DIRECT - Ukraine : Ursula von der Leyen à Boutcha, 50 morts dans l'attaque contre la gare de Kramatorsk

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie européenne Josep Borell sont à Boutcha pour voir les fosses communes creusées pour y enterrer les dizaines de civils tués dans les combats. Au moins 50 personnes ont trouvé la mort dans une attaque contre la gare de Kramatorsk, dans l'est du pays, selon le gouverneur de la ville.
Image
Ursula von der Leyen à Boutcha, devant des corps qui ont été sortis de fosses communes.
© AP Photo/Rodrigo Abd
Ursula von der Leyen à Boutcha, devant des corps qui ont été sortis de fosses communes.
Image
Débris du missile tiré sur la gare de Kramatorsk
© AP Photo/Andriy Andriyenko
Deux membres des forces ukrainiennes se tiennent près des débris du missile tiré sur la gare de Kramatorsk.
Partager16 minutes de lecture

Ce qu'il faut retenir de l'actualité du 8 avril

-L'armée russe a lancé un missile sur la gare de Kramatorsk faisant 50 morts, dont cinq enfant et au moins un centaine de blessés. La Russie accuse les Ukrainiens d'avoir tiré ce missile.
Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, a condamné une "attaque aveugle" tandis que le président américain Joe Biden a accusé Moscou d'avoir commis une "horrible atrocité".
Ce bombardement est constitutif d'un "crime contre l'humanité", selon le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.


-Les autorités ukrainiennes dénoncent des atrocités "pires" qu’à Boutcha perpétrées à Borodianka, ville située près de la capitale Kiev. 

-Kiev veut poursuivre l’évacuation de civils notamment dans les régions de l’Est.

-Le président ukrainien a réclamé des armes devant le parlement finlandais. La Slovaquie va lui donner un système de défense aérienne S-300.

-Ursula von der Leyen et Josep Borrell sont allés voir les fosses communes creusées à Boutcha avant de se rendre à Kiev. 

-Lors d'une conférence de presse commune avec Volodymyr Zelensky, la cheffe de l'Union européenne a parlé de "l'avenir européen" de l'Ukraine.

19h16 Le président français Emmanuel Macron veut "rassembler les preuves" pour prouver "des crimes de guerre des Russes" 

"Même en prenant le maximum de précautions que je me dois de prendre" en tant que chef de l'État, "je peux dire que ce sont des crimes de guerre des Russes", a affirmé Emmanuel Macron sur le réseau social Brut. 

"Je veux qu'on rassemble les preuves. Et donc, nous avons envoyé des gendarmes et des magistrats en coopération pour aider (...) à récolter des preuves de la culpabilité de soldats russes et l'identité de ces soldats russes" a déclaré le chef de l'État français dans les dix dernière minutes de cet entretien.

Emmanuel Macron itw par Brut
© BRUT - Capture d'écran TV5MONDE


18h05 : La Russie ferme les bureaux locaux d'Amnesty International et Human Rights Watch (ministère de la Justice)

Invité dans le 64' sur TV5MONDE, le réprésentant de Human Rights Watch dénonçait les tirs sur la gare de Kramotorsk.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


17h11 TU.  Ursula von der Leyen condamne le massacre de Boutcha et menace la Russie de sombrer dans la "décomposition économique"
 

Ursula von der Leyen à Boutcha
Ursula von der Leyen à Boutcha, 8 avril 2022.
© AP Photo/Efrem Lukatsky


"La Russie va sombrer dans la décomposition économique, financière et technologique, tandis que l'Ukraine marche vers un avenir européen", déclare Ursula von der Leyen au cours d'une conférence de presse commune avec le chef de l'État ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Votre combat est aussi notre combat. Je suis ici à Kiev avec vous aujourd'hui pour adresser un message très fort : l'UE est à vos côtés. Nous sommes à vos côtés", a-t-elle redit au président ukrainien. 

"Je suis profondément convaincue que l'Ukraine va gagner cette guerre, que la démocratie va gagner cette guerre. Nous allons travailler ensemble avec l'Ukraine pour reconstruire l'Ukraine et cela signifie des investissements et des réformes massives et cela formera et forgera le chemin vers l'Union européenne", a promis la présidente de la Commission européenne.


