France : des tombes d'enfants de harkis retrouvées dans des fouilles

Les tombes d'enfants morts dans des camps en France après la guerre d'Algérie et enterrés indignement viennent d'être retrouvées, à proximité de ces camps où étaient parqués ce qu'on appelait les harkis, à Saint-Maurice l'Ardoise et au Château de Lascours, dans le Gard (sud-est de la France).

Image
Un vétéran lors d'une cérémonie reconnaissant la responsabilité de la France dans le sors des  harkis après la guerre d'Algérie au camp de Rivesaltes près de Perpignan dans le sud de la France en avril 2012.
Un vétéran lors d'une cérémonie reconnaissant la responsabilité de la France dans le sort des  harkis après la guerre d'Algérie au camp de Rivesaltes près de Perpignan dans le sud de la France en avril 2012.
© AP Photo/Pascal Parrot, Pool
Partager5 minutes de lecture
Le long des vestiges d'un cimetière sauvage tout juste découvert, Nadia Ghouafria, fille de Harkis, marche, saisie par l'émotion de découvrir ce qu'elle cherche depuis des années.

"C'est un mélange entre satisfaction que les tombes aient été localisées, mais aussi une tristesse et une colère de les savoir toujours là, malgré un signalement de la gendarmerie en 1979" qui indiquait que les autorités françaises savaient où ces bébés et enfants avaient été enterrés sans sépulture décente il y a 60 ans, témoigne Nadia Ghouafria.

(RE)voir : "Récits d'Algérie" : quand les aînés racontent leur vécu de la colonisation aux nouvelles générations
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Français musulmans majoritairement recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962), les Harkis ont été abandonnés par la France à la fin du conflit.

(RE)lire : Guerre d'Algérie : qui sont les harkis, ces auxiliaires de l'armée française à qui Emmanuel Macron demande pardon ?

Comme des dizaines de milliers d'entre eux, les parents de Nadia ont fui en France et ont été parqués dans des "camps de transit et de reclassement" gérés par l'armée, aux conditions de vie déplorables.

Depuis quelques jours, aux abords du site des camps de Saint-Maurice l'Ardoise et du Château de Lascours, dans le Gard (sud-est de la France), où ont vécu les parents de Nadia, des fouilles ont lieu en contrebas d'une clairière à peine visible depuis la route.

Elles ont révélé les sépultures d'enfants harkis, morts de froid ou de maladie contagieuse. Au loin, le mont Ventoux arbore un sommet neigeux, sous un soleil voilé.

"Ossements d'enfants"

Sur plusieurs dizaines de mètres, suivant un alignement légèrement oblique, les sépultures se devinent, sous une terre à l'aspect et aux couleurs modifiés "par un creusement antérieur et par la décomposition des corps", prévient Patrice Georges-Zimmermann, archéologue à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) au côté de son collègue, Bertrand Poissonnier. "Nous avons la confirmation qu'il s'agit bien du cimetière recherché, puisque deux tombes, au moins, recèlent des ossements d'enfants", annonce à l'AFP l'archéologue.

(RE)lire : Colonisation et guerre d'Algérie : Emmanuel Macron récuse toute "repentance"

Cette découverte historique est le résultat de fouilles sans précédent décidées pour la première fois par l'État français après la révélation de l'existence de ce cimetière par une enquête de l'AFP en septembre 2020 et le travail inlassable d'associations locales pour sortir de l'oubli ce pan tragique de l'histoire franco-algérienne.

Plusieurs piquets, oranges vifs, sont plantés par les deux archéologues signalant l'emplacement des tombes. "Nous avons un certain nombre de fosses, ovales, assez étroites, dont la taille dépend de l'âge des individus placés dedans. Beaucoup sont des enfants, voire des bébés", poursuit l'expert, devant Nadia Ghouafria.

(RE)voir : Mémoires d'Algérie 1962-2022 : "A l'indépendance, beaucoup de harkis auraient préféré rester chez eux"

C'est elle qui a découvert dans des archives le procès-verbal d'un gendarme rédigé en 1979, révélé au grand public par l'AFP, attestant que les autorités avaient eu connaissance de l'existence de ce cimetière mais n'en ont délibérément pas informé les familles harkis.

Une première campagne de fouilles menée quelques centaines de mètres plus loin n'avait, l'an dernier, pas été conclusive.

Rendre "la dignité"

"Cette fois, c'est le bon endroit. Dès ma première lecture du procès-verbal, j'étais convaincue que le cimetière existait. Ça va aider beaucoup de familles à la recherche de leur défunt", reconnaît Nadia Ghouafria, qui a créé l'association Soraya, dédiée à la mémoire des enfants d'ex-combattants morts dans les camps et dans les hameaux de forestage.

La pelleteuse poursuit un méticuleux déblaiement. Sous la terre remuée, une dalle apparaît soudain. Le moteur de la machine est stoppé, les deux archéologues s'approchent. Patiemment, l'un d'eux dégage la surface à l'aide d'une rasette, un petit outil en fer. Deux pierres, plates, grises et rectangulaires, se révèlent.

"Ça ressemble vraiment à une pierre tombale", commente Patrice Georges-Zimmermann. A l'extrémité des autres fosses, seules quelques petites pierres avaient jusqu'ici été repérées, "probablement des stèles déposées au niveau de la tête du défunt", selon Bertrand Poissonnier.

Dans un porte-vues, une dizaine de documents guide les archéologues dans ce dossier "particulier" et douloureux puisque "des gens qui existent encore ont des membres de leur famille enterrés ici", relèvent-ils.

(RE)lire : Mémoires d'Algérie, 1962-2022 : "J'ai grandi dans un camp de déplacés contrôlé par l'armée française"

Parmi les personnes décédées dans les camps où furent relégués les Harkis en France, une grande majorité étaient des bébés mort-nés ou des nourrissons, selon l'historien Abderahmen Moumen et les témoignages de familles.

Un double drame car ces dizaines de bébés ont été enterrés à la va-vite, par leurs proches ou par des militaires, dans les camps ou à proximité, dans des champs. Avec le temps, les familles de Harkis, relocalisées loin de ces lieux, ont enfoui au plus profond d'elles-mêmes les fantômes de ce passé traumatique.

Sur le registre d'inhumation des camps de Saint-Maurice l'Ardoise et Lascours, tombés longtemps dans l'oubli avec le procès-verbal du gendarme, sont apposés 71 noms, dont 10 adultes et 61 enfants. Dans ce cimetière sauvage enfin découvert, le registre annonce l'inhumation de 31 d'entre eux.

"Nous savons que les conditions d'accueil et de vie des Harkis ont été indignes et malheureusement, on le constate sur ce site du camp de Saint-Maurice l'Ardoise, elles l'ont été jusque dans les conditions d'inhumation", a réagi ce 23 mars le secrétariat d'État français chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, interrogé par l'AFP à propos de la découverte du cimetière.

Ces recherches de tombes d'enfants harkis "étaient nécessaires, et répondaient aux demandes formulées par les associations. Nous continuerons d'accompagner les familles afin de leur rendre toute leur dignité, chaque fois que cela sera possible", a ajouté le secrétariat.