La Suisse doit désigner le Hamas comme organisation terroriste selon la communauté juive

Les organisations juives de Suisse ont réclamé une nouvelle fois que la Suisse désigne le Hamas comme organisation terroriste à l'instar de l'Union européenne ou des États-Unis.

Image
Palais fédéral

Image du palais fédéral de Berne où siègent les deux chambres et conseil fédéral, l'éxecutif de la confédération suisse;

DR
Partager1 minute de lecture

Dans un communiqué commun, la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et la plateforme des Juifs Libéraux de Suisse (PLJS) ont à nouveau exhorté lundi le Conseil fédéral et le Parlement à "mettre enfin en œuvre une interdiction du Hamas".

La Fondation contre le racisme et l'antisémitisme (GRA) suisse a elle aussi réclamé que l'organisation islamiste palestinienne soit classée parmi les organisations terroristes.

Lire : DIRECT-Guerre entre Israël et le Hamas : plus de 1100 morts

Selon le GRA, "le Hamas nie le droit à l'existence d'Israël, propage des idées antisémites et assassine des personnes juives sans distinction."

L'autorité fédérale compétente devrait interdire les activités de financement en Suisse et renoncer à la distribution de fonds d'aide, réclame la Fondation.

Ces revendications ne sont pas nouvelles, mais toutes les tentatives menées devant le Parlement pour une telle interdiction ont échoué jusqu'à présent.

Les autorités suisses attachent énormément de prix à leur rôle de bons offices, qui selon elles nécessite un dialogue avec toutes les parties et le Conseil fédéral (le gouvernement) estime qu'il ne peut interdire que des organisations qui le sont également par l'ONU.

Al-Qaïda et l’État islamique mais pas le Hamas

De ce fait, seuls Al-Qaïda et l’État islamique et quelques organisations apparentées sont actuellement interdits en Suisse. Ce n'est pas le cas du Hamas.

Plus de 700 personnes ont été tuées dans le sud d'Israël depuis le déclenchement samedi d'une offensive militaire sans précédent lancée de la bande de Gaza par le Hamas.

Le premier jour, jusqu'à 250 personnes ont été massacrées en Israël dans une rave party près de la frontière avec le territoire palestinien côtier, a indiqué lundi un bénévole ayant participé à la collecte des corps.

Dans la bande de Gaza, les frappes de l'armée israélienne ont fait au moins 493 morts depuis samedi, selon le dernier bilan des autorités locales.

Quelque 2,3 millions de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, territoire sous blocus israélien depuis 2007 et éprouvé par la pauvreté.