DIRECT - Ukraine : Volodymyr Zelensky reçu à Washington

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui n'avait pas quitté son pays depuis l'invasion déclenchée par la Russie le 24 février, est arrivé aux États-Unis. Il a été accueilli à la Maison Blanche par Joe Biden qui lui a promit de fournir à son pays leur système de défense antiaérienne le plus sophistiqué, le Patriot. Il doit ensuite s'adresser au Congrès.
Image
Zelensky avec Biden à la Maison blanche
Le président des États-Unis Joe Biden avec la décoration appartenant à un vétéran ukrainien que vient de lui remettre son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky dans le bureau Ovale de la Maison Blanche Office le 21 décembre 2022.
© AP Photo/Patrick Semansky
Partager15 minutes de lecture

19h57 TU. Joe Biden promet à Zelensky de "continuer à renforcer la capacité de l'Ukraine à se défendre".

Les États-Unis vont "continuer à renforcer la capacité de l'Ukraine à se défendre", a promis Joe Biden en recevant à la Maison Blanche Volodymyr Zelensky, le président américain insistant sur la nécessité d'aboutir à une "paix juste" pour Kiev.

Le président ukrainien, en visite historique à Washington, a exprimé en retour à son homologue sa "reconnaissance du fond du coeur" pour le soutien des États-Unis, qui a fourni à Kiev des milliards de dollars d'armes pour se défendre face à la Russie.


18h59 TU. Le Sénat américain confirme la nomination d'une ambassadrice en Russie

Le Sénat américain a confirme la nomination d'une diplomate de carrière russophone comme ambassadrice des États-Unis à Moscou.
Le Sénat a voté à 93 voix pour, et 2 voix contre, en faveur de la nomination de Lynne Tracy, actuelle ambassadrice des États-Unis en Arménie et ancienne numéro deux à l'ambassade américaine à Moscou. Elle est la première femme à accéder à ce poste stratégique.



Lynne Tracy a également officié dans les anciennes républiques soviétiques de Géorgie, du Kazakhstan, du Kirghizstan et du Turkménistan. Elle a aussi été, de 2006 à 2009, la principale diplomate américaine dans la ville pakistanaise de Peshawar où elle a survécu à une attaque par des hommes armés contre sa voiture officielle.

Le vote de confirmation a eu lieu avant que le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne s'adresse au Congrès lors de son premier voyage à l'étranger depuis l'invasion russe en février.
"Même si Poutine poursuit cette guerre brutale, les États-Unis ont besoin d'un ambassadeur qui puisse nous représenter à Moscou", a déclaré le sénateur Bob Menendez, qui préside la commission sénatoriale des Affaires étrangères.

Lynne Tracy "a le courage de remplir ses fonctions face à un gouvernement hostile et de représenter l'Amérique hors des murs du Kremlin", a-t-il déclaré au Sénat.

Elle remplacera John Sullivan, qui avait été nommé par Donald Trump et qui a pris sa retraite en septembre.

Les relations russo-américaines traversent l'une des pires crises de leur histoire avec l'offensive du Kremlin en Ukraine, pays soutenu depuis massivement par l'administration du président américain démocrate Joe Biden à coups de livraisons d'armes et d'aides financières.

Mais les deux pays ont tout de même maintenu des canaux discrets, négociant deux échanges de prisonniers.

17h45 TU. Volodymyr Zelensky vient d'arriver à Washington.

Un voyage historique dont le secret a été gardé jusqu'au dernier moment.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui n'avait pas quitté son pays depuis l'invasion déclenchée par la Russie le 24 février, est arrivé mercredi aux Etats-Unis, qui vont fournir à son pays leur système de défense antiaérienne le plus sophistiqué, le Patriot. Volodymyr Zelensky sera reçu à la Maison Blanche par Joe Biden avant de s'adresser au Congrès américain, au cours de cette visite d'ores et déjà historique.

Àl'occasion d'un déplacement sur le point le plus chaud du front la veille, à Bakhmout (est), le président ukrainien avait d'une certaine manière déjà levé le voile. Recevant un drapeau de la main de combattants, il avait dit : "Nous allons le donner au Congrès américain, au président américain. Nous leur sommes reconnaissants pour leur soutien mais ce n'est pas assez".

