La Suède aux urnes avec une extrême droite mieux placée que jamais

Une droite prête pour la première fois à gouverner avec l'appui d'une extrême droite mieux placée que jamais, la gauche qui cherche un troisième mandat de rang : la Suède vote, ce dimanche, pour des élections législatives qui s'annoncent ultra-serrées.
Image
Jimmie Åkesson
En passe selon les sondages d'atteindre une deuxième place inédite, le parti nationaliste et anti-immigration des Démocrates de Suède (SD), dirigé par Jimmie Åkesson, longtemps paria sur la scène politique du pays scandinave, est désormais faiseur de roi d'un probable accord au Parlement avec la droite traditionnelle.
Sverigedemokraterna, 2021, Pelle T Nilsson/SPA
Partager5 minutes de lecture

En passe selon les sondages d'atteindre une deuxième place inédite, le parti nationaliste et anti-immigration des Démocrates de Suède (SD), longtemps paria sur la scène politique du pays scandinave, est désormais faiseur de roi d'un probable accord au Parlement avec la droite traditionnelle.

La Suède, engagée dans un délicat processus d'adhésion à l'Otan et qui va prendre la présidence tournante de l'Union européenne le 1er janvier, est gouvernée depuis 2014 par les sociaux-démocrates, premier parti du pays depuis les années 1930.

La Première ministre sortante Magdalena Andersson, arrivée à son poste il y a un an pour redonner du souffle aux siens, jouit de la plus forte confiance des électeurs pour rester à son poste, avec 55% d'avis positifs. Loin devant son rival conservateur du parti des Modérés, Ulf Kristersson (32%).

Magdalena Andersson
La Première ministre suédoise Magdalena Andersson au sommet de l'OTAN, à Madrid, en Espagne, le mercredi 29 juin 2022.
AP Photo/Paul White

L'Otan en ligne de mire


Le prochain Premier ministre devra boucler la candidature d'adhésion de la Suède à l'Otan, commune avec la Finlande voisine. La Suède est restée hors des alliances militaires depuis la fin des guerres napoléoniennes, et a été officiellement neutre jusqu'à la fin de la Guerre froide et son adhésion à l'Union européenne en 1995.

Avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'extrême droite de SD puis les sociaux-démocrates - pourtant historiquement opposés à une candidature - ont changé de position en faveur de l'Otan, permettant la candidature déposée mi-mai.

Longtemps ligne rouge en Suède, le sujet fait désormais l'objet d'un large consensus parmi les principaux partis. Seuls le parti de Gauche (ex-communiste) et les Verts y restent opposés. 
Le point le plus épineux est d'obtenir la ratification de l'adhésion par la Turquie, qui menace de bloquer l'entrée de la Suède et de la Finlande, accusées notamment de positions prokurdes. 

Les gangs, fléau au coeur des élections


Mais la campagne a surtout été dominée par des thèmes favorables à l'opposition de droite : criminalité et règlements de compte meurtriers entre gangs, problèmes d'intégration, flambée des factures énergétiques... La Suède peine à enrayer une hécatombe de règlements de compte mortels entre bandes criminelles, devenu un grave problème de société. 

Ces assassinats sont, selon la police, la plupart du temps des règlements de compte commis par des bandes rivales contrôlées par des clans, composées majoritairement de Suédois issus de l'immigration, souvent dans des lieux publics et parfois en plein jour.
Attribués à une guerre pour contrôler le trafic d'armes et de drogue, ils se sont multipliés ces dernières années, au point que la Suède, un des pays les plus riches et égalitaires du monde, occupe désormais le haut du classement européen pour les homicides par balles.

Les alliances, élément-clé de la victoire ?


Un grand suspense demeure sur l'issue du scrutin, avec les deux probables nouvelles alliances (sociaux-démocrates, Verts, parti de Gauche et parti du Centre côté gauche; Modérés, chrétiens-démocrates, libéraux et SD pour les droites) à touche-touche dans les sondages.

Selon les dernières enquêtes d'opinion lundi, la "constellation" de gauche obtiendrait entre 48,6% et 52,6%, contre 47,1% à 49,6% pour la droite/extrême droite. Mais les chiffres sont très mouvants.

Les précédentes élections de 2018 avaient débouché sur une longue crise politique, avec quatre mois pour former au forceps un gouvernement minoritaire mené par les sociaux-démocrates.

De nombreuses incertitudes demeurent mais le rapprochement entre la droite et l'extrême droite a clarifié la situation politique, ramenant la Suède à deux blocs. 

Vers une fin progressive de l'isolement des SD

"Cette fois-ci, on peut dire qu'une des deux constellations va avoir une majorité. C'est impossible de deviner laquelle sur la base des sondages, mais l'une d'entre elles aura une majorité", estime Jan Teorell, professeur en sciences politiques à l'université de Stockholm.

La fin progressive de l'isolement des SD, et l'émergence du parti comme possible première formation de l'union des droites sont "une énorme bascule pour la société suédoise", souligne Anders Lindberg, éditorialiste au quotidien de gauche Aftonbladet.

Héritier d'un groupe néonazi à sa formation à la fin des années 80, le parti végétait à 1% il y a encore moins de 20 ans et n'est entré au Parlement qu'en 2010. 
Avec un discours anti-immigration couplé à la défense de l'Etat-providence traditionnel, il a su conquérir les classes ouvrières, les retraités et les peu qualifiés, principalement chez les hommes, en surfant sur les importantes arrivées migratoires dans le pays (près de 500.000 depuis dix ans, soit environ 5% de la population).

L'émergence de l'extrême droit est une énorme bascule pour la société suédoise
Anders Lindberg, éditorialiste au quotidien de gauche Aftonbladet

"La criminalité, l'immigration occupent le devant de la scène, là où quand on regarde l'Histoire, les élections suédoises ont toujours été sur l'Etat-providence, l'économie, l'emploi. C'est un mouvement tectonique", observe M. Lindberg.

Première femme cheffe du gouvernement suédois, Magdalena Andersson était arrivée au pouvoir en novembre 2021, succédant à son prédécesseur Stefan Löfven à bout de souffle politiquement.
En dix mois aux manettes, l'ex-ministre des Finances et championne de natation a su gagner la confiance des Suédois.

"L'intégration : un échec"


"Beaucoup lui font confiance comme Première ministre, y compris chez ceux qui ne pensent pas voter pour les sociaux-démocrates", souligne Jan Teorell.

Six ans après le tour de vis de son parti sur l'immigration, elle a encore durci le ton sur l'intégration, reconnaissant un "échec" dans de nombreux quartiers et affiché une ligne anti-ghettos.

Dans les derniers sondages, les "S" sociaux-démocrates sont crédités d'entre 28,5% et 30%, contre un plus bas historique de 28,3% en 2018. Ils devancent SD (18,8% à 19,8%) et les Modérés (17,6% à 18,1%).

S'il peut toujours viser le poste de Premier ministre en cas de victoire de l'union des droites, se faire doubler par l'extrême droite serait une mauvaise nouvelle pour le chef des Modérés Ulf Kristersson. 
Il pourrait être contraint de lâcher beaucoup de lest aux SD, voire les voir exiger une entrée au gouvernement, selon les politologues.