Guerre en Ukraine : la Chine propose un plan de sortie qui se veut neutre

Respect de la souveraineté, appel au dialogue, refus du recours à l'arme nucléaire. La Chine a dévoilé un document réaffirmant sa position sur l'invasion de l'Ukraine. Le pays se veut officiellement neutre, malgré les critiques occidentales sur sa proximité avec Moscou.
Image
Chine Russie
La ministre allemande des affaires étrangères Annalena Baerbock parle avec les médias alors qu'elle arrive pour une réunion des ministres des affaires étrangères de l'OTAN au siège de l'OTAN à Bruxelles le 4 avril 2023. 
AP Photo/Geert Vanden Wijngaert.
Partager3 minutes de lecture
Organisé en 12 points, le document de"Position de la Chine sur le règlement politique de la crise ukrainienne" présente Pékin comme un acteur neutre appelant les deux parties à entamer des pourparlers de paix. Mais cette neutralité a été questionnée par les États-Unis et d'autres alliés de l'Ukraine.

Ces derniers jours, Washington a déclaré que Pékin envisageait de fournir des armes à la Russie, ce que la Chine a vivement démenti. 

Une position ambigüe 

Le premier point du document affirme que "la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de tous les pays doivent être effectivement défendues".

Sur CNN, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a réagi en estimant que le document "aurait pu s'arrêter au premier point". D'après lui, "la guerre pourrait se terminer demain si la Russie arrêtait d'attaquer l'Ukraine et retirait ses forces".

La Chine a toujours refusé d'affirmer clairement que la Russie était en tort dans le conflit en Ukraine.
 

(Re)voir : Guerre en Ukraine : Biden / Poutine, duel à distance

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Appel au dialogue

Pékin appelle la Russie et l'Ukraine à tenir des pourparlers de paix, soulignant que "le dialogue et la négociation sont la seule solution viable".

"La communauté internationale devrait rester attachée à la bonne approche consistant à promouvoir les pourparlers de paix, aider les parties (impliquées dans) ce conflit à ouvrir la porte à un règlement politique dès que possible, et créer les conditions et plateformes nécessaires à la reprise des négociations".

Non à l'arme nucléaire

Le document s'oppose ensuite à tout recours à l'arme nucléaire. "Il faut empêcher la prolifération nucléaire et une crise nucléaire".

Cette prise de position survient après que Vladimir Poutine a annoncé la suspension du traité New Start, dernier accord bilatéral entre Russes et Américans visant à limiter leurs arsenaux nucléaires.

La Chine "s'oppose à la recherche, au développement et à l'usage d'armes chimiques et biologiques par tout pays et en toutes circonstances". Selon le pays, les deux camps "doivent se conformer strictement au droit humanitaire international, éviter d'attaquer des civils ou des bâtiments civils".
 

(Re)voir : Ukraine : Vladimir Poutine accuse l'Occident

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Abandonner la mentalité de Guerre Froide"

Il faut "abandonner la mentalité de Guerre froide", martèle Pékin, un argument régulièrement employé par la diplomatie chinoise.

Dans une critique à peine voilée à l'Otan, le document affirme que "la sécurité d'une région ne devrait pas être obtenue en renforçant ou en élargissant des blocs militaires". "Les intérêts et inquiétudes légitimes de tous les pays en termes de sécurité doivent être pris au sérieux".

Le ministère chinois des Affaires étrangères a souvent blâmé, ces derniers mois, Washington et ses alliés pour leur fourniture d'armes et d'équipements à l'Ukraine.

La Chine critique aussi les sanctions unilatérales imposées à Moscou. Selon elle, elles "ne peuvent pas résoudre le problème, seulement créer de nouveaux problèmes".

Limiter l'impact économique

Pékin appelle aussi à protéger l'économie mondiale de l'impact du conflit en Ukraine, notamment en préservant l'Initiative céréalière de la mer Noire. L'accord doit permettre l'exportation des céréales ukrainiennes malgré la situation.

Autre priorité, selon la Chine : "maintenir la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement". Pour cela toutes les parties impliquées doivent "s'opposer à l'utilisation de l'économie mondiale comme outil ou arme à des fins politiques".