17h36 TU. Washington va fournir à l'Ukraine le système de défense antiaérienne Patriot.

Les Etats-Unis vont fournir à l'Ukraine leur système de défense antiaérienne le plus sophistiqué, le Patriot, annonce le chef de la diplomatie américaine, alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'apprêtait à atterrir à Washington.

Missile Patriot
Un système de défense Patriot en pleine action à la base de l'OTAN de Chania, Grèce en novembre 2017.
© Sebastian Apel/U.S. Department of Defense, via AP, File


"La tranche d'aide d'aujourd'hui inclut pour la première fois le système de défense antiaérienne Patriot, capable d'abattre des missiles de croisière, des missiles balistiques de courte portée et des avions à une altitude nettement supérieure à celle des systèmes de défense qui avaient été fournis jusque-là", a déclaré le secrétaire d'État Antony Blinken dans un communiqué.
 


Le département d'État a ensuite précisé que Washington n'envoyait pour le moment qu'un de ces systèmes hautement mobiles, au moment où l'Ukraine est mise à rude épreuve par l'intensification des frappes de Moscou.

Le Patriot fait partie d'une nouvelle tranche d'aide militaire américaine à l'Ukraine d'environ 1,85 milliard de dollars, dont 1 milliard sous forme de dons à Kiev d'armement tirés des stocks de l'armée américaine - qui pourront être livrés rapidement- et 850 millions de commandes à l'industrie de défense, ce qui implique des délais de plusieurs mois, voire plusieurs années.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky n'a cessé ces dernières semaines de demander aux capitales occidentales des systèmes modernes de défense antiaérienne. La Russie multiplie en effet depuis octobre les bombardements sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes.

Les Patriot, dont l'efficacité a été largement démontrée ces dernières années en Irak et dans le Golfe, sont des armements susceptibles de participer utilement à contrer ces attaques.

Washington va aussi envoyer des munitions supplémentaires pour l'artillerie ukrainienne, notamment des roquettes HIMARS, des véhicules blindés, des mortiers et des missiles de précision de 155 mm, le standard de l'Otan.

Parmi les armements commandés à l'industrie américaine figurent notamment des munitions de divers calibres, des terminaux de communication satellite et des fonds destinés à la formation des troupes ukrainiennes.

Cette nouvelle tranche porte à 21,3 milliards de dollars l'aide militaire totale des Etats-Unis à l'Ukraine depuis l'invasion de ce pays par la Russie le 24 février et 21,9 milliards depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021.

17h22 TU. Le groupe Wagner réfléchit à envoyer des femmes combattre en Ukraine.

L'organisation paramilitaire Wagner envisage de recruter des femmes détenues dans les prisons russes et de les envoyer combattre en Ukraine, après avoir fait la même chose avec des hommes, a déclaré mercredi son chef Evguéni Prigojine.

"Pas seulement comme infirmières ou opératrices, mais aussi dans des groupes de saboteurs ou dans des équipes de snipers. On sait tous que cela s'est déjà fait massivement", a dit Evguéni Prigojine.

Le chef des Wagner faisait manifestement allusion aux femmes tireurs d'élite et à celles présentes dans les groupes de partisans qui ont combattu pendant la Deuxième guerre mondiale et qui étaient mises en avant par la propagande soviétique.
 

Ludmila Pavlichenko, tireuse d'élite russe en 1942
Héroïne du siège de Sébastopol, la tireuse d'élite Ludmila Pavlichenko le 21 juin 1942 qui a abattu 300 soldats allemands (AP Photo).


"Nous travaillons en ce sens. Il y a des résistances, mais je pense qu'on en viendra à bout", a ajouté Evguéni Prigojine, cité par son service de presse sur Telegram.
Il réagissait à un message d'un élu russe de l'Oural qui affirme que des femmes détenues dans une prison de la ville de Nijni Taguil lui ont demandé d'être envoyées sur le front ukrainien pour aider l'armée russe.

Ces derniers mois, Wagner est soupçonné d'avoir recruté en masse des hommes détenus dans les prisons de Russie et de les avoir ensuite envoyés combattre en première ligne en Ukraine contre la promesse d'une remise de peine et d'émoluments attractifs.

