DIRECT - Ukraine : Zelensky demande aux alliés "d'accélérer" le soutien à l'Ukraine

La guerre en Ukraine sera l'un des enjeux majeurs de la Conférence de Munich sur la sécurité qui débute ce vendredi 17 février. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé les alliés à "accélérer" le soutien à son pays, envahi par les troupes russes depuis près d'un an, martelant qu'il n'y avait "pas d'alternative à la victoire de l'Ukraine".
Image
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy en visioconférence à la Conférence de Munich sur la sécurité, en Allemagne, le 17 février 2023.
AP Photo/Michael Probst
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy en visioconférence à la Conférence de Munich sur la sécurité, en Allemagne, le 17 février 2023.
Image
Emmanuel Macron
(Ludovic Marin, pool via AP)
Le président français Emmanuel Macron au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le jeudi 16 février 2023.
Partager13 minutes de lecture

18h38 TU. L'Ukraine retrouve une production d'électricité suffisante pour éviter les coupures

L'Ukraine a annoncé avoir retrouvé une capacité de production d'électricité suffisante pour pallier les pénuries, après des mois de restrictions dues aux vagues de frappes russes sur les infrastructures énergétiques.

"Depuis près d'une semaine, il n'y a pas eu de coupures de courant à travers l'Ukraine", s'est félicité sur Telegram le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal, relevant toutefois que la "réparation des équipements endommagés prendra de nombreux mois".

Il a averti que certaines régions pourraient encore connaître des coupures de courant du fait de ces réparations.

guerre en ukraine - kiev sans électricité
Anastasia Pyrozhenko a 25 ans; Cette Ukrainienne vit à Kiev. Elle est en train de monter les escaliers éclairée à la seule lumière d'une lampe torche. Des bombardements russes visant les installations électriques ont privés plusieurs régions du pays d'électricité. Ukraine - 20 novembre 2022.
AP/Andrew Kravchenko

17h26 TU. Le chef du groupe russe Wagner revendique la prise d'une localité au nord de Bakhmout

Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner a affirmé que ses troupes avaient pris la localité ukrainienne de Paraskoviïvka, une ville qui touche au nord Bakhmout, théâtre de la plus longue bataille dans le Donbass depuis un an.

"Malgré le blocus des munitions, malgré de lourdes pertes et des batailles sanglantes, les gars ont pris entièrement la localité de Paraskoviïvka", a déclaré Evguéni Prigojine, cité par son service de presse.

Evgueni Prigojine
Evgueni Prigojine lors des funérailles d'un combattant du groupe Wagner, Dmitri Menchikov mort en Ukraine, à Saint-Pétersbourg le 24 décembre 2022.
© AP Photo, File

16h11 TU. Afrique du Sud: début d'exercices navals controversés avec la Russie et la Chine

L'armée sud-africaine a entamé les premières étapes préparatoires au large de ses côtes pour des exercices navals controversés avec la Russie et la Chine, qui suscitent l'"inquiétude" sur la scène internationale dans le contexte de la guerre en Ukraine. 

L'Afrique du Sud a annoncé le mois dernier l'organisation d'exercices conjoints avec les marines russe et chinoise "dans le but de partager des compétences et des connaissances opérationnelles".

Des personnes sur un bateau protestent contre la présence d'un navire russe dans le port de Cape Town en Afrique du Sud, le 14 février 2023.
Des personnes sur un bateau protestent contre la présence d'un navire russe dans le port de Cape Town en Afrique du Sud, le 14 février 2023.
AP Photo/Nardus Engelbrecht

Les opérations impliquant plus de 350 militaires sud-africains doivent se poursuivre jusqu'au 27 février au large de Durban (sud-est), plus grand port d'Afrique australe sur l'océan Indien, et de Richards Bay, quelque 180 km plus au nord. 

L'Afrique du Sud a affirmé adopter une position neutre depuis le début de l'invasion russe en Ukraine il y a près d'un an, refusant de se joindre aux appels occidentaux à condamner Moscou. 

14h25 TU. L'Ukraine accuse Auchan d'être "une arme à part entière de l'agression russe"​

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a accusé Auchan d'être devenu une "arme à part entière de l'agression russe" après la publication d'une enquête journalistique accusant le distributeur alimentaire français d'avoir contribué à l'effort de guerre de Moscou.

"Auchan s'est transformé en une arme à part entière de l'agression russe. J'ai l'intention d'en discuter avec mon homologue française" Catherine Colonna, a déclaré Dmytro Kouleba sur Twitter, qui avait déjà appelé à boycotter le groupe l'année dernière pour ne pas s'être retiré de Russie après le début de l'invasion. 

