La Russie ferme le bureau de la radio-télévision canadienne à Moscou

Cette décision est une mesure de réprésailles après l'interdiction de diffusion de chaînes du groupe russe RT au Canada. Les visas et accréditations des journalistes de la chaine sont également révoqués. 
Image
journalistes cbc
Tamara Alteresco, correspondante de la CBC en Russie, et son caméraman, Alexey Sergeyev
Tamara Alteresco / INSTAGRAM
Partager2 minutes de lecture

C'est la première fois que Moscou bannit un média occidental depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, le 24 février dernier. Trois semaines plus tôt, la Russie avait cependant fermé le site allemand Deutsche Welle, en représailles à l'interdiction de diffusion de la chaîne pro-Kremlin RT en Allemagne.

"La décision a été prise d'adopter des mesures de représailles du fait des actions du Canada, en l'occurrence il s'agit de la fermeture du bureau de correspondance à Moscou de la radio télévision CBC, y compris l'annulation des accréditations et visas de ses journalistes", a annoncé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. 

(Re)voir : Russie : "Les derniers espaces de liberté d'information sont annihilés"

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Accusant le gouvernement d'avoir "adopté un cours politique ouvertement russophobe", elle a estimé que "CBC était devenu un mégaphone de propagande" anti-russe. Elle a en outre dénoncé le soutien du Canada à l'Ukraine, avant et depuis le début de l'offensive russe contre son voisin.

Premières représailles

Le groupe canadien CBC/Radio-Canada avait annoncé début mars suspendre "temporairement" le travail de ses journalistes en Russie, en raison de la nouvelle loi prévoyant des peines de prison en cas de diffusion "d'informations mensongères sur l'armée" au sujet de l'offensive russe en Ukraine.

(Re)voir : Russie : Vladimir Poutine déterminé, les médias en retrait

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

En outre, mi-mars, le Canada a interdit officiellement aux fournisseurs de services de distribuer les chaînes d'information russes RT (ex-Russia Today) et RT France, estimant que leur programmation n'était pas dans "l'intérêt du public". L'UE a elle aussi interdit ces médias russes et d'autres, mais jusqu'ici Moscou n'a pas adopté de mesures de représailles équivalentes.