Inflexible sur les retraites, Emmanuel Macron veut continuer à "tendre la main" aux syndicats

À la veille d'une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, le président Emmanuel Macron a déclaré lors d'une réunion à l'Élysée avec les principaux membres du gouvernement qu'il fallait "continuer à tendre la main" aux syndicats. Mais il a accusé les députés de la France Insoumise de vouloir "délégitimer" les institutions.
 
Image
Le président Emmanuel Macron à l'Élysée le 24 mars 2023.
Le président Emmanuel Macron à l'Élysée le 24 mars 2023.
© Yoan Valat, Pool via AP
Partager5 minutes de lecture
Inflexible sur le report de l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans rejeté unanimement par les syndicats, le chef de l'État a réaffirmé devant les ténors du gouvernement et les dirigeants de son camp réunis pour un déjeuner à l'Élysée sa volonté d'aplanir la situation.

(RE)voir : France : la visite de Charles III reportée à cause des grèves
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Il faut continuer à tendre la main aux forces syndicales", a dit Emmanuel Macron selon des propos rapportés par un participant à la réunion.

Mais le président veut leur parler des conditions de travail - de la pénibilité à l'emploi des seniors en passant par les reconversions - sans accéder à la demande du secrétaire général de la CFDT Laurent Berger de mettre sur "pause" la réforme pendant six mois.

"Main tendue"

Or le leader syndical a de nouveau prévenu ce 27 mars : il n'acceptera cette "main tendue" que si le gouvernement met "de côté pour l'instant la réforme".
Il a assuré à l'AFP avoir formulé la même réponse au secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, qui l'a appelé la semaine dernière pour "échanger sur l'ambiance".

"De fait le texte est en pause le temps de l'examen par le Conseil constitutionnel", a expliqué le participant au déjeuner élyséen, jugeant que l'idée était de "mettre à profit" ce délai de trois à quatre semaines pour "évoquer ces sujets" annexes.

Élisabeth Borne avait déjà tenté dimanche de prôner l'apaisement. Il faut être à "l'écoute" de cette "tension" en lien avec la réforme, a-t-elle reconnu auprès de l'AFP. La Première ministre s'est fixé deux objectifs : "Apaiser le pays face à ces tensions et accélérer les réponses aux attentes des Français."

Consultations

Pour ce faire, elle a ouvert ce 27 mars  une vaste séquence de consultations étalées sur trois semaines, avec les parlementaires, les partis politiques, les représentants d'élus locaux et les partenaires sociaux s'ils le souhaitent.

Ce "plan d'action" a d'abord été détaillé à Emmanuel Macron puis aux cadres de la majorité relative et quelques membres de gouvernement.

(RE)voir : Retraites : Emmanuel Macron persiste et signe
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Selon le même participant au déjeuner à l'Élysée, le président "lui a demandé d'essayer d'élargir la majorité en menant des consultations aux bords de la majorité actuelle", texte par texte, partant du constat qu'il serait difficile d'embarquer des formations politiques entières ou de bâtir une coalition stable.

Dans cette réunion, la Première ministre a dit vouloir "proposer un contrat de méthode" aux contours encore flous.

Mobilisation de la jeunesse

Emmanuel Macron s'en est par ailleurs pris à La France insoumise, l'accusant de vouloir "délégitimer l'ordre raisonnable" et les "institutions", et de préparer la "délégitimation du Conseil constitutionnel" au cas où il validerait la réforme.
Il a aussi appelé à "condamner les violences de manière très très ferme", selon ce participant.

(RE)voir : France : mobilisation et violences en hausse
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Dans l'immédiat, les syndicats, unis contre la réforme, préparent une nouvelle journée d'actions, la 10e contre le texte.

Selon une source policière, le renseignement territorial estime que "650.000 à 900.000 personnes défileront partout en France mardi, dont 70.000 à 100.000 personnes à Paris".

Une autre source policière prévoit "un doublement, voire un triplement" de la présence des jeunes dans les cortèges, notamment mobilisés sur la question des violences policières.

Les précédentes manifestations ont été émaillées d'incidents violents, avec 457 interpellations et 441 policiers et gendarmes blessés, le 23 mars.

(RE)lire : France : "Les BRAV-M sont une création politique, elles ne doivent pas être tenues comme seules responsables"

Une enquête judiciaire a notamment été ouverte après les menaces et intimidations proférées par des policiers contre de jeunes manifestants à Paris et révélées dans un enregistrement sonore.

Alors que le Conseil de l'Europe a parlé d'un "usage excessif de la force", le terrain des affrontements s'est déplacé samedi 25 mars à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres, où une manifestation contre les bassines a fait des dizaines de blessés du côté des forces de l'ordre comme des manifestants. Un manifestant était toujours entre la vie et la mort ce lundi.

Le 23 mars, les manifestations ont rassemblé en France entre 1,09 million (Beauvau) et 3,5 millions (CGT). L'exécutif s'attendait à une décrue de la contestation.

Le Louvre fermé

Ce 27 mars, le musée du Louvre n'a pas ouvert ses portes, bloqué par des salariés du musée, et d'autres sites culturels.

Plusieurs barrages filtrants, notamment devant la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) ont aussi été installés et plus de 15% des stations-services de France étaient à court d'essence ou de gazole, l'Ouest étant encore plus touché.

Du côté des universités, le syndicat L'Alternative a annoncé que 62 universités et écoles étaient mobilisées, dont Paris-Dauphine bloquée pour la première fois depuis le début du mouvement.

(RE)voir : France : Paris sous les ordures
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Le 28, quelque 30% des professeurs du primaire seront en grève selon le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire.

La grève s'annonce très suivie dans les transports, notamment en Ile-de-France. Le trafic SNCF sera "fortement perturbé", avec 3 TGV sur 5 en moyenne.

À Paris, les éboueurs sont en grève depuis plus de 20 jours et 7.828 tonnes de déchets sont toujours amoncelées dans les rues.