Selon une enquête publiée par le journal français Le Monde en collaboration avec le site d'investigation The Insider et l'ONG Bellingcat, une collecte de produits destinés à l'armée russe, d'une valeur totale de 2 millions de roubles (environ 25.000 euros), a été organisée au sein de la filiale locale d'Auchan en Russie. Elle cite une source anonyme ayant déclaré que ce chargement aurait été offert gratuitement par Auchan.

La direction d'Auchan s'est dite "très surprise" par cette enquête, soulignant que "les seuls éléments apportés datent de mars 2022", soit quelques semaines après le déclenchement du conflit, et que dans ce cas, "les interlocuteurs qui ont passé commande étaient des interlocuteurs habituels, qui nous avaient déjà passé commande préalablement".

14h05 TU. Scholz appelle les pays pouvant livrer des chars à "le faire vraiment"​

Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé vendredi les pays pouvant livrer des chars de combat à l'Ukraine à "le faire vraiment", alors que les envois évoqués par les alliés sont plus lents qu'espéré.

Le soutien militaire à l'Ukraine doit se poursuivre et "cela implique que tous ceux qui peuvent fournir de tels chars de combat le fassent vraiment", a déclaré M. Scholz lors de la Conférence de Munich sur la sécurité.

Le dirigeant allemand, régulièrement critiqué pour la timidité supposée du soutien allemand à Kiev, a promis de mener "une campagne intensive" pour que les alliés bougent sur cette question, durant les trois jours de la Conférence à Munich.

Après avoir été pressé de toutes parts pour livrer des chars Leopard 2, le successeur d'Angela Merkel a donné fin janvier son feu vert à des livraisons de chars par l'Allemagne mais aussi d'autres pays européens.

Le chancelier allemand Olaf Scholz à la Conférence de Munich sur la sécurité, le 17 février 2023.
Le chancelier allemand Olaf Scholz à la Conférence de Munich sur la sécurité, le 17 février 2023.
AP Photo/Michael Probst

13h08 TU. Zelensky demande aux alliés "d'accélérer" le soutien à l'Ukraine.

Volodymyr Zelensky a appelé les alliés à "accélérer" le soutien à l'Ukraine, envahie par les troupes russes il y a près d'un an.

"Nous avons besoin de vitesse. Vitesse pour conclure nos accords, vitesse des livraisons pour renforcer notre combat, vitesse des décisions pour limiter le potentiel russe. Il n'y a pas d'alternative à la vitesse, car c'est d'elle que dépend la vie", a fait valoir le président ukrainien lors d'une intervention en vidéo devant la Conférence sur la sécurité à Munich, en Allemagne.

12H38 TU. le centre international  d'enquêtes sur le crime d'agression opérationnel en juillet.

Le "centre international de coordination pour la poursuite du crime d'agression" commis par la Russie en Ukraine, basé à La Haye, sera "opérationnel" en juillet, a annoncé le commissaire européen à la Justice Didier Reynders.

Il est destiné à "rassembler et conserver les preuves du crime d'agression et permettre des discussions entre procureurs (...) non seulement sur les enquêtes, mais sur les poursuites possibles", a expliqué le commissaire belge lors d'un point presse avec le procureur général d'Ukraine, Andriï Kostine.

Cette sorte de parquet est envisagé comme une première étape avant l'établissement d'un tribunal spécial pour juger les plus hauts responsables russes, une demande de Kiev.

La Cour pénale internationale (CPI) n'est compétente que pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité perpétrés en Ukraine, et non pour le "crime d'agression" commis par la Russie, imputable à ses plus hauts dirigeants.

Andriï Kostine a appelé "tous les pays démocratiques qui ont déjà voté dans différents forums sur le fait qu'un acte d'agression a été commis" par la Russie contre l'Ukraine à soutenir la mise en place d'une telle juridiction.

Le "parquet" intérimaire sera installé au siège d'Eurojust, l'agence de l'UE pour la coopération judiciaire en matière pénale. Il sera intégré à une "équipe commune d'enquête", déjà constituée de six pays de l'UE (Lituanie, Pologne, Estonie, Lettonie, Slovaquie, Roumanie) et de l'Ukraine, à laquelle participe aussi la CPI.


10H04 TU. Auchan soupçonné par Le Monde d'avoir contribué à l'effort de guerre russe, la direction "très surprise".

Le distributeur français Auchan, qui a poursuivi son activité en Russie après le déclenchement de la guerre en Ukraine, contrairement à de nombreux autres groupes, "semble contribuer à l'effort de guerre russe", écrit Le Monde vendredi 17 février. La direction se dit "très surprise" par ces allégations.

"Nous sommes très surpris", a réagi la direction du groupe, propriété de l'Association familiale Mulliez (AFM) basée dans le nord de la France. "Nous sommes en train de vérifier les éléments affirmés, mais, à date, les éléments en notre possession ne corroborent pas" l'enquête du Monde, poursuit-elle.