15h12 TU. Le club de football Shakhtar Donetsk devant le TAS, demande 40 M EUR à la Fifa.

Le club du Shakhtar Donetsk, qui s'estime lésé après le départ de certains de ses joueurs en raison de la guerre en Ukraine, demande réparation à la Fifa devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne (Suisse), à hauteur de 40 millions d'euros. Une audience est prévue demain (9h30) devant le TAS, dans ce litige opposant le club 13 fois champion d'Ukraine à la Fédération internationale de football.

Le club ukrainien estime avoir pâti financièrement de plusieurs décisions suspensives de la Fifa, consécutives à l'invasion de l'Ukraine au printemps 2022.
En effet, dans sa circulaire N.1800 de juin 2022, l'instance prévoit que "les joueurs et entraîneurs étrangers (évoluant en Ukraine) seront en droit de suspendre leur contrat de travail jusqu'au 30 juin 2023" s'ils ne trouvent au préalable un accord avec leur club.

Mateus Teté
Mateus Teté, portant le maillot de son club Shakhtar Donetsk pour ce match de la Ligue des Champions le 7 décembre 2021 contre le FC Sheriff Tiraspol au stade Olympique de Kiev. Actuellement teté joue pour l'Olympique Lyonnais.
© AP Photo/Efrem Lukatsky, file


"De nombreux joueurs internationaux ont ensuite quitté le club sur des transferts à coût zéro", déplore Sergei Palkin, le directeur général du Shakhtar, dans une déclaration transmise à l'AFP.

Ces mesures "ont finalement conduit à une perte de revenus de transferts de joueurs et à une diminution des revenus de base du club d'environ 40 millions d'euros", a-t-il repris. "À ce titre, le club cherche à récupérer les 40 millions d'euros perdus et la Fifa devrait rembourser les dommages dont elle est responsable".

Dans une autre circulaire du 2 juillet 2022 consultée par l'AFP, la Fifa avait reconnu que les clubs ukrainiens "pourraient devoir faire face à de très nombreux départs", mais elle estimait qu'il s'agissait "d'une conséquence inévitable de la situation en Ukraine", promettant de faire en sorte que les "intérêts" des "clubs ukrainiens soient protégés".

Plusieurs joueurs ont quitté le Shakhtar ces derniers mois, notamment l'ailier brésilien Mateus Teté, prêté depuis fin mars à l'Olympique lyonnais.


13h27 TU. Le conflit en Ukraine est une "tragédie commune" mais la Russie n'est pas fautive, déclare Vladimir Poutine.

Le président russe Vladimir Poutine estime que le conflit en Ukraine était une "tragédie commune", mais que la Russie n'était pas responsable de son déclenchement.
 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


"Ce qui se passe est, bien sûr, une tragédie. Une tragédie commune. Mais ce n'est pas le résultat de notre politique, c'est le résultat de la politique de pays tiers", a déclaré me président Poutine. Le chef du Kremlin s'exprimait devant un parterre d'officiers supérieurs, lors d'une réunion censée fixer les objectifs de l'armée russe pour l'année 2023, alors qu'elle est pleinement engagée en Ukraine.

"Les forces armées et les capacités de combat de nos forces armées augmentent constamment et chaque jour. Et ce processus, bien sûr, nous allons le développer", a déclaré Vladimir Poutine lors d'une réunion avec des hauts gradés de l'armée.
"Nous continuerons à maintenir et à améliorer la préparation au combat de notre triade nucléaire", a-t-il ajouté.

L'une des "priorités" sera de "continuer à mener l'opération spéciale (en Ukraine) jusqu'à ce que ses tâches aient toutes été remplies", a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

Ce dernier a aussi affirmé que Moscou allait déployer des bases navales pour "les navires de soutien, les services de secours d'urgence et les unités de réparation navale" dans les deux villes ukrainiennes occupées de Berdiansk et de Marioupol.
Sergueï Choïgou a également assuré qu'en Ukraine "les militaires russes s'opposent aux forces combinées de l'Occident". "La présence croissante de l'Occident à nos frontières et celles du Bélarus, et la volonté de l'Occident de prolonger au maximum les opérations militaires en Ukraine afin d'affaiblir notre pays, suscitent une inquiétude particulière", a-t-il ajouté.