17h00 TU. Un millier de marins bloqués dans les ports ukrainiens selon l'ONU

Selon l'Organisation internationale du travail et l'Organisation internationale pour les migrations, plus de cent navires de commerce ne peuvent quitter les ports d'Ukraine et les eaux voisines.

Le port d'Odessa en 2014
Le port d'Odessa en mai 2014
© AP Photo/Vadim Ghirda, File

Les dirigeants de ces deux organisations ont adressé une lettre conjointe aux dirigeants de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et de Médecins sans frontières (MSF) pour leur faire part de leur inquiétude concernant le sort de ces marins.

"Outre les dangers liés aux bombardements, de nombreux navires concernés manquent désormais de nourriture, de carburant, d'eau douce et d'autres fournitures essentielles. La situation des marins de nombreux pays devient donc de plus en plus intenable, ce qui présente de graves risques pour leur santé et leur bien-être", ont indiqué l'OIT et l'OIM dans la lettre.

16h45 TU. Couvre-feu de samedi soir à lundi matin à Odessa

Après le bombardement de la gare de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, qui a fait au moins 50 morts, l'administration militaire régionale craint"une menace d'attaque au missile plane sur Odessa, le 10 avril 2022. C'est pourquoi un couvre-feu est imposé à Odessa et dans sa région à partir de 21 heures le 9 avril jusqu'à 6 heures le 11 avril 2022".

Le MAE grec Nikos Dendias viste le centre ville d'Odessa avec le maire Gennady Trukhanov
Le ministre des Affaires étrangères grec Nikos Dendias viste le centre ville d'Odessa avec le maire Gennady Trukhanov le 3 avril 2022. Un couvre-feu sera en vigueur de samedi soir à lundi matin à Odessa face à la "menace" de frappes de missiles.
© George Vitsaras/AMNA via AP


16h30 TU. Joe Biden condamne l'attaque sur la gare de Kramatorsk

"L'attaque d'une gare ukrainienne est une nouvelle horrible atrocité commise par la Russie, frappant des civils qui tentaient d'évacuer et de se mettre en sécurité" a déclaré le président des États-Unis.

Joe Biden a remercié la Slovaquie pour avoir donné le système de défense aérienne S-300 à l'Ukraine. Ce don a été rendu possible par l'envoi de quatre batteries de défense antimissiles Patriot par l'Otan à la Slovaquie.

15h12 TU. La Slovaquie va fournir le système de défense aérienne S-300 à l'Ukraine

Le Premier ministre slovaque Edouard Heger, qui s'est rendu aujourd'hui à Boutcha, a précisé sur Facebook que ce "don" est une réponse de son pays à une demande d'assistance formulée par l'Ukraine dans l'exercice de la "légitime défense", en vertu de l'article 51 de la Charte des Nations unies.

Le système mobile multicanal de missiles sol-air S-300, de conception russe, faisait partie des demandes ukrainiennes de livraison d'armes. Le Premier ministre slovaque a souligné que la livraison du système ne signifiait pas "que la République slovaque soit devenue partie prenante du conflit armé." 

14H40 TU. La Finlande va décider fin juin si rejoindre ou pas l'OTAN

La Finlande pense prendre d'ici fin juin sa décision sur sa possible candidature à l'Otan en conséquence de l'invasion de l'Ukraine, annonce la Première ministre Sanna Marin.

"Nous aurons des discussions très prudentes mais nous ne prendront pas plus de temps que nécessaire", a affirmé la jeune dirigeante finlandaise lors d'une conférence de presse.

"Je pense que nous aurons terminé notre discussion avant fin juin" a déclaré Sanna Marin qui recevait le président de l'Allemagne Steimeier.
 


14h20 TU. Ursula von der Leyen est arrivée à Boutcha

Accompagnée du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, est allée voir les fosses communes creusées à Boutcha pour y enterrer les dizaines de civils tués dans les combats.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


13h00 TU. Le gouvernement finlandais révèle avoir subi une cyberattaque visant tous ses sites. 

Cette cyberattaque n'a pas paralysé leurs services grâce à la protection internet mise en place. Le président ukrainien intervenait par visio conférence au parlement finlandais à 11h00 TU.



12h53 TU. Varsovie convoque l'ambassadeur de France

L'ambassadeur de France en Pologne a été convoqué au ministère des Affaires étrangères suite à des propos du président Emmanuel Macron accusant le chef du gouvernement polonais d'"antisémitisme d'extrême droite".
Le gouvernement polonais fait référence à une interview que le président candidat a donnée au quotidien Le Parisien.

