Israël : retour sur plus de 3 mois de crise sur le projet de réforme de la justice

Cela fait maintenant trois mois qu'Israël est en crise. Le projet de réforme de la justice que le gouvernement Netanyahu veut faire passer a déclenché un des mouvements de mobilisation populaire les plus importants de l'histoire de ce pays. Rappel des évènements qui ont conduit à cette rupture.
Image
Des milliers d'Israéliens protestent devant le parlement à Jérusalem ce 27 mars contre le projet de réforme de la justice.
Des milliers d'Israéliens protestent devant le parlement à Jérusalem ce 27 mars contre le projet de réforme de la justice.
© AP Photo/Mahmoud Illean
Partager3 minutes de lecture

Projet controversé

Le 4 janvier, le nouveau ministre de la Justice Yariv Levin annonce un projet de réforme de la justice, visant à accroître le pouvoir des élus sur celui des magistrats.
Il comprend une clause "dérogatoire" qui permettrait au Parlement d'annuler à la majorité simple une décision de la Cour suprême.
Le ministre de la justice Yariv Levin, le 5 mars 2023
Le ministre de la justice Yariv Levin, le 5 mars 2023
© Gil Cohen-Magen/Pool via AP

La présentation de ce projet intervient alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la tête d'un des gouvernements les plus à droite de l'histoire du pays, est jugé pour corruption dans plusieurs affaires.

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid dénonce une réforme qui "met en péril" le système juridique d'Israël.

Manifestations hebdomadaires

Le 7 janvier , plusieurs milliers d'Israéliens manifestent à Tel-Aviv contre cette réforme.

Le 12 janvier, la présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, qualifie le projet d'"attaque débridée" contre la justice.

Le 14 janvier, plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent à Tel-Aviv pour protester contre la politique de la coalition au pouvoir.

L'ancien Premier ministre Yaïr Lapid se joint le 22 janvier aux quelque 100.000 manifestants (selon les estimations des médias) réunis dans le centre-ville.
 
L'ancien Premier ministre Yaïr Lapid
L'ancien Premier ministre Yaïr Lapid prononce un discours conte la réforme du système judiciaire le 13 février 2023 devant la Knesset à Jérusalem.
© AP Photo/Ohad Zwigenberg

Devenues hebdomadaires, les manifestations s'étendent à plusieurs autres grandes villes, comme Jérusalem ou Haïfa (nord).

Dispositions votées au Parlement

Le 21 février, le Parlement approuve en première lecture deux premières dispositions phares de la réforme.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Volker Türk, exhorte Israël à "suspendre les modifications législatives proposées".

Police et manifestants s'affrontent le 1er mars à Tel-Aviv.

(RE)voir : Israël : manifestation contre la réforme judiciaire violemment réprimée
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le président israélien Isaac Herzog appelle le 9 mars à stopper le processus législatif sur le projet de réforme, le qualifiant de "menace sur les fondements de la démocratie".

Le 11 mars, les manifestations rassemblent selon les médias plus de 100.000 personnes à Tel-Aviv et battent des records à Haïfa et Beersheva (sud), avec respectivement 50.000 et 10.000 personnes.

Le 14 mars, le Parlement adopte en première lecture la clause dérogatoire, disposition la plus contestée du projet.

Appels internationaux au compromis

Isaac Herzog, qui met en garde contre un risque de "guerre civile", présente le 15 mars une ébauche de compromis, mais le gouvernement y oppose une fin de non recevoir.

Le 16 mars, le chancelier allemand Olaf Scholz dit suivre "avec une grande inquiétude" les débats.

Le 17 mars, le secrétaire d'État américain Antony Blinken estime que parvenir à "un consensus est la meilleure voie à suivre". Deux jours plus tard, le président Joe Biden appelle son homologue israélien à un "compromis".

(RE)voir : Israël : Washington durcit le ton face au gouvernement israélien
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le 23 mars , Benjamin Netanyahu s'engage à "mettre fin à la division au sein du peuple", tout en se disant déterminé à faire avancer la réforme.

La justice juge "illégale" son intervention, compte tenu de ses procès en cours.

Ministre limogé

Le 25 mars, le ministre israélien de la Défense, Yoav Galant, appelle à une pause d'un mois dans le processus législatif. Il est limogé le lendemain.

(RE)voir : Israël : le ministre de la Défense limogé
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Des milliers de manifestants descendent dans les rues à Tel-Aviv, la nuit est marquée par des heurts avec la police.

Les États-Unis, "profondément préoccupés" par la situation, appellent à nouveau au "compromis".

Isaac Herzog appelle le 27 mars le gouvernement à "stopper immédiatement" le travail législatif sur le projet.

(RE)lire : Manifestation en Israël: le président Isaac Herzog appelle à arrêter "immédiatement" la réforme judiciaire

La plus grosse centrale syndicale israélienne annonce "une grève générale" immédiate, les vols au départ de l'aéroport international Ben-Gourion sont suspendus.

(RE)voir : Israël : appel à la grève générale
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...