Hymne algérien : le couplet anti-français "à contretemps", selon la cheffe de la diplomatie française

Interrogée par un média, la ministre des Affaires étrangères française Catherine Colonna a jugé que le retour d'un couplet anti-français dans l'hymne algérien apparaissait "à contretemps" dans un contexte où la France et l'Algérie veulent donner un nouvel élan à leurs relations.

Image
macron tebboune août 2022

Les présidents français Emmanuel Macron et algérien Abdelmadjid Tebboune lors d'une cérémonie de signature à l'aéroport d'Alger, le 27 août 2022.

Ludovic Marin, Pool via AP
Partager2 minutes de lecture

La cheffe de la diplomatie française a estimé qu'un décret étendant l'utilisation d'un couplet évoquant la France coloniale dans l'hymne national de l'Algérie pouvait "apparaître à contre-temps" au moment où les deux pays s'efforcent de donner un nouvel élan à leur relation.

Un nouveau décret présidentiel, promulgué le 24 mai dernier, est venu modifier celui de 1986. 

"Sa teneur peut être interprétée comme une manière (...) de rendre obligatoire l'exécution des cinq couplets dans les situations prévues par la loi", a expliqué cette semaine le site d'information algérien TSA.

Interrogée sur LCI vendredi soir, Catherine Colonna a souligné que c'était "très daté" et qu'il fallait replacer "cela dans son contexte de la décolonisation".

Mais elle a aussi souligné qu'elle s'interrogeait sur "la décision d'étendre l'usage d'un hymne qui date d'une autre époque au moment même où le président de la République Emmanuel Macron et le président (algérien Abdelmadjid) Tebboune ont décidé, à l'été dernier, de donner un nouvel élan à nos relations".

"Le contexte de l'époque l'explique. Aujourd'hui, je vous concède que cela peut apparaître à contre-temps", a-t-elle répondu au journaliste de LCI.

Le texte de l'hymne national algérien a été composé en arabe pendant la guerre de libération (1954-1962) et compte notamment ces couplets : "France, le temps des palabres est révolu" et "France, voici venu le jour où il te faut rendre des comptes".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le couplet n'a jamais été supprimé malgré des tentatives. Puis dans un décret de mars 1986, un article stipulait qu'il "peut être procédé à l'exécution de l'hymne national dans des circonstances ou situations spécifiques, dans sa version intégrale ou réduite", a rappelé TSA.

Mais, relève TSA, ce décret n'avait "pas fixé clairement" quand l'hymne national pouvait être exécuté dans sa version intégrale ou expurgée du couplet anti-français.

"Ce nouveau décret est en somme une manière de formaliser les choses", estime le site d'information, observant que "dans la pratique, l'exécution du couplet citant la France a été rétablie depuis quelques années".

"Il a été notamment exécuté lors de la cérémonie d'investiture du président Abdelmadjid Tebboune le 19 décembre 2019", rappelle-t-il.

La ministre française a, elle, souligné que l'hymne national français n'était "pas tout à fait affectueux non plus", mais elle a souligné que "personne" n'était cité.

Pour Catherine Colonna, "il ne s'agit pas d'oublier notre histoire", mais de "la regarder en face, de la dépasser et de construire l'avenir".

Interrogée par ailleurs sur la visite du président Tebboune en France maintes fois évoquée pour ce printemps mais jamais concrétisée, la cheffe de la diplomatie a répondu: "je l'espère, nous travaillons sur des dates" mais "elles ne sont pas fixées".