Fusillade à Prague : l'assaillant a tué 15 personnes avant d'être abattu par la police

Un homme armé a tué ce 21 décembre au moins 15 personnes dans la prestigieuse université Charles de Prague avant d'être "éliminé" par les forces de l'ordre. Les autorités écartent pour l'instant la piste du "terrorisme international".

Image
Une ambulance se dirige vers la faculté de Philosophie de l'Université Charles de Prague où un tireur a tué 15 personnes ce 21 décembre 2021.

Une ambulance se dirige vers la faculté de Philosophie de l'Université Charles de Prague où un tireur a tué 15 personnes ce 21 décembre 2021.

© AP Photo/Petr David Josek
Partager3 minutes de lecture

Prague sous le choc après qu'un tireur ait abattu 15 personnes au sein de la faculté de philosophie de l'Université Charles. "Rien n'indique que ce crime soit lié au terrorisme international", a déclaré ce soir à la presse le ministre tchèque de l'Intérieur Vit Rakusan.

La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.

"Plus de 15 personnes ont perdu la vie et au moins 24 ont été blessées", selon un dernier bilan fourni par le chef de la police tchèque Martin Vondrasek. Un précédent bilan, donné par la porte-parole des services d'urgence Jana Postova, faisait état de "11 morts sur les lieux, y compris le tireur".

Plus tôt, la police tchèque avait annoncé sur X que l'assaillant avait été "éliminé". "Le bâtiment est actuellement évacué et il y a plusieurs morts et des dizaines de blessés sur les lieux", a-t-elle ajouté.

Le service des urgences de Prague a raconté sur X qu'un "grand nombre d'unités ambulancières" avaient été déployées à la faculté, ajoutant que parmi les blessés il y avait des cas très graves.

Le président "choqué"

Le président tchèque, qui est en ce moment même à Paris, s'est dit "choqué" par cette fusillade meurtrière.

"Je suis choqué par ces événements (...). Je voudrais exprimer mon profond regret et mes sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes de la fusillade", a déclaré Peter Pavel sur X.

Tweet URL

La cheffe de la Commission européenne Ursula von der Leyen a aussitôt adressé à Prague un message de compassion.

"Je suis choquée par la violence insensée de la fusillade qui a coûté la vie à plusieurs personnes aujourd'hui à Prague. J'exprime mes plus sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple tchèque dans son ensemble. Nous nous tenons à vos côtés et pleurons avec vous", a-t-elle écrit dans son message sur X.

Tweet URL

Le président Emmanuel Macron et la Première ministre Élisabeth Borne ont exprimé "l'émotion" et "la solidarité" de la France après la fusillade meurtrière qui a fait plus de 15 morts dans une faculté de Prague.

"Vive émotion en apprenant que l'Université Charles de Prague a été la cible d'une fusillade meurtrière", a réagi le chef de l'État français sur le réseau social X, exprimant sa "solidarité avec les victimes, les blessés et leurs proches, ainsi qu'avec le peuple et les autorités tchèques".

Tweet URL

Sa Première ministre avait auparavant indiqué avoir "échangé avec le président tchèque (Petr) Pavel" au sujet de ce drame qui "a durement frappé le peuple tchèque". "Je lui exprime à titre personnel, au nom de mon gouvernement, et je n'en doute pas, en notre nom à tous, mon soutien et ma solidarité", a-t-elle déclaré à l'Assemblée nationale.

Selon les médias tchèques, la fusillade s'est produite à la Faculté des arts de l'Université Charles, dont les enseignants et les étudiants ont reçu l'ordre de s'enfermer pendant l'intervention de la police.

Tireur sur le toit

La chaîne de télévision privée Nova TV a fait mention d'une explosion et d'un tireur sur le toit du bâtiment situé dans le centre historique de Prague.

Le ministre de l'Intérieur a assuré à la télévision publique que la présence d'"aucun autre tireur" n'avait été "confirmée" et a appelé la population à suivre les instructions de la police.

Les policiers ont fermé la zone et demandé aux personnes vivant à proximité de rester chez elles.