Gaza : la cheffe du CICR réclame une "solution politique"

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, arrivée lundi 4 décembre dans la bande de Gaza, denonce les souffrances "intolérables" de la population et réclame une "solution politique".

Image
Gaza rafah

Des Palestiniens constatent les destructions causées par les bombardements israéliens sur Rafah ce 4 décembre.

AP Photo/Hatem Ali
Partager2 minutes de lecture

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, arrivée lundi dans la bande de Gaza, a dénoncé les souffrances "intolérables" de la population et réclamé une "solution politique".

Lire : DIRECT, l'armée israélienne intensifie son offensive dans le sud de la bande de Gaza

Dans une vidéo envoyée aux médias, la patronne du CICR appelle à la "protection des civils" face à l'"échec moral" de la communauté internationale.

"Le CICR fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider à soulager et à réduire les souffrances, mais nous ne pouvons pas le faire seuls. En outre, la solution n'est pas uniquement humanitaire, il faut une solution politique", souligne Mme Spoljaric.

Tweet URL


"Nous sommes confrontés à une situation qui ne se résoudra pas par l'envoi de camions supplémentaires" d'aide humanitaire, insiste-t-elle, soulignant que les femmes, enfants et personnes âgées qu'elle a vues à Gaza "n'ont nulle part où aller".

"J'appelle les parties et tous ceux qui ont une influence à opérer une désescalade et à trouver des solutions qui ne soient pas militaires à ce qui est une immense souffrance pour les populations des deux côtés", dit-elle également.

Engagée depuis le 27 octobre dans une campagne terrestre dans le nord du territoire palestinien assiégé, l'armée israélienne a élargi ses opérations au sol à l'ensemble de la bande de Gaza, presque deux mois après le début de la guerre déclenchée le 7 octobre par une attaque sanglante du Hamas en Israël.

Lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien, quelque 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées et quelque 240 personnes enlevées, puis emmenées dans la bande de Gaza, selon les autorités.

Certains des otages ont été libérés, en échange de la libération par Israël de détenus palestiniens.

Les opérations militaires israéliennes lancées à Gaza ont fait plus 15.899 morts, dont de nombreux civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

 "Lueur d'humanité"

La présidente du CICR a prévu de se rendre en Israël "dans les semaines à venir", selon l'organisation, qui a été accusée d'en faire trop peu pour les otages à Gaza mais aussi pour les prisonniers palestiniens.

Lors de son déplacement à Gaza, Mme Spoljaric s'est notamment rendue dans l'hôpital européen, où les équipes médicales du CICR pratiquent des interventions chirurgicales vitales aux côtés du personnel de santé local.

"Les choses que j'y ai vues dépassent tout ce que l'on peut décrire. Ce qui m'a le plus choqué, ce sont les enfants qui ont des blessures atroces et qui ont également perdu leurs parents et n'ont personne pour s'occuper d'eux", déclare-t-elle dans la vidéo.

"J'ai rencontré des personnes qui (...) ont perdu une main ou un pied parce qu'elles ne pouvaient pas être soignées dans l'hôpital où elles étaient arrivées en premier", dit-elle.

Plus tôt dans la journée, elle a demandé sur le réseau social X (ex-Twitter) que l'aide puisse entrer sans entrave à Gaza, et réclamé que les otages soient libérés et que le CICR soit "autorisé à leur rendre visite en toute sécurité".

"La semaine dernière a offert un petit répit humanitaire, une lueur d'humanité qui a fait naître l'espoir dans le monde entier qu'il était possible de trouver une voie pour réduire les souffrances. En tant qu'acteur neutre, le CICR est prêt à soutenir de nouveaux accords humanitaires qui réduisent les souffrances et les déchirements", a-t-elle ajouté, dans un communiqué.