Échange de prisonniers entre la Suède et l'Iran

L'Iran et la Suède ont annoncé ce samedi 15 juin un échange de prisonniers avec les libérations d'un diplomate suédois de l'Union européenne détenu par Téhéran et d'un haut responsable iranien emprisonné en Suède.

Image
Iran : vivre sous les sanctions occidentales
Partager2 minutes de lecture

Les prisonniers libérés étaient sur le chemin du retour samedi après-midi dans leur pays, via Mascate, la capitale du sultanat d'Oman, qui a servi d'intermédiaire dans les négociations entre Stockholm et Téhéran, selon l'agence de presse omanaise.

La Suède a annoncé les libérations de Johan Floderus, un diplomate de l'Union européenne détenu en Iran depuis avril 2022, accusé d'espionnage et risquant d'être condamné à mort, et de Saeed Azizi, arrêté en novembre 2023.

azizi

Saeed Azizi avait été arrêté en Iran en novembre 2023.

Capture d'écran Instagram @en.hrana

Ils sont sur le chemin du retour "et retrouveront enfin leurs proches", s'est félicité le Premier ministre suédois, Ulf Kristersson.

(Re)lire → Un Français détenu en Iran de retour en France, trois autres toujours emprisonnés

Il n'a pas dévoilé les conditions de l'échange mais a qualifié de "difficiles" les décisions prises par son pays, alors que Téhéran avait fait de Floderus et d'Azizi "des pions dans un jeu de négociation cynique, dans le but de faire libérer le citoyen iranien Hamid Noury de prison en Suède".

Échange de prisonniers

De son côté, l'Iran a annoncé que ce dernier, ancien haut responsable de l'administration pénitentiaire, serait de retour dans son pays en fin d'après-midi.

"Hamid Noury, détenu illégalement en Suède depuis 2019, est libre et rentrera dans quelques heures", a déclaré le chef du Haut Conseil iranien des droits de l'homme, Kazem Gharibabadi.

Cet Iranien âgé de 63 ans avait été arrêté en 2019 à Stockholm puis condamné à la perpétuité pour son rôle dans les exécutions de masse d'opposants ordonnées par Téhéran en 1988.

Diplomatie des otages

Le dossier des prisonniers a fortement tendu ces dernières années les relations entre la Suède et l'Iran, qui exigeait la libération de Hamid Noury et critiquait un procès partial.

Cet échange de détenus intervient trois jours après la libération du Français Louis Arnaud, qui était détenu en Iran depuis septembre 2022. L'Iran détient encore huit Européens parmi lesquels trois Français.

(Re)voir → Iran : la diplomatie des otages

Les gouvernements, les groupes de défense des droits de l'homme et les familles des ressortissants étrangers détenus en Iran ont accusé Téhéran de se livrer à une "diplomatie des otages". L'Iran, de son côté, affirme qu'ils sont détenus sur la base de décisions de justice.

Accusations infondées ?

M. Floderus avait été arrêté le 17 avril 2022 à l'aéroport de Téhéran alors qu'il rentrait chez lui après un voyage en Iran avec des amis. 

J FLODERUS

Johan Floderus était détenu en Iran depuis avril 2022 pour espionnage et "corruption de la terre".

Capture d'écran Instagram @freeoliviervandecasteele

L'Iran l'a accusé de "corruption sur terre", l'un des délits les plus graves en Iran et passible de la peine de mort, pour avoir prétendument conspiré avec Israël, l'ennemi juré de Téhéran.

(Re)lire → Israël-Iran : retour sur 45 ans de rivalités entre deux ennemis intimes

De son côté, M. Noury avait été arrêté en 2019 à l'aéroport de Stockholm, où des opposants iraniens affirment l'avoir attiré pour permettre son arrestation, rendue possible par l'extraterritorialité des crimes les plus graves en droit suédois.

M. Noury avait été condamné en juillet 2022 à la prison à perpétuité pour "crimes aggravés contre le droit international" et "meurtres", une première dans le monde pour de tels faits. La libération par Stockholm de cet ancien haut responsable de l'administration pénitentiaire iranienne détenu en Suède, est "honteuse et injustifiable", a dénoncé le Conseil national de la résistance iranienne, groupe d'opposition en exil.

Relations tendues 

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen s'est déclarée "ravie" de sa libération, de même que le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, qui a assuré tout faire pour les Européens "toujours arbitrairement détenus en Iran".

Tweet URL

Des groupes de défense des droits humains estiment qu'au moins 5 000 prisonniers ont été exécutés en Iran à l'été 1988 lors de sentences prononcées à la chaîne par des "comités de la mort".

"Après 1 680 jours de captivité, les efforts de nos responsables efficaces et zélés ont payé, et mon père Hamid Noury est sur le point de rentrer en Iran", a salué le fils de l'ex-détenu, Majid Noury, dans un message sur X.

Les relations entre l'Iran et la Suède se sont encore tendues début juin lorsque les services de renseignement suédois ont assuré que l'Iran avait recruté des membres de gangs suédois pour commettre des "actes de violence", en particulier contre des intérêts israéliens en Suède, ce que Téhéran nie.

L'échange de prisonniers intervient à deux semaines de la présidentielle en Iran organisée après la mort du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère le 19 mai.