Selon des documents obtenus par le premier quotidien français, le site d'investigation The Insider et l'ONG Bellingcat, Auchan a livré gratuitement des marchandises à l'armée de Vladimir Poutine.

L'enquête évoque notamment un chargement d'une valeur de 2 millions de roubles (environ 25.000 euros) qui aurait été offert gratuitement par Auchan. Selon Le monde, une contrôleuse de gestion, Natalya Z., avait établi une liste de matériel le 15 mars 2022 dans un mail envoyé "à une vingtaine d'employés dans plusieurs magasins à Saint-Pétersbourg, dans l'ouest de la Russie, dans le but de +collecter les dons de l'aide humanitaire+".

Elle comprenait "des milliers de cigarettes, des chaussettes en laine taille 43 ou 44, des cartouches de réchauds à gaz, du ragoût de porc en conserve, des haches et des clous, le tout provenant du stock de l'enseigne", poursuit le quotidien.

La direction du groupe relève que "les seuls éléments apportés datent de mars 2022", soit quelques semaines après le déclenchement du conflit, et que dans ce cas "les interlocuteurs qui ont passé commande étaient des interlocuteurs habituels, qui nous avaient déjà passé commande préalablement". "Nous ne finançons et participons de façon volontaire et active à aucune collecte destinée aux forces russes", poursuit la direction.


08H21 TU. L'athlétisme mondial va d'abord réévaluer les sanctions antidopage pour les sportifs russes.

Le patron de l'athlétisme mondial Sebastian Coe a souligné que son instance étudiera d'abord le statut des Russes sous l'angle des sanctions antidopage, avant de se pencher sur celles liées à la guerre en Ukraine, objet de crispations internationales.

Le comité international olympique (CIO) a récemment suscité la colère de Kiev en proposant une feuille de route pour un retour des sportifs russes et biélorusses -bannis de la plupart des évènements mondiaux depuis un an- sous drapeau neutre, à condition qu'ils n'aient "pas activement soutenus la guerre en Ukraine".

Lors de la prochaine réunion de son conseil, en mars, la Fédération internationale d'athlétisme (World Athletics) discutera elle "spécifiquement de la feuille de route de réintégration en lien avec les attaques odieuses contre l'intégrité de notre sport par le dopage", a toutefois souligné le patron de l'instance, Sebastian Coe, qui se trouve en Australie pour les Mondiaux de cross-Country.

En athlétisme, la Fédération russe est en effet suspendue depuis fin 2015 pour avoir mis en place un système de dopage institutionnalisé, et ses athlètes contraints de disputer les grandes compétitions mondiales sous bannière neutre.

Lors de sa prochaine réunion, le conseil de World Athletics doit à ce titre recevoir le rapport d'un groupe de travail composé d'experts indépendants visant à évaluer les progrès réalisés par les Russes.

C'est uniquement au terme des échanges autour de ce rapport "que nous passerons à la seconde thématique", celle de l'Ukraine, a ajouté Sebastian Coe, sans fournir de calendrier plus précis.


07H17 TU. La priorité de l'Ukraine est de tenir la ligne alors que les dirigeants mondiaux de la sécurité se rassemblent.

Vendredi 17 février, les forces russes ont intensifié leurs attaques le long des lignes de front dans l'est de l'Ukraine alors que de hauts responsables politiques et militaires du monde entier devaient rencontrer en Allemagne des responsables ukrainiens qui devaient prendre la parole lors de la conférence sur la sécurité.

Soutenue par des dizaines de milliers de réservistes, la Russie a intensifié ses assauts terrestres dans le sud et l'est de l'Ukraine à l'approche du premier anniversaire de son invasion du 24 février.

Une nouvelle offensive russe majeure semble se dessiner et le gouverneur de la région de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, a signalé une augmentation significative des attaques russes le long des lignes de front.

"Aujourd'hui, c'est plutôt difficile dans toutes les directions car le nombre d'attaques a augmenté de manière significative, les bombardements ont également beaucoup augmenté, même avec l'armée de l'air", a déclaré le gouverneur, Serhiy Haidai, à une chaîne de télévision ukrainienne.

"Il y a des tentatives constantes pour percer nos lignes de défense", a-t-il déclaré à propos des combats près de la ville de Kreminna.

La Russie a fait pleuvoir des missiles sur l'Ukraine jeudi et a frappé sa plus grande raffinerie de pétrole. Sur environ 36 missiles tirés par la Russie, environ 16 ont été abattus, a indiqué l'armée de l'air, un taux inférieur à la normale.


03H04 TU. Ukraine et tension sino-américaine au programme de la Conférence de Munich sur la sécurité.

La guerre en Ukraine, près d'un an après l'invasion russe, et les tensions exacerbées entre Pékin et Washington constituent les principaux enjeux de la Conférence de Munich sur la sécurité qui débute ce vendredi 17 février.

