Direct - Ukraine : Vladimir Poutine rencontre le président bélarusse Alexandre Loukachenko

Le président russe, Vladimir Poutine, a été reçu par son homologue bélarusse ce 19 décembre à Minsk. La Biélorussie est l'un des alliés de Moscou dans la guerre en Ukraine. Cette rencontre entre les deux chefs d'État laisse craindre une nouvelle offensive russe depuis le sol bélarusse au début de l'année 2023, répétant le scénario du début du conflit.
Image
Vladimir Poutine, reçu par son homologue biélorusse, Alexandre Loukachenko, à Minsk le 19 décembre
Konstantin Zavrazhin, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
Vladimir Poutine a été reçu le 19 décembre à Minsk par le président bélarusse Alexandre Loukachenko
Image
Biélorussie
(Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)
Dans cette photo tirée d'une vidéo publiée par le service de presse du ministère russe de la Défense le mercredi 23 novembre 2022, les multiples lance-roquettes de l'armée russe tirent des roquettes lors d'un entraînement d'artillerie et de combat sur un champ de tir militaire biélorusse.
Partager7 minutes de lecture

17H33 TU. Le Canada va saisir des actifs de l'oligarque russe Roman Abramovitc

Le gouvernement canadien a annoncé ce 19 décembre qu'il allait saisir 26 millions de dollars d'actifs appartenant à Roman Abramovitch, oligarque russe et ancien président du club de football de Chelsea.

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, doit maintenant "présenter une demande au tribunal pour confisquer définitivement" les actifs de la société Granite Capital Holding, appartenant au milliardaire.

Le Canada succède au Royaume-Uni et à l'Union européenne, qui ont également sanctionner l'oligarque.

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le pays a imposé des sanctions à 1500 personnes et entités.

17H22 TU. Le Kremlin qualifie d'"inacceptable" le plafonnement des prix de gros du gaz par l'Union européenne

Les ministres de l'énergie des 27 pays membres de l'Union européenne ont trouvé un accord pour mettre en place un mécanisme de plafonnement, dès que les prix de gros du gaz dépasseront 180 euros/MWh pendant trois jours consécutifs.

Le porte parole du gouvernement, Dmitri Peskov, a dénoncé une "violation du processus pour la formation des prix".

15H37 TU. Moscou dit avoir abattu quatre missiles de fabrication américaine près de l'Ukraine

Le ministère de la Défense de la Russie a indiqué que "quatre missiles anti-radar américains HARM ont été abattus" dans la région de Belgorod.

Les États-Unis ont fourni un nombre inconnu de ces missiles à l'armée ukrainienne. Ce type d'armement a une portée de plus de 48 kilomètres.

Le Pentagone n'a pas fait de commentaire sur les affirmations russe.

13H22 TU. Poutine en Biélorussie pour rencontrer son allié Loukachenko, après une attaque sur Kiev.

Vladimir Poutine est arrivé en Biélorussie pour des pourparlers avec le président Alexandre Loukachenko, son allié dans la guerre avec l'Ukraine, quelques heures après une attaque de drones sur Kiev qui a provoqué des coupures de courant.

Ce sommet entre les chefs d'Etat russe et biélorusse intervient à un moment où les autorités ukrainiennes disent redouter dans les premiers mois de 2023 l'éventualité d'une offensive russe sur Kiev qui serait déclenchée à partir du territoire biélorusse, répétant le scénario du début de l'invasion, le 24 février.

Ajoutant aux inquiétudes, l'armée russe a déclaré lundi qu'elle allait prendre part à des manoeuvres "tactiques" au Bélarus, après l'annonce en octobre de la formation d'une force commune de plusieurs milliers d'hommes.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a toutefois démenti que Vladimir Poutine soit allé en Biélorussie pour convaincre Minsk de directement participer au conflit en Ukraine, qualifiant ces allégations de "stupides" et "sans fondement".

La Russie a aussi fait savoir que plusieurs de ses navires de guerre participeraient dès cette semaine à des manoeuvres avec la marine chinoise, sur fond d'efforts de Moscou et de Pékin en vue de consolider leurs liens face aux Occidentaux.

08H14 TU. Des unités militaires russes vont effectuer des "exercices tactiques" an Biélorussie.

Des unités militaires russes vont effectuer des "exercices tactiques" en Biélorussie, frontalier de l'Ukraine, a rapporté l’agence de presse Interfax, citant le ministère de la Défense à Moscou. 

Il n'est pas précisé quand et où ces manoeuvres auront lieu, mais cette annonce intervient au moment où le président russe Vladimir Poutine est attendu à Minsk pour des entretiens avec son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko. 

"L’évaluation finale de la capacité et de l'aptitude au combat des unités sera donnée (...) une fois achevés les exercices tactiques des bataillons", a déclaré le ministère russe de la Défense, cité par Interfax. 

La visite de Vladimir Poutine intervient 10 mois après le début de l'offensive russe en Ukraine, qui a été déclenchée à partir de plusieurs endroits, y compris du territoire biélorusse. 

En octobre, la Biélorussie avait annoncé la formation d’une force commune avec la Russie et plusieurs milliers de militaires russes étaient arrivés dans cette ex-république soviétique.   