"Suite aux déclarations contenues dans l'interview du président de la République française Emmanuel Macron au Parisien, le ministre (polonais, ndlr) Zbigniew Rau a décidé de convoquer l'ambassadeur de France."

Emmanuel Macron réagissait aux propos du Premier ministre polonais qui l'avait interpellé le 5 avril sur ses coups de fil avec Poutine "Monsieur le président Macron, combien de fois avez-vous négocié avec Poutine, qu'avez-vous obtenu ? [...] Personne n'a négocié avec Hitler. Est-ce que vous négocieriez avec Hitler, avec Staline, avec Pol Pot?".
 

12h08 TU. Plus de 4,38 millions de réfugiés ukrainiens ont fui les bombardements. 

Plus de 4,38 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

11h31 TU. Zelensky veut accélerer la livraison d’armes en Ukraine. 

L'Ukraine ne peut pas attendre davantage de nouvelles armes occidentales et a besoin de sanctions "puissantes" contre la Russie dignes des "cocktails Molotov" popularisés par la résistance finlandaise en 1939-40, plaide son président Volodymyr Zelensky devant le Parlement finlandais.
 


11h03 TU. Ursula von der Leyen et Josep Borrell en route pour Kiev.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sont en route pour Kiev. Les dirigeants européens doivent rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky, avant d'assister à un événement "Stand Up for Ukraine" samedi à Varsovie, destiné à recueillir des fonds en faveur des réfugiés ukrainiens.

10h37 TU. 29,5 milliards d’euros d’avoirs russes gelés par l’UE. 

Les pays de l'UE ont déjà gelé au moins 29,5 milliards d'euros d'avoirs russes et bélarusses dans le cadre des sanctions adoptées contre la guerre menée en Ukraine, selon un décompte encore partiel annoncé par la Commission européenne.

10h21 TU. L’Union européenne condamne une "attaque horrible" de la Russie à Kramatorsk. 

Des responsables européens ont accusé la Russie d'avoir mené une attaque "horrible", qui a fait plusieurs dizaines de morts, contre la gare de Kramatorsk, dans l'Est de l'Ukraine, Moscou démentant en être l'auteur. L'Union Européenne adopte un cinquième paquet de sanctions contre Moscou, prévoyant un embargo sur le charbon russe et la fermeture des ports européens aux navires russes.

10h12 TU. L’armée russe nie les frappes sur Kramatorsk. 

L'armée russe dément tout tir de missile sur la gare de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, dénonçant une "provocation" des forces de Kiev, alors que cette frappe a fait au moins 35 morts.

(Re) lire : Ukraine : front stable mais sous tension dans le nord du Donbass


09h52 TU. Londres sanctionne les filles de Poutine et de Lavrov.

Le Royaume-Uni sanctionne les deux filles du président russe Vladimir Poutine, Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova, et celle du chef de la diplomatie Sergueï Lavrov en raison de l'invasion de l'Ukraine. Londres justifie ces sanctions en disant vouloir s'en prendre au "train de vie fasteux du cercle rapproché du Kremlin".

09h19 TU. Le Japon va cesser d'importer du charbon russe.

Tokyo annonce l’arrêt des importations de charbon russe. L’annonce a été faite ce vendredi par le Premier ministre japonais Fumio Kushida. Le gouvernement du Japon s’est dit ouvert à d’autres sanctions visant Moscou. 

8h27 TU. La gare de Kramatorsk attaquée. 

Suite au tir de roquette sur la gare de Kramatorsk, selon les données opérationnelles, plus de 30 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées

Oleksandre Kamychine, patron de la compagnie ferroviaire ukrainienne Ukrzaliznytsia. 

La gare de Kramatorsk, la capitale régionale de l’oblast de Donetsk dans le Donbass, a été attaquée. Selon un premier bilan fourni  par les autorités ukrainiennes, 30 personnes au moins ont été tuées.

08h23 TU. Les prix alimentaires mondiaux à un niveau jamais enregistré, signale la FAO.

Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont atteint en mars leurs "plus hauts niveaux jamais enregistrés" en raison de la guerre en Ukraine, qui "provoque des chocs" dans les marchés des céréales et des huiles végétales selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Cette augmentation est principalement imputable à l'indice FAO des prix des céréales, qui a "enregistré une hausse de 17,1% par rapport à février, sous l'effet de fortes hausses des prix du blé et de toutes les céréales secondaires, principalement dues à la guerre en Ukraine".

07h57 TU. Les civils reviennent à Boutcha. 

Les combats autour de la localité n'ont jamais totalement cessé et fin mars, les troupes russes se sont retirées de la ville. Des dizaines de cadavres de civils y ont été découverts le week-end dernier, dont certains avaient les mains liées dans le dos. Il y a une semaine, quand les soldats russes se sont retirés de la région, "ils ont emporté tout ce qu'ils pouvaient avec eux. Ils ont tout pillé, leurs véhicules blindés débordaient d'affaires volées", témoignent les habitants. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
07h36 TU. Plus de 9.600 élèves ukrainiens actuellement scolarisés en France.

Plus de 9.600 enfants ukrainiens sont actuellement scolarisés dans les écoles, collèges et lycées en France, principalement dans les académies de Nice et de Versailles, annonce le ministère de l'Éducation nationale dans un communiqué.

Selon les derniers chiffres de la "cellule Ukraine" installée rue de Grenelle, 9.637 élèves arrivant d'Ukraine sont actuellement accueillis dans les classes du premier et du second degré.

07h26 TU. La région ukrainienne de Soumy, frontalière de la Russie, est "libérée" selon Kiev.

La région de Soumy, frontalière de la Russie dans le nord-est de l'Ukraine, a été totalement "libérée" des forces russes, selon le chef de l'administration régionale Dmytro Jivitsky. "Le territoire de la région est libéré des Orcs", déclare-t-il sur Telegram. "Orc" est le surnom tiré du livre de Tolkien, popularisé par le film de Spielberg "Le Seigneur des anneaux", fréquemment donné aux soldats russes en Ukraine. Il a ajouté toutefois que la zone n'était "pas sûre" et que des opérations de déminage étaient en cours.

06h53 TU. Le Canada débloque des "ressources additionnelles" en soutien à l'Ukraine.

Le Canada a prévu dans son budget des ressources additionnelles pour soutenir l'Ukraine, comprenant un prêt allant "jusqu'à un milliard de dollars canadiens" (730 millions d'euros)  au gouvernement Zelensky via le Fonds monétaire international (FMI) ainsi qu'une aide militaire supplémentaire de 500 millions de dollars canadiens. 

06h45 TU. Au moins 5 000 morts à Marioupol, selon les autorités ukrainiennes. 

À Marioupol (sud-est), cité portuaire assiégée et dévastée par l'armée russe depuis fin février et où se terrent toujours quelque 100.000 habitants, le "nouveau maire" proclamé par les forces pro-russes a annoncé jeudi qu'"environ 5.000 personnes" étaient mortes parmi la population civile. 

06h30 TU. Joe Biden condamne les "mensonges de la Russie"

Dans un communiqué, le président des États-Unis Joe Biden estime que "les mensonges de la Russie ne tiennent pas face aux preuves incontestables de ce qui se passe en Ukraine." Les indications de viols, de tortures, d'exécutions sont une "insulte à l'humanité", a-t-il ajouté. 

06h20 TU. Les pays du G7 adoptent de nouvelles sanctions contre la Russie. 

Les pays du G7 ont annoncé prendre de nouvelles sanctions contre Moscou.  Ils vont notamment interdire tout nouvel investissement dans des secteurs clefs de la Russie. Washington a également ouvert la voie à des droits de douane punitifs contre la Russie et le Belarus, en leur révoquant jeudi le statut commercial par un vote au Congrès.

06h10 TU. L’UE va financer des armes pour l’Ukraine. 

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba s'est rendu à Bruxelles pour demander des livraisons immédiates d'armes à ses homologues de l'Alliance atlantique. L’Union européenne s'est dite prête à débloquer 500 millions d'euros de plus pour financer des armes pour l'Ukraine. 
 


06h05 TU. Les forces russes maintiennent la pression sur Odessa. 

Jeudi soir, un missile russe a frappé des infrastructures dans la région d'Odessa, a indiqué sur Telegram le Conseil municipal de cette ville du sud de l'Ukraine, sans faire dans l'immédiat état de victimes.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
 

06h00 TU. Embargo européen sur le charbon russe. 