Plus de 150 représentants gouvernementaux vont se retrouver pour cette grand-messe consacrée aux questions de sécurité internationale qui se tient chaque année dans la capitale bavaroise.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron figureront parmi les têtes d'affiche vendredi.

Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi, la vice-présidente américaine Kamala Harris, le chef de la diplomatie Antony Blinken ainsi que le chef de l'Otan Jens Stoltenberg, qui quittera ses fonctions à l'automne, seront aussi présents. 

Aucun responsable russe n'a été invité cette année.

Les dirigeants occidentaux devraient renouveler leur engagement à soutenir Kiev aussi longtemps qu'il le faudra pour repousser l'agression russe, engagée le 24 février 2022, à la fois financièrement et militairement.

Car le conflit qui s'enlise actuellement dans l'est et notamment à Bakhmout ne donne aucun signe d'apaisement.

Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmytro Kouleba, attendu aussi à Munich, exclut à ce stade toute chance de mettre un terme au conflit par la diplomatie, dans un entretien au groupe de média Funke.  

"Comment une telle initiative pourrait-elle fonctionner? Est-ce que le prix pour la paix devrait vouloir dire que la Russie reste dans les territoires qu'elle occupe en Ukraine?", s'est-il interrogé, estimant que cela n’empêcherait pas le Kremlin de reprendre son offensive militaire plus tard.


22H15 TU. Le soutien à l'Ukraine du Congrès américain ne va pas faiblir, selon un influent sénateur.

Le Congrès américain continuera à débloquer de grosses enveloppes pour l'Ukraine, malgré l'hostilité de certains républicains, a tenu à rassurer l'influent sénateur démocrate Sheldon Whitehouse dans un entretien avec l'AFP, avant de s'envoler pour la Conférence de Munich sur la sécurité.

"Les (élus) excentriques s'attirent l'attention médiatique, mais je pense que la grande majorité, y compris des républicains à la Chambre, veulent continuer de soutenir l'Ukraine, tant qu'il n'y a pas d'inquiétudes autour de la corruption", a-t-il déclaré.

20H34 TU. Rome demande à Pékin de "faire pression" sur Moscou.

Le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani demande au chef de la diplomatie chinoise Wang Yi, de passage à Rome, de "faire pression" sur la Russie pour arriver à une "paix juste" en Ukraine.

"La Chine doit jouer un rôle fondamental pour pousser en direction de la paix", a affirmé Antonio Tajani, cité dans un communiqué de son ministère diffusé dans la soirée.

Antonio Tajani
Le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani, lors d'une conférence de presse, à la Villa Madama à Rome, le jeudi 9 février 2023.
(AP Photo/Andrew Medichini)
"Je suis sûr que Pékin est prêt à s'engager en ce sens", a-t-il ajouté, tandis que Wang Yi doit se rendre à Moscou après sa tournée européenne.

Le ministre italien, qui a reçu Wang Yi au siège de son ministère, "a réaffirmé la nécessité de faire pression sur la Russie pour favoriser les conditions d'une +paix juste+, à travers le soutien à la diplomatie, des sanctions efficaces, l'aide humanitaire et la justice pour les victimes", selon le communiqué.

A Paris, où Wang Yi s'était rendu avant Rome, ses interlocuteurs français l'ont aussi "encouragé" à "transmettre des messages" pour que "la Russie revienne à la table des négociations".

La tournée européenne de Wang Yi intervient alors que les relations entre son pays et l'Union européenne se sont tendues en 2021 quand les Européens ont imposé des sanctions pour protester contre la répression par les autorités chinoises de la minorité musulmane ouïghoure. Pékin avait sanctionné en représailles des parlementaires européens.

18H50 TU. Des avions de chasse américains interceptent à nouveau des avions russes près de l'Alaska.

Des avions de chasse américains ont intercepté, pour la seconde fois de la semaine, quatre avions russes près de l'Alaska, annonce le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (Norad).

Cette interception "de routine" d'appareils russes, notamment des modèles de bombardier lourd Tu-95 et de chasseur Su-30 et Su-35, a eu lieu mardi 14 février, a déclaré le Norad dans un communiqué. 

Il s'agit d'une opération consistant à escorter un avion potentiellement rival jugé trop proche d'un espace aérien, ou l'ayant pénétré.

"Les avions russes sont restés dans l'espace aérien international et n'ont pas pénétré dans l'espace aérien souverain américain ou canadien", a-t-il ajouté.

Une opération d'interception avait déjà été menée lundi concernant, déjà, quatre avions russes près de l'Alaska.

L'opération de mardi n'a pas de lien avec celles ayant conduit, dans les jours précédant, aux tirs américains ayant abattu trois objets volants non identifiés.