Ce déploiement a fait craindre que les troupes biélorusses ne se joignent aux soldats russes dans leur intervention en Ukraine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a souligné dimanche soir que "la protection de la frontière avec la Russie et la Biélorussie" était "également une priorité constante"

"Nous nous préparons à tous les scénarios de défense possibles", a expliqué Volodymyr Zelensky dans son discours quotidien à la nation à l'issue d'une réunion avec les commandants de l'armée ukrainienne.

Alexandre Loukachenko a de son côté affirmé à plusieurs reprises qu'il n'envisageait pas d'envoyer des unités militaires biélorusses en Ukraine. 



06H11 TU. La Crimée annexée par la Russie inonde la Syrie de blé, l'Ukraine crie au scandale.

Utilisant une flotte discrète de navires sous sanctions américaines, la Syrie a cette année fortement augmenté les importations de blé de la péninsule de la mer Noire de Crimée que la Russie a annexée à l'Ukraine. C'est un signe du resserrement des liens économiques entre deux alliés boudés par l'Occident.

Le blé envoyé en Syrie depuis le port de la mer Noire de Sébastopol en Crimée a été multiplié par 17 cette année pour atteindre un peu plus de 500 000 tonnes, selon des données d'expédition non déclarées auparavant. Ces importations  représentent près d'un tiers des importations totales de céréales du pays.

Alors que les sanctions rendent compliqué le commerce pour la Syrie et la Russie, les deux pays comptent de plus en plus sur leurs propres navires pour transporter le grain, y compris trois navires syriens qui font l'objet de sanctions imposées par Washington.

04H24 TU. Attaque de drones sur la capitale ukrainienne, selon l’administration de Kiev.

La capitale ukrainienne a été attaquée par des drones lundi matin, a indiqué l'administration militaire de la ville de Kiev, exhortant la population à se tenir prête à se mettre à l'abri.

"L'ennemi attaque la capitale", a écrit l'administration sur Telegram. A ce stade, neuf drones "ennemis ont déjà été abattus dans l'espace aérien de Kiev", a-t-elle ajouté.

Elle précise que les forces russes ont procédé à des tirs de barrages, utilisant les drones iraniens "Shahed" - utilisés dans le pilonnage de Kiev ces dernières semaines.

L'administration de la ville a déclenché une première alerte aérienne à 01H56 locales (23H56 GMT) qui a duré un peu plus de trois heures. Une deuxième alerte a été émise à 05H24 (03H24 GMT), et annulée dans la demi-heure qui a suivi.

Lorsque les sirènes de telles alertes retentissent, la population est sommée de se mettre à l'abri.

Vitali Klitschko, le maire de Kiev, a confirmé que des "explosions" s'étaient produites dans la capitale.

"Plusieurs explosions ont été entendues dans les quartiers Solomianskyi et Shevchenkivskyi de la capitale", a-t-il déclaré. Tous les acteurs "travaillent (actuellement) sur le terrain. Plus de détails (seront donnés) plus tard."


22H30 TU. Londres va livrer à l'Ukraine d'importantes quantités de munitions.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak doit annoncer la livraison à l'Ukraine d'une importante quantité de munitions, au cours d'une réunion avec les dirigeants d'Europe du Nord, baltes et néerlandais en Lettonie. 

Au cours de cette rencontre à Riga seront évoqués les efforts en cours destinés à contrer la Russie dans les régions nordiques et de la Baltique.

Rishi Sunak, qui arrivera lundi en Lettonie, demandera aux autres dirigeants des pays participant aux côtés du Royaume-Uni à la Force expéditionnaire conjointe (JEF) de maintenir ou de dépasser en 2023 le niveau du soutien accordé cette année à l'Ukraine, selon un communiqué diffusé par le bureau du Premier ministre. 

Rishi Sunak
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak  dans les locaux de la force frontalière dans le centre de Londres, le mardi 13 décembre 2022.
(AP Photo/Alastair Grant, Pool)

Il annoncera également que Londres livrera "des centaines de milliers de munitions pour l'artillerie l'année prochaine dans le cadre d'un contrat de 250 millions de livres sterling (304 millions de dollars) qui assurera un flux constant de munitions essentielles pour l'artillerie à l'Ukraine tout au long de 2023", toujours d'après le communiqué. 

Le Royaume-Uni a montré la voie en "fournissant une aide défensive à l'Ukraine, notamment en envoyant des lance-roquettes multiples et, récemment, 125 canons antiaériens", a poursuivi le bureau du chef du gouvernement. 

"Nous avons également fourni plus de 100.000 munitions depuis février", le mois où la Russie a déclenché son offensive, a-t-il ajouté. 

Le mois dernier, Rishi Sunak s'est rendu à Kiev pour offrir un soutien supplémentaire à l'Ukraine dans sa lutte contre les forces russes. 

"Le Royaume-Uni et nos alliés européens ont réagi de manière synchrone à l'invasion de l'Ukraine et nous restons inébranlables dans notre ambition de rétablir la paix en Europe", a déclaré Rishi Sunak dans le communiqué.

"Mais pour parvenir à la paix, nous devons dissuader toute agression et nos déploiements dans la région sont essentiels pour garantir notre capacité à répondre aux menaces les plus graves", a-t-il encore dit.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenksy s'adressera aussi aux participants à la réunion du JEF, qui rassemble les dirigeants du Danemark, de la Finlande, de l'Estonie, de l'Islande, de la Lettonie, de la Lituanie, des Pays-Bas, de la Suède, de la Norvège et du Royaume-Uni.