Guyane : un gendarme tué pendant une opération contre l’orpaillage illégal

Un gendarme français membre du GIGN a été tué par balle en Guyane samedi 25 mars. Il participait à une opération de lutte contre l'orpaillage illégal. Forces armées et gendarmes mènent sur ce territoire ultramarin des missions régulières contre ce fléau, source de pollution et de violences.
Image
opération anti orpaillage illégal en guyane
Des militaires français mobilisés en Guyane contre la lutte contre l'orpaillage illégal en juin 2022. 
Gendarmerie nationale
Partager4 minutes de lecture
Arnaud Blanc était militaire. Âgé de 35 ans, pacsé et père de deux enfants, il était engagé sur le site clandestin de Dorlin, au cœur de la Guyane, a détaillé à l'AFP une source proche du dossier. Samedi 25 mars, ce gendarme français a été tué par balle lors d’une opération contre l’orpaillage illégal. 

Avant de trouver la mort, ce militaire se trouvait en compagnie de deux autres gendarmes du GIGN, quatre militaires de l'armée et un infirmier. Il s'était "fait déposer par hélicoptère en forêt afin de mener une opération d'infiltration pendant plus de 2 jours pour atteindre une base logistique" d'orpailleurs, a indiqué à l'AFP la gendarmerie.

Peu avant 6h00 du matin (heure locale), le groupe a été pris à partie par une bande armée. Après des échanges de tirs nourris, le gendarme, sous-officier de gendarmerie de l'antenne GIGN de Cayenne depuis 2019, a été touché par balle. Le militaire est décédé malgré les premiers secours prodigués par l'infirmier.

L'exécutif français salue la mémoire du gendarme

Identifiée, la bande armée responsable de ce meurtre est activement recherchée, a ajouté la gendarmerie. Le parquet a ouvert une enquête, confiée à la section de recherches de Cayenne.

Emmanuel Macron a exprimé dans un communiqué "sa grande émotion", salué "le courage et la mémoire" du gendarme. La Première ministre Elisabeth Borne a quant elle fait part de sa "tristesse" et adressé ses "condoléances à sa famille, à ses proches, ses camarades et toute la gendarmerie".

"Face à des voyous, il faudrait peut-être que l'on s'adapte en étant comme eux", a réagi de son côté l'ex-député LREM de Guyane, Lénaick Adam.

Des opérations parfois mortelles


Selon les chiffres d'un rapport parlementaire publié en juillet 2021, la gendarmerie de Guyane estime à 8.600 environ le nombre de mineurs clandestins, "en situation irrégulière sur le territoire" pour l'essentiel. La Guyane est recouverte "à 95 % d'une forêt dense, une partie de la forêt amazonienne, qui rend les opérations de maintien de l'ordre et d'éradication du fléau de l'orpaillage illégal complexes", déplorait ce même rapport.

Ce n'est pas la première fois qu'un tel drame survient. Depuis 2010, l'armée a également été endeuillée dans le cadre de cette lutte par plusieurs décès de nature accidentelle. En 2012, deux militaires avaient été tués et deux gendarmes grièvement blessés par balles lors d'une opération conjointe armée/gendarmerie contre des chercheurs d'or clandestins en Guyane, déjà au niveau du site de Dorlin.

L'armée et la gendarmerie mènent régulièrement de grandes opérations de démantèlement des sites d'orpaillage illégal dans le cadre de la mission Harpie, lancée en 2008 par Nicolas Sarkozy, alors chef de l'État. 
sarkozy mission harpie guyane
Sur cette photo d'archive prise en Guyane en 2012, le président français de l'époque Nicolas Sarkozy rencontre les gendarmes mobilisés et qui luttent notamment contre l'orpaillage illégal. Cayenne, 22 janvier 2012.
AP/Henri Griffit

Au moins 500 sites illégaux 

De fin octobre à début décembre 2022, jusqu'à 500 militaires avaient ainsi été mobilisés pendant sept semaines afin de "neutraliser" les principaux sites clandestins d'extraction d'or. Quelque 500 sites d'orpaillage illégal seraient toujours actifs, selon l'Observatoire de l'activité minière (OAM), dont 150 situés au coeur du Parc national amazonien, créé en 2007 pour protéger la forêt amazonienne et sa biodiversité.

Cinquante tonnes de matériel et de denrées diverses, 30.000 litres de carburant, 12 km de tuyaux de chantier, six concasseurs, 90 groupes électrogènes, 37 quads, 15 pirogues et leurs moteurs avaient été saisis. Soit un préjudice financier d'environ 4 millions d'euros, selon la préfecture, pour les garimpeiros (terme désignant les orpailleurs brésiliens illégaux en Guyane).

En 2022, les autorités françaises ont mené plus de 1.000 patrouilles en forêt contre l'orpaillage illégal, saisissant 59 kilos de mercure et 5 kilos d'or, selon un bilan de la préfecture. D'après les opérateurs miniers locaux, 10 tonnes d'or seraient extraites illégalement de Guyane chaque année par les "garimpeiros". 
 
pépite or
Des pépites d'or extraites d'une mine illégale installée sur le territoire d'une tribu autochtone du Brésil, les Yanomami à Alto Alegre au Brésil. 7 février 2023. 
AP/Edmar Barros

La forêt amazonienne menacée 

Pour séparer l'or du minerai, les mineurs clandestins utilisent par ailleurs une grande quantité de mercure, métal toxique qui pollue les sols et les cours d'eau, et favorise la déforestation.

La lutte contre ce phénomène est également compliquée par son caractère transfrontalier, les orpailleurs agissant de part et d'autre des fleuves Oyapock et Maroni, frontières entre le département français et, respectivement, le Brésil et le Suriname.
 
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Au Brésil, le président Lula, qui a succédé début 2023 à Jair Bolsonaro, ouvertement hostile à la protection de l'environnement, a relancé la répression de l'orpaillage illégal en Amazonie.