Européennes: l'Europe "ne doit pas mourir à cause de la France", dit Attal face à une victoire annoncée de l'extrême droite

Image
Le Premier ministre français Gabriel Attal à l'Assemblée nationale le 5 juin 2024 à Paris

Le Premier ministre français Gabriel Attal à l'Assemblée nationale le 5 juin 2024 à Paris

AFP
Partager2 minutes de lecture

"L'Europe est née grâce à la France, elle ne doit pas mourir à cause de la France", où l'extrême droite est donnée victorieuse aux élections européennes de dimanche, a affirmé Gabriel Attal jeudi sur France 2, en marge des cérémonies du 80e anniversaire du Débarquement.

"C'est le message qui serait envoyé si la France envoyait le premier bataillon de députés d'extrême droite anti-Europe au Parlement européen", a ajouté le Premier ministre depuis Utah Beach.

"Je ne veux pas que le visage de la France en Europe passe de celui de Simone Veil (ancienne présidente du Parlement européen, ndlr) à celui de Marine Le Pen", cheffe de file des députés du Rassemblement national, a-t-il insisté.

"Ce qui a empêché au pire de revenir depuis toutes ces années en France, c'est l'Europe. Parce que l'enseignement de ce qui s'est joué ici, sur les plages du Débarquement, c'est que c'est l'union qui fait la force", a poursuivi le chef du gouvernement.

Gabriel Attal a évoqué dans ce contexte le soutien de l'Union européenne à l'Ukraine: "on le fait parce qu'ils se battent pour des valeurs que nous défendons, la liberté, la démocratie, des valeurs pour lesquelles des personnes qui n'étaient pas françaises, des jeunes sont venues se battre pour nous ici" en 1944.

A propos de l'envoi de soldats français en Ukraine, il a assuré que la France n'avait "pas de projet de ce type" mais redit que l'envoi d'instructeurs français sur le sol ukrainien était une question qui n'était "pas tabou".

"Il y a un moyen simple que cette guerre s'arrête, c'est si la Russie retire ses troupes" qu'elle a envoyées en Ukraine en février 2022, car "l'escalade, ce sont les Russes qui en sont responsables", a-t-il complété.

Gabriel Attal a aussi critiqué la liste Free Palestine, du parti Union des démocrates musulmans de France, "qui appelle à la haine, qui appelle à l'éradication d'un Etat, l'Etat d'Israël, qui nie son existence" et déploré que "la France insoumise, la Nupes (...) portent aujourd'hui ce discours".

Gabriel Attal a par ailleurs jugé "un peu anecdotique" les critiques des oppositions sur son intervention surprise lundi à Radio France pour soutenir la candidate de la majorité Valérie Hayer.

Ses adversaires accusent l'exécutif de s'accaparer les médias à trois jours du scrutin, alors qu'Emmanuel Macron doit lui aussi s'exprimer jeudi soir sur TF1, France 2, mais aussi LCI et FranceInfo.