États-Unis : quels scénarios pour le départ de Donald Trump ?

Les démocrates américains ont averti ce dimanche qu'ils sont prêts à lancer dans les prochains jours un nouvel "impeachment", une procédure de destitution historique contre Donald Trump, si le vice-président Mike Pence ne se résout pas à le démettre de ses fonctions. Ils espèrent également que Mike Pence va activer le 25ème amendement. Quels sont les scénarios de la sortie de Donald Trump ?
Image
Pence PELOSI
Mike Pence et Nancy Pelosi président le vote du Congrès certifiant la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle ce 7 janvier dernier. Le vice-président républicain et la présidente démocrate de la chambre des représentants ont les clés d'une éventuelle destitution de Donald Trump avant la fin de son mandat, ce 20 janvier 2020.
AP Photo/J. Scott Applewhite
Partager4 minutes de lecture
Une question se pose : Donald Trump sera-t-il encore président au moment de l'investiture de Joe Biden ? En effet, les démocrates font tout pour que l'actuel président soit déclaré inapte.


Le 25ème amendement, une procédure rapide


Les démocrates demandent à Mike Pence d'activer en urgence le 25e amendement de la Constitution.
 Celui-ci consiste pour le vice-président et les principaux ministres du gouvernement à constater l'inaptitude du président à exercer sa fonction. Selon le chef démocrate au Sénat, Chuck Schumer, il s'agit de la procédure la plus rapide. Pour cela, le vice-président et le cabinet doivent voter pour rendre le président inapte à ses fonctions. 

Ce texte a été rejeté une première fois, un Républicain s'y est opposé, et sera donc présenté à la chambre comme nous l'explique depuis New York notre correspondante Elisabeth Guédel ce 11 janvier :
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le vice-président doit alors adresser une déclaration écrite aux présidents de la Chambre des représentants et du Sénat. Il revient au Congrès de lui confier l'intérim de la présidence, par un vote aux deux tiers des deux chambres.

Mais cette procédure a peu de chances d'aboutir selon des proches du vice président Mike Pence. Fidèle de Donald Trump mais n'ayant plus de contacts avec lui depuis l'invasion du Capitole, Mike Pence n'a montré jusqu'ici aucune volonté de déclencher ce dispositif.

Une procédure d'impeachement

Néanmoins, les démocrates ont une autre possibilité : la procédure d'impeachment. Nancy Pelosi a fait savoir que si le 25ème amendement n'était pas adopté, le Congrès s'avancerait dans cette voie.
Dans cette procédure "symbolique" comme l'assure Elisabeth Guédel, la Chambre des Représentants accuse (il faut une majorité simple) et le Sénat juge. La culpabilité n'est possible qu’aux deux tiers des voix. Selon Nancy Pelosi, l'acte d'accusation est prêt et la Chambre pourrait assez rapidement le voter. Le Sénat serait saisi avant le changement de locataire à la Maison Blanche prévu ce 20 janvier.Aura-t-il le temps de se prononcer avant le 20 janvier ? La dernière procédure avait mis au moins trois mois.

Donald Trump a en effet  été visé au Congrès par une première procédure de destitution, ouverte par la même Nancy Pelosi fin 2019 sous l'accusation d'avoir demandé à un pays étranger, l'Ukraine, d'enquêter sur son rival Joe Biden. Il avait été acquitté au Sénat, à majorité républicaine, début 2020.

Quelques élus républicains ont appelé dimanche Donald Trump à démissionner pour épargner au pays les complexités de la procédure d'impeachment comme du 25ème amendement.

Ce "serait la meilleure option", a  ainsi affirmé sur CNN le sénateur républicain de Rhodes Island, Pat Toomey.  Depuis le scrutin présidentiel du 3 novembre qu'il a perdu, Donald Trump "a sombré dans un niveau de folie et a commis des actes absolument impensables et impardonnables", a-t-il ajouté.

Une démission et une grâce présidentielle ?


Et si Trump démissionnait pour obtenir une grâce présidentielle mettant fin à toute poursuite judicaire de la part du vice-président Mike Pence qui deviendrait président jusqu'au 20 janvier ? C'est ce qu'avait fait le président Richard Nixon en 1974, mise en cause dans l'affaire du Watergate. Son successeur Gerald Ford l'avait gracié.

Retour sur l'invasion du Capitole :
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Isolé à la Maison Blanche, lâché par plusieurs ministres, Donald Trump pourtant ne semble guère disposé à s'en aller de son plein gré. Il prévoit même un déplacement mardi au Texas pour vanter sa politique d'immigration et la construction du mur frontalier avec le Mexique.

Donald Trump ne se rendra pas à l'investiture de Joe Biden. Un autre scénario se profile loin des options des démocrates : celui d'un président sortant restant au pouvoir jusqu'au dernier jour, le 20 janvier.