La Suisse interdit à l'Allemagne de transmettre des munitions suisses à l'armée ukrainienne

La Suisse interdit à l'Allemagne d'envoyer en Ukraine les munitions de fabrication suisse destinées aux blindés de défense antiaérienne que Berlin veut livrer à Kiev. Les autorités suisses affirment que la livraison d'armes à Kiev constituerait un abandon du principe de neutralité. La Suisse applique cependant les sanctions de l'Union européenne contre la Russie.
Image
guepard 2008
Un char "Gepard" de l'armée allemande en 2008. L'Allemagne va en livrer une cinquantaine à l'armée ukrainienne. La Suisse possède des munitions destinés à ce blindé.
Libre de droit.
Partager3 minutes de lecture

"Il n'y a toujours pas lieu de répondre favorablement à la demande de l'Allemagne de transmettre du matériel de guerre suisse à l'Ukraine" au nom du droit de la neutralité et de la législation suisse sur le matériel de guerre, explique Guy Parmelin, le ministre de l'Economie dans un courrier à la ministre de la Défense allemande, Christine Lambrecht.

Lire : quelles sont les caractéristiques des chars "Gepard" livrés par l'Allemagne à l'Ukraine ?

Il s'agit dans ce cas précis de 12.400 munitions de 35 mm destinées au Gepard, un système de défense antiaérien bi-tube et sur chenilles que les Ukrainiens réclament en particulier pour détruire en vol les missiles de croisière et les drones kamikazes lancés par les forces russes.

Adoption des sanctions contre la Russie mais refus de livrer des armes à l'Ukraine


"L'égalité de traitement découlant du droit de la neutralité ne permet pas à la Suisse d'approuver une demande de transmission de matériel de guerre de provenance suisse à l'Ukraine tant que ce pays est impliqué dans un conflit armé international", souligne le ministre dans un communiqué.

"Les critères d'autorisation prévus par la législation suisse sur le matériel de guerre excluent également la livraison de matériel de guerre à des pays impliqués dans un tel conflit", ajoute t-il.
 

C'est totalement exclu, la Suisse ne fournira pas d'armes à l'Ukraine. Ce serait un abandon de la neutralité.
Karin Keller-Sutter, conseillère fédérale à la Justice et à la Police sur TV5MONDE le 16 avril.

Invitée dans l'émission Internationales sur TV5MONDE le 16 avril dernier, Karin Keller-Sutter, conseillère fédérale à la Justice et à la Police avait déja exclu toute livraisons d'armes et de munitions à l'Ukraine. " C'est totalement exclu, la Suisse ne fournira pas d'armes à l'Ukraine. Ce serait un abandon de la neutralité", expliquait Karin Keller-Sutter.
 


Le débat sur la neutralité a été ravivé en Suisse par la décision du Conseil fédéral - le gouvernement - d'adopter toutes les sanctions instaurées contre la Russie par l'Union européenne depuis le 24 février et l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

Mercredi 2 novembre, le gouvernement suisse avait annoncé l'octroi d'une aide humanitaire de cent millions de dollars à l'Ukraine pour l'approvisionnement en eau potable et la réhabilitation des infrastructures énergétiques endommagées, à l'approche de l'hiver.

Certains responsables politiques suisses notamment dans les rangs de l'UDC (droite radicale et premier parti du pays), estiment que c'est déjà s'engager trop et miner le principe de neutralité.

Le président de la Confédération et ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis répète inlassablement qu'il n'en est rien.