alexeï Navalny, incarcéré en Russie depuis plus de deux ans après une tentative d'empoisonnement, se détériore rapidement".

Ils se disent "gravement préoccupés par les informations faisant état de mauvais traitements et de conditions de détention cruelles dont est victime Alexeï Navalny", et appellent la Russie "à assurer immédiatement des soins médicaux appropriés".

Ils réitèrent aussi leur appel "à la libération immédiate" de l'opposant politique russe. Ils insistent ainsi sur "l'obligation inconditionnelle" de la Russie d'exécuter les arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme, organe judiciaire du Conseil, qui a exigé en février 2021 la libération d'Alexeï Navalny.