Front populaire: LFI "jette les rancunes à la rivière" se félicite Mélenchon

Image
Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon le 1er juin 2024, à Toulouse

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon le 1er juin 2024, à Toulouse

AFP
Partager2 minutes de lecture

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon s'est félicité mardi, au deuxième jour des négociations entre les quatre principaux partis de gauche pour la création d'un nouveau front populaire, que les Insoumis "jettent les rancunes à la rivière".

"Les Insoumis assument leurs responsabilités. Une nouvelle fois, ils jettent les rancunes à la rivière et construisent l'unité populaire. La France n'est pas condamnée à la peine de Bardella. Le Nouveau Front Populaire sait gouverner", a-t-il écrit sur X.

Après l'accord de principe conclu lundi soir entre socialistes, communistes, Ecologistes et Insoumis, les tractations continuaient mardi autour du programme et des investitures pour les élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet, après des mois de campagne pour les européennes, où les différents partis de gauche n'ont eu cesse d'afficher leurs désaccords.

"J'ai l'impression que cela avance plus vite qu'à l'époque de la Nupes en 2022", a assuré à l'AFP le député LFI de Haute-Garonne Hadrien Clouet, chargé de l'aspect programmatique des négociations.

"Il y a des sujets qui étaient médiatiquement vus comme très complexes ou des sujets où l'on était très hostiles entre nous. Finalement sur la question ukrainienne, on est tous d'accord sur les aides, les livraisons d'armes, le respect de l'intégrité de l'Ukraine, l'abolition de la dette extérieure. Chacun en fait dans sa manière à lui de concevoir l'aide à l'Ukraine s'y retrouve", a-t-il ajouté.

"On fait tous des compromis, sans que personne n'ait à se renier", a-t-il conclu.

"LFI fait des efforts", abonde un responsable socialiste, précisant que sur la question des investitures à répartir entre les différents partis, "ça avance lentement mais normalement".

"Les résultats des européennes rééquilibrent les rapports de force", ajoute cette source.

En 2022, après le résultat de l'élection présidentielle très favorable à Jean-Luc Mélenchon (22%), LFI avait présenté 328 députés sous l'étiquette Nupes. Contre 100 pour EELV, 70 pour le PS et 50 pour le PCF.

Des chiffres qui devraient être bien différents au vu du bon score de Raphaël Glucksmann dimanche soir aux européennes (1er à gauche avec 13,8%).

"Que, dans le rassemblement que nous voulons construire, il faille prendre en compte le résultat des élections européennes c'est une évidence", a prévenu lundi soir le coordinateur de LFI Manuel Bompard.

"Mais le résultat des élections européennes n'efface pas celui de la présidentielle", a-t-il prévenu.