Vladimir Poutine a par ailleurs rendu brièvement hommage aux soldats russes tombés pendant l'offensive. "Evidemment, les opérations militaires sont toujours associées à des tragédies et à des pertes humaines. Mais comme c'est inévitable, il vaut mieux aujourd'hui que demain", a-t-il affirmé.

Le conflit en Ukraine est une "tragédie commune" mais la Russie n'est pas fautive, a-t-il ajouté

Il a aussi assuré que Moscou n'avait aucun problème pour financer sa campagne militaire, malgré les sanctions occidentales. "Nous n'avons aucune limitation de financement. Le pays et le gouvernement donnent tout ce que l'armée demande. Vraiment tout!"
Il a rappelé que 300.000 Russes avaient été mobilisés depuis cette date et que, parmi eux, "une partie" était déjà au combat. "150.000 (mobilisés) sont en cours de formation sur des bases militaires. C'est une réserve suffisante pour mener des opérations, une réserve stratégique qui n'est pas utilisée dans les opérations militaires", a-t-il affirmé.

13h18 TU. La Russie juge "nécessaire" d'augmenter ses effectifs militaires à 1,5 million d'hommes.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a dit juger "nécessaire" d'augmenter les effectifs de son armée à 1,5 million de militaires et d'augmenter l'âge limite du service militaire, dans le contexte de l'offensive russe en Ukraine.

"Afin de garantir l'accomplissement des tâches pour assurer la sécurité militaire de la Russie, il est nécessaire d'augmenter l'effectif des forces armées à 1,5 million de militaires, dont 695.000 sous contrat", a-t-il précisé lors d'une réunion en présence du président Vladimir Poutine. Ce dernier a répondu être "d'accord" avec ces propositions.

Un décret présidentiel datant d'août prévoyait déjà de porter à 1,15 million le nombre de personnels combattants à partir du 1er janvier.

(Re)voir : Russie : la mobilisation à marche forcée pour combattre en Ukraine

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


12h33 TU. La flotte russe disposera "début janvier" d'un nouveau missile hypersonique, dit Vladimir Poutine.


La flotte russe sera dotée à partir de début janvier de nouveaux missiles hypersoniques de croisière Zircon, annonce le président Vladimir Poutine, une arme qui appartient à la nouvelle famille d'armements développés ces dernières années par Moscou.

"Début janvier, la frégate Amiral Gorchkov sera en état de service avec de nouveaux missiles Zircon, qui n'ont pas d'équivalent dans le monde", a déclaré Vladimir Poutine, lors d'une réunion devant un parterre de haut gradés, en pleine intervention militaire du Kremlin en Ukraine.
 



11h30 TU. Deux nouvelles bases navales russes vont être déployées à Marioupol et Berdiansk.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a répété, lors d'un rapport sur le conflit devant le président, Vladimir Poutine, que la Russie combattait en Ukraine "les forces combinées de l'Occident", du fait de son soutien financier et de ses livraisons d'armes à Kiev.

Dans ce contexte, l'armée russe va déployer des bases navales de soutien à sa flotte à Marioupol et Berdiansk, deux villes qu'elle occupe dans le sud de l'Ukraine.

"Les ports de Berdiansk et de Marioupol fonctionnent pleinement. Nous prévoyons d'y déployer des bases pour les navires de soutien, les services de secours d'urgence et les unités de réparation navale de la marine", a fait savoir Sergueï Choïgou.

11h26 TU. De nouveaux missiles hypersoniques pour la flotte russe en janvier.
 

Le président russe, Vladimir Poutine, a affirmé que son pays allait continuer de développer son potentiel militaire, y compris la "préparation au combat" de ses forces nucléaires.

"Les forces armées et les capacités de combat de nos forces armées augmentent constamment et chaque jour. Et ce processus, bien sûr, nous allons le développer, a-t-il déclaré lors d'une réunion avec des hauts gradés de l'armée. Nous continuerons à maintenir et à améliorer la préparation au combat de notre triade nucléaire."

