Judo : Romane Dicko s'offre un titre mondial

Pour ses débuts sur la scène planétaire, Romane Dicko, déjà triple championne d'Europe et médaillée olympique, est allée chercher sa première couronne mondiale à 23 ans, apportant à la France son premier titre de ces Mondiaux. 
Image
Le 30 juillet aux JO de Tokyo, Romane Dicko savoure sa médaille de bronze en +78 kilos.
Le 30 juillet aux JO de Tokyo, Romane Dicko savoure sa médaille de bronze en +78 kilos.
© (AP Photo/Vincent Thian)
Partager3 minutes de lecture

Triple médaillée européenne, médaillée de bronze aux Jeux Olympiques, la championne française s'offre un titre mondial au bout d'un combat foudroyant d'une minute contre la Brésilienne Beatriz Sousa.
 


"Je ressens beaucoup d'émotions parce que je savais que j'en étais capable, mais entre le savoir et le faire, c'est autre chose", a-t-elle déclaré après avoir reçu sa médaille. 

"J'ai eu un début de journée très compliqué, j'ai eu du mal à me mettre dans la compétition mais ça m'a reboostée. Je me suis dit J'ai pas le choix, il faut que je sois plus agressive et pour la finale je suis vraiment montée d'un cran. J'étais la Romane de d'habitude."

"Une finale monstrueuse"

Céline Dion dans les oreilles pendant l'échauffement, "c'est la base !", ceinture porte-bonheur autour de la taille, Dicko a été expéditive en finale des +78 kg contre la Brésilienne Beatriz Sousa, mettant son adversaire ippon en à peine plus d'une minute. 

"Elle a fait une finale monstrueuse, elle était intouchable en fait", a réagi le patron de l'équipe de France féminine, Christophe Massina. "C'est une machine", a enchéri sa coach en Bleu Séverine Vandenhende. 

Un peu plus tôt, l'autre Française engagée dans la catégorie, Julia Tolofua avait décroché la médaille de bronze en s'imposant aux pénalités contre l'Israélienne Raz Hershko.  

Sur la route de la finale, Dicko, également triple championne d'Europe, s'était défaite par ippon de la Chinoise Su Xin pour son entrée en lice au deuxième tour, avant de signer deux waza-ari contre la Néerlandaise Marit Kamps en quart de finale. Elle avait ensuite battu sa compatriote Julia Tolofua en demi-finale. 

Des championnats difficiles

"Forcément, c'est compliqué parce qu'avec Julia on s'aime beaucoup mais je suis très contente qu'on soit deux sur le podium des Championnats du monde", a souri Dicko. 

Au terme de la dernière journée des compétitions individuelles, et avant l'épreuve par équipes le 6 octobre, la France compte donc quatre médailles dont un titre.

Les Bleus vivaient jusqu'ici des Championnats difficiles, avec plusieurs contre-performances venues de l'équipe féminine, attendue bien plus haut. 

Le début de compétition avait vu les éliminations prématurées de Shirine Boukli, N.1 mondiale des -48 kg, et Sarah-Léonie Cysique, vice-championne olympique à Tokyo en -57 kg. Lundi, Margaux Pinot et Marie-Eve Gahié avaient chuté avant les quarts. Puis mardi en -78 kg, c'est Madeleine Malonga, également en argent à Tokyo l'an dernier, qui était tombée dès son entrée en lice.  

"Forcément ça atteint un peu parce que quand on a les copines au self le soir, on pense que tout le monde va revenir médaillé et c'est ce qu'on veut pour nos copines. Mais il faut passer au-dessus", a-t-elle déclaré. 

"Éclate-toi !"

Deux coups de fil plus tard - l'un à son cousin, le triple-sauteur Teddy Tamgho, et un autre à Teddy Riner - Dicko s'est sentie "rassurée". "Je me suis dit OK, c'est compliqué pour l'équipe de France mais chaque athlète est différent. C'est ta compétition, c'est pas encore la compète de l'équipe. Aujourd'hui, c'est ton jour et juste éclate-toi." 

A moins de deux ans des Jeux olympiques et alors qu'elle n'a que 23 ans, Dicko s'impose ainsi comme l'une des têtes du collectif français, aux côtés de Riner, actuellement blessé, et de Clarisse Agbégnénou, en phase de reprise après un congé maternité. 

(RE)lire : JO : la porte-drapeau française Clarisse Agbegnenou met les préjugés au tapis

Interrogée sur ce qui faisait sa force, elle a répondu dans son sourire habituel: "C'est un mélange de mental, de physique, de dynamisme. C'est un peu tout ça, une grosse salade bien faite!"