Guerre en Ukraine : tensions entre le groupe Wagner et l'armée russe

Le patron du groupe paramilitaire Wagner exhorte les Russes à faire pression sur l'armée pour fournir des munitions à ses hommes. Cet appel inédit illustre l'ampleur des tensions entre les mercenaires et l'état-major, à l'approche du premier anniversaire du lancement de l'ofensive russe en Ukraine.
Image
prigojine
Yevgeny Prigojine, haut, sert de la nourriture à vladimir Poutine, alors Premier ministre  russe, au restaurant de Prigozhin à l'extérieur de Moscou, en Russie, le 11 novembre 2011.
(AP Photo/Pool, Fichier)
Partager4 minutes de lecture

Evguéni Prigojine accuse depuis plusieurs jours le haut commandement russe de trahison car il refuserait de fournir des munitions à ses hommes qui sont en première ligne dans la bataille pour la ville de Bakhmout, dans l'est de l'Ukraine. 

Les tensions se sont accentuées ces dernières semaines, illustrant les divisions au sein des forces russes à deux jours de l'anniversaire du déclenchement de l'offensive russe, désormais enlisée face à la résistance d'Ukrainiens renforcés par l'aide militaire occidentale.

Elles pourraient aussi indiquer, selon des analystes, que l'étoile d'Evguéni Prigojine, homme d'affaires de 61 ans dont l'ascension sur la scène publique a été fulgurante depuis le début de l'offensive en Ukraine, est en train de pâlir.

(Re)lire: Ukraine : Wagner critique l'armée russe et voit Bakhmout résister jusqu'au printemps

Prigojine sollicite la solidarité des russes


"Si chaque Russe à son niveau - pour (éviter) d'appeler qui que ce soit à manifester - disait simplement "Donnez des obus à Wagner", (...) alors ce serait déjà important", a déclaré Evguéni Prigojine dans un enregistrement sonore diffusé par son service de presse.

"Si le chauffeur dit à son patron de donner des obus à Wagner; si l'hôtesse de l'air à l'embarquement dit de donner des obus à Wagner; (...) si le présentateur dit en direct de donner des obus à Wagner, nous allons les casser et les forcer à arrêter de faire n'importe quoi", a-t-il lancé en s'en prenant à la hiérarchie militaire russe qualifiée par le passé de "monstrueuse".

"Des obus, il y en a. Mais il faut que des politicards, des salauds, des ordures apposent leur signature" pour qu'ils soient livrés, s'est emporté Evguéni Prigojine.

Evguéni Prigojine, patron du groupe Wagner, en 2017 à Moscou
Evguéni Prigojine, patron du groupe Wagner, en 2017 à Moscou
© Sergei Ilnitsky/Pool Photo via AP, File


Cet appel à la mobilisation individuelle est inédit en Russie où les critiques à l'égard du Kremlin ou de l'armée sont durement réprimées.

Depuis le début de l'offensive en Ukraine, critiquer l'armée russe est passible de 15 ans de prison. Plusieurs opposants et anonymes sont incarcérés dans le cadre de cette loi.

"L'objectif est de détruire Wagner sur le champ de bataille"


Mardi 21 févier, Evguéni Prigojine avait déjà accusé le chef d'état-major Valéri Guerassimov et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou de "trahison" en ne livrant pas les munitions réclamées par Wagner.

Il a accusé le haut commandement d'avoir même interdit de livrer à Wagner des "pelles qui leur permettent de creuser des tranchées".

Selon lui, l'objectif est de "détruire" Wagner sur le champ de bataille, alors que Evguéni Prigojine reconnait que son groupe subit "des centaines de pertes" chaque jour.

Ce mercredi, il a relayé une photo montrant les corps de dizaines de combattants alignés dans la neige, tués selon lui la veille en raison d'un manque de munitions.

"Leurs femmes, leurs mères et leurs enfants vont recevoir les corps. Qui est coupable ? Ceux à qui il revient de régler le problème de livraison des munitions", a-t-il asséné.

Le ministère russe de la Défense a répondu mardi aux accusations de "trahison" avec un communiqué détaillant le nombre de munitions fournies selon lui aux "escadrons d'assaut volontaires", nom que l'armée semble utiliser pour désigner Wagner et d'autres groupes de ce type.

Sergueï Choïgou quelque part sur le front russe en Ukraine
Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou quelque part sur le front russe en Ukraine le 22 décembre 2022.
Ministère de la Défense russe via AP


Interrogé ce mercredi 22 février au sujet de ce conflit, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a refusé de commenter.

Les tensions entre Wagner et le ministère de la Défense étaient déjà apparues pendant la guerre civile en Syrie où Moscou soutient le régime de Bachar al-Assad.

Pour l'analyste russe indépendante Tatiana Stanovaïa, qui dirige le centre d'analyse R.Politik, les dernières sorties de Evguéni Prigojine pourraient être dues à la plus grande verticalité du commandement russe en Ukraine depuis que le chef d'état-major, le général Guerassimov, a directement pris les rênes de l'offensive en janvier.

Cette mesure a "drastiquement réduit l'autonomie de Wagner" qui semblait jusqu'alors opérer de façon autonome en Ukraine, souligne l'analyste.

(Re)lire Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine "met en concurrence Wagner et l’armée russe sur les résultats"

Les déclarations publiques d'Evguéni Prigojine indiquent également qu'il "n'a pas d'accès direct à Poutine", selon Tatiana Stanovaïa. "C'est un acte désespéré (...) C'est une tentative d'entrer en contact avec Poutine de manière publique et d'effrayer les autorités militaires", ajoute-t-elle.