Kirghizstan - Tadjikistan : plus de 90 morts lors d'affrontements frontaliers

Des affrontements frontaliers entre le Tadjikistan et le Kirghizstan ont fait au moins 94 personnes tuées durant la semaine, ont indiqué dimanche les deux camps. Il s'agit des pires violences depuis des années entre ces deux pays d'Asie centrale. Les deux ex-républiques soviétiques ont instauré une trêve fragile.
Image
kirghizistan tadjikistan
Un hélicoptère survole la frontière entre le Kirghizstan le Tadjikistan, le 17 septembre 2022.
(AP Photo/Danil Usmanov)
Partager3 minutes de lecture

Au moins 94 personnes ont été tuées cette semaine lors d'affrontements frontaliers entre le Tadjikistan et le Kirghizstan, ont indiqué dimanche les deux camps, les pires violences depuis des années entre ces pays qui ont instauré une trêve fragile.

La situation à la frontière disputée de ces deux ex-républiques soviétiques d'Asie centrale était toutefois calme dans la journée, selon Bichkek, après la signature vendredi d'un cessez-le-feu en urgence.

Plusieurs jours de combats intenses

La diplomatie tadjike a publié dimanche sur Facebook un premier bilan détaillé de son côté, faisant état de 35 morts et de 25 blessés lors des combats entre mercredi et vendredi, et affirmant que la plupart des morts étaient des civils. 

Cette source assure que l'armée kirghize a notamment tué douze personnes lors d'une frappe de drone sur une mosquée, six autres lors d'une autre attaque de drone contre une école, et sept autres lors de tirs sur une ambulance.

L'AFP n'a pas pu vérifier ces déclarations de source indépendante, dans un pays autoritaire et très fermé à la presse.

Au moins 4 soldats khirgiz sont portés disparus

Pour sa part, dans son dernier bilan, le ministère de la Santé kirghiz a indiqué que 46 Kirghiz avaient été tués dans la région de Batken, située au sud-ouest du Kirghizstan et frontalière du Tadjikistan.
 

Bichkek a également indiqué que 140 personnes avaient été blessées. Le ministre des Situations d'urgence, Boobek Ajikeeb, a affirmé dimanche que quatre soldats kirghiz étaient portés disparus.
 

Poutine appelle au calme

Le bilan des combats dépasse désormais largement celui de précèdents combats frontaliers d'ampleur, en avril 2021, qui avaient causé la mort d'une cinquantaine de personnes et fait craindre un conflit à plus grande échelle. La situation semblait toutefois se stabiliser dimanche.

Lors d'entretiens téléphoniques, le président russe Vladimir Poutine a appelé dimanche les présidents kirghiz Sadyr Japarov et tadjik Emomali Rakhmon à éviter de nouveaux affrontements, dans ces pays où Moscou joue historiquement le rôle d'arbitre. 

"Vladimir Poutine a appelé les parties à empêcher une nouvelle escalade et à prendre des mesures pour résoudre la situation le plus rapidement possible, et cela uniquement par des voies pacifiques et politico-diplomatiques", a indiqué le président Poutine, selon un communiqué du Kremlin.

poutine sommet moscou transasie
De gauche à droite : le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, le président bélarus Alexander Lukashenko, le président russe Vladimir Poutine au centre, le président du Kirghizstan Sadyr Japarov, le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev et le président du Tadjikistan Emomali Rakhmon. Ils assistent tous à un meeting à Moscou, en Russie. 16 mai 2022.
AP/Alexander Nemenov

L'ONU appelle au cessez-le-feu 

Dans un communiqué, le Comité d'Etat pour la sécurité nationale du Kirghizstan a indiqué qu'à 14H00 locales (09H00 GMT) la situation à la frontière "restait calme, avec une tendance à la stabilisation".

"Sur la ligne frontalière, aucune tentative d'escalade ou de tirs n'a été signalée. Les parties conservent leur accord pour un cessez-le-feu et le retrait de forces concernées, le travail se poursuit dans ce sens", a ajouté cette source.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé samedi des responsables des deux camps par téléphone "pour favoriser un dialogue pour un cessez-le-feu durable", a indiqué un porte-parole des Nations Unies.

Antonio Guterres
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, lors d'une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, le jeudi 28 avril 2022, à Kiev, en Ukraine.
(Bureau de presse de la présidence ukrainienne via AP)

Un conflit qui dure depuis la fin de l'URSS

Samedi matin, le ministère tadjik de l'Intérieur avait indiqué que des civils avaient été tués au Tadjikistan lors de violations de la trêve, sans préciser leur nombre. Des tirs entre les deux pays en début de semaine avaient déjà causé la mort de deux garde-frontières tadjiks et fait des blessés.

La frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizstan est le théâtre de combats réguliers. Près de la moitié des 970 kilomètres de frontière commune est contestée depuis la dislocation de l'URSS, sur fond de tensions pour l'accès aux ressources.