Accusée de "crimes de guerre" en Ukraine, la Russie a fait l'objet jeudi d'un embargo de l'UE sur son charbon. C'est la première fois que les Européens frappent le secteur énergétique russe, dont ils sont très dépendants. L'UE importe 45% de son charbon de Russie pour une valeur de 4 milliards d'euros par an. Cet embargo entrera en vigueur début août.

05h52 TU. Le Royaume-Uni annonce un repli partiel des troupes russes dans le nord de l'Ukraine. 

Selon le ministère britannique de la Défense, les forces russes qui avaient été déployées dans le nord de l'Ukraine se sont "totalement retirées" au Belarus ou en Russie. Au moins une partie"seront"redéployées dans l'est pour combattre dans le Donbass, mais ont besoin d'un "réapprovisionnement significatif" et une telle opération prendrait "au moins une semaine", a estimé le ministère dans un communiqué publié vendredi.

05h47 TU. La ville de Severodonetsk pilonnée par les Russes. 

C'est la ville la plus à l'est tenue par les troupes ukrainiennes. Elle a été pilonnée par les forces russes jeudi. Des civils ont pu être évacués de la zone par des cars. Des explosions ont été entendues régulièrement en périphérie de la ville. 

05h39 TU. Reprise des évacuations de civils dans le Donbass. 

Les évacuations par train, interrompues en raison d'une partie de la voie ferrée endommagée, ont repris dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué le gouverneur de la région de Lougansk dans le Donbass, Serguiï Gaïdaï.

"Trois trains d'évacuation transportant des habitants de la région de Lougansk et de Donetsk ont pu partir vers l'ouest. La voie a été réparée" précise-t-il ce matin.

05h30 TU. 26 corps retrouvés dans les décombres d'immeubles à Borondianka.

Vingt-six corps ont été extraits par les secouristes ukrainiens des décombres de deux immeubles d'habitation à Borodianka, au nord-ouest de Kiev, a annoncé jeudi sur Facebook la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

Dans un message vidéo jeudi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que la situation à Borodianka est "bien plus horrible" qu'à Boutcha. "Il y a plus de victimes", assure Zelensky.

05h00 TU. Moscou reconnait des "pertes militaires importantes"

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a reconnu jeudi que les forces russes avaient déjà subi dans cette région "des pertes militaires importantes", évoquant une "immense tragédie". C'est la première fois depuis le début de la guerre que la Russie reconnaît des pertes d'ampleur. 

Dmitry Peskov
Dmitry Peskov, porte parole du Kremlin : "Ces négociations sont gérées par des professionels et il faut leur faire confiance." 
© AP Photo/Alexander Zemlianichenko, File

04h00 TU. Le sud et l’est de l’Ukraine assiégés. La Russie multiplie ses attaques au sud et à l’est du pays. 

03h00 TU. Des milliers d’Ukrainiens en cours d’évacuation

Les autorités ukrainiennes s’efforcent d’évacuer les civils des régions les plus touchées par les bombardements russes. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, les destructions à Borodianka sont "pires" encore que celles signalées près de la capitale Kiev après le départ précipité des troupes russes. 

01h30 TU. Des communications russes interceptées par Berlin révèlent l'horreur de Boutcha.

Les services de renseignement allemands (BND) ont enregistré des communications radio de soldats russes dans lesquelles ils évoquent les exactions commises à Boutcha, affirme jeudi le magazine der Spiegel. Dans l'un des messages radio évoqué par der Spiegel, un soldat explique à un autre que lui et ses collègues ont abattu une personne à vélo. Dans un autre, un homme affirme : "On interroge d'abord les soldats, puis on les abat".

00h30 TU. L’ONU sanctionne la Russie.

L'Assemblée générale de l'ONU, composée des 193 pays membres, a suspendu jeudi la Russie de son siège au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, lors d'un vote qui a recueilli 93 voix favorables. Vingt-quatre pays ont voté contre cette suspension initiée par les Etats-Unis. 58 pays se sont abstenus.

00h00 TU. Les scientifiques ukrainiens basés dans l’Antarctique restent mobilisés. 

Une douzaine de scientifiques ukrainiens travaillent dans l’Antarctique. Depuis le début de la guerre en Ukraine, ils n’ont d’autre choix que de continuer leur travail “du mieux possible”.