Kenya : "défaillances" de la police et de la justice dans l'affaire du pasteur Paul Nthenge Mackenzie

Des "défaillances" de la justice et de la police kényanes ont permis à Paul Nthenge Mackenzie de prêcher un jeûne extrême, malgré plusieurs alertes sur ce pasteur autoproclamé. Il est aujourd'hui accusé de la mort d'au moins 428 personnes, affirme un rapport d'enquête sénatorial consulté samedi par l'AFP.

Image
mckenzie

Le "pasteur" Mackenzie est en détention depuis le 14 avril, au lendemain de la découverte de premières victimes dans la forêt de Shakahola, où se réunissaient les adeptes de son Église internationale de Bonne Nouvelle. 

AP Photo Gideon Maundu
Partager2 minutes de lecture

Le "pasteur" Mackenzie est en détention depuis le 14 avril, au lendemain de la découverte de premières victimes dans la forêt de Shakahola, où se réunissaient les adeptes de son Église internationale de Bonne Nouvelle, à qui il prêchait de jeûner jusqu'à la mort pour "rencontrer Jésus" avant la fin du monde en août 2023.

Depuis, 428 corps ont été déterrés dans cette zone de "bush" du sud-est du Kenya, où les recherches sont toujours en cours. Un des coaccusés est par ailleurs mort en détention.

Baptisé "massacre de Shakahola", ce scandale a suscité la stupeur au Kenya, pays majoritairement chrétien comptant 4.000 "églises" officielles.

"Le Kenya a connu des décès liés à l’extrémisme religieux dans le passé, mais la tragédie de Shakahola comptabilise le plus grand nombre de morts", rappelle une commission d'enquête sénatoriale, soulignant que ce bilan dépasse les pires attentats jihadistes sur son sol.

Né en 1976, chauffeur de taxi avant de se proclamer pasteur, Paul Nthenge Mackenzie avait été confronté à la justice dès 2017 pour ses prêches extrêmes.

Mais "le système de justice pénale n'a pas réussi à empêcher les atroces activités de Paul Mackenzie à Shakahola", affirme la commission, évoquant quatre affaires en 2017 et 2019.

En 2017, il a notamment été acquitté d'accusations de radicalisation, alors qu'il dispensait illégalement un enseignement scolaire. Il rejetait en effet le système éducatif traditionnel, qu'il disait non conforme à la Bible.

En 2019, il a été accusé d'être lié à la mort de deux enfants ayant "succombé à la faim et à la suffocation et enterrés dans la forêt de Shakahola". Il avait été libéré sous caution, dans l'attente d'un procès.

"Mises en garde" 

La commission relève par ailleurs la responsabilité de la police locale, qui avait enregistré "des plaintes récurrentes de chefs religieux et de la communauté locale contre ses activités dès 2017". 

Ces plaintes dénonçaient notamment l'opposition du "pasteur" aux systèmes éducatif et médical, mais aussi "la radicalisation d'adultes pour qu'ils démissionnent de leur travail et rejoignent l'église" ou le fait de "retenir des gens en otage".

Elle souligne également "l'inaction" du Comité de sécurité du comté de Kilifi qui, lui aussi saisi de plaintes, "a convoqué Paul Mackenzie et l'a mis en garde contre ses enseignements radicaux et le fait de soumettre ses adeptes à des conditions inhumaines".

Face à une législation actuelle "inadaptée", la commission appelle le parlement à "adopter le projet de loi de 2023 sur les organisations religieuses, afin de fournir un cadre législatif pour la réglementation des organisations religieuses".

Les recherches de corps et l'enquête sont toujours en cours à Shakahola.

Une fois terminées, Mackenzie et 29 coaccusés seront formellement mis en accusation. Le "pasteur" sera notamment poursuivi pour "terrorisme", ont annoncé en mai les procureurs.