La Turquie épinglée pour des atteintes aux droits humains en Syrie

La Turquie est tenue pour responsable de nombreuses violations des droits humains dans les régions du nord de la Syrie contrôlées par les forces turques et leurs supplétifs, affirme l'ONG Human Rights Watch (HRW).

Image
Recep Tayyip Erdogan répondant aux questions des journalistes à l'issue du sommet de l'Otan à Vilnius ce 12 juillet 2023.

Recep Tayyip Erdogan répondant aux questions des journalistes à l'issue du sommet de l'Otan à Vilnius ce 12 juillet 2023.

© AP Photo/Pavel Golovkin
Partager1 minute de lecture

La Syrie a été morcelée par la guerre qui a éclaté en 2011 après la répression de manifestations prodémocratie, et l'armée turque y contrôle avec des groupes affiliés deux vastes zones frontalières après avoir mené des opérations d'envergure contre les groupes kurdes.

La Turquie "porte la responsabilité des graves abus et des crimes de guerre potentiels commis par des membres de ses forces et des groupes armés locaux qu'elle soutient" dans le nord de la Syrie, a déclaré HRW dans un rapport.

"Des responsables turcs (...), dans certains cas, ont été directement impliqués dans des crimes de guerre manifestes", ajoute le rapport.

HRW a également accusé les forces armées turques et les agences de renseignement d'être "impliquées dans la perpétration et la supervision d'abus".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Selon le rapport, les abus et violations sont "le plus souvent dirigés contre des civils kurdes et toute personne considérée comme ayant des liens avec les forces dirigées par les Kurdes".

Des femmes kurdes qui ont été détenues ont signalé des violences sexuelles, notamment des viols.

Ankara considère la principale composante des Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes, comme une extension des rebelles kurdes turcs qu'il combat. Les FDS contrôlent des territoires adjacents à ceux tenus par la Turquie et ses supplétifs.

Selon HRW, la police militaire locale et l'Armée nationale syrienne (ANS), soutenues par Ankara, "ont arbitrairement arrêté et détenu, fait disparaître de force, torturé et maltraité d'autres manières, soumis