Il a ajouté que la flotte russe sera dotée à partir de début janvier de nouveaux missiles hypersoniques de croisière Zircon, une arme qui appartient à la nouvelle famille d'armements développés ces dernières années par Moscou.

"Début janvier, la frégate Amiral Gorchkov sera en état de service avec de nouveaux missiles Zircon, qui n'ont pas d'équivalent dans le monde."

(Re)voir : Guerre en Ukraine : la Russie affirme utiliser une nouvelle arme laser
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Le Kremlin indique avoir utilisé une nouvelle génération de lasers puissants permettant de brûler des drones.
08h41 TU. La Russie estime que de nouvelles livraisons d'armes américaines "aggraveront" la situation.
 

Le Kremlin a estimé que de nouvelles livraisons d'armes américaines à l'Ukraine ne feront qu'"aggraver" le conflit avec la Russie.

"Tout cela conduit certainement à une aggravation du conflit et n'augure rien de bon pour l'Ukraine", a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, en référence à de nouvelles livraisons d'armements à Kiev. Il a également dit ne pas s'attendre à un changement de position de M. Zelensky sur son refus de négocier avec Vladimir Poutine après cette visite.

05h30 TU. Volodymyr Zelensky attendu aux États-Unis.

Après s'être rendu mardi à Bakhmut, dans le Donbass, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est attendu aujourd'hui à Washington pour son premier déplacement international depuis le début de la guerre.
 

La visite coïnciderait avec une grande réunion militaire autour de Vladimir Poutine : le président russe veut en effet tirer ce jour les conclusions de l'année écoulée et fixer les objectifs de son armée pour 2023.

Lors de son déplacement sur le front mardi, le président ukrainien a reçu un drapeau signé par des combattants et déclaré: "Nous allons le donner au Congrès américain, au président américain. Nous leur sommes reconnaissants pour leur soutien mais ce n'est pas assez."

Les parlementaires américains s'apprêtent à voter une nouvelle enveloppe massive de soutien à l'Ukraine, de près de 45 milliards de dollars.

Le président américain, Joe Biden devrait, pour sa part, donner son feu vert à l'envoi en Ukraine de missiles Patriot, un système de défense antiaérienne particulièrement sophistiqué. Un responsable américain a d'ailleurs confirmé l'information. 

03h25 TU. Des journalistes italiens visés par des tirs russes à Kherson.

Deux journalistes italiens, Claudio Locatelli et Niccolò Celesti, ont été attaqués par les forces russes dans la région de Kherson, a rapporté le média italien ANSA, se référant à la vidéo des journalistes.
Selon les journalistes, le projectile a endommagé la voiture. Ils ont été pris au piège sous les tirs avant de réussir à s'enfuir sains et saufs. L'un des journalistes a été légèrement blessé.

"Si j'avais ouvert la porte, j'aurais perdu une jambe ou pire", a déclaré Claudio Locatelli. La voiture est bien signalée comme transportant des journalistes. L'attaque contre nous, compte tenu du lieu et de la dynamique, était intentionnelle. Les tirs provenaient de la rive du fleuve, de l'autre côté du Dniepr, où se trouve l'armée russe."

00h00 TU. Nouveau prêt de 610 millions de dollars de la Banque mondiale à l'Ukraine.
 

Ce soutien prendra la forme de deux prêts accordés par la Banque international pour la reconstruction et le développement (BIRD) afin de permettre au pays de "faire face aux besoin les plus urgents" en matière de santé, d'aide familiale, de versement des salaires aux fonctionnaires et de fonctionnement des services publics. 

Une partie des 610 millions de dollars doivent permettre de financer le Projet de renforcement du secteur de la santé et des premiers secours (projet HEAL Ukraine en anglais) afin d'aider au maintien des services d'urgence mais aussi faire face à la demande croissante en terme de santé mentale.

Cette nouvelle ligne de crédit porte s à 18 milliards de dollars les fonds mobilisés par la Banque mondiale en faveur de l'Ukraine depuis le début du conflit dont 15 milliards ont d'ores et déjà été versés.

La Banque mondiale estime que l'équivalent de 5,5% des structures de santé de l'Ukraine ont été détruites ou endommagées depuis le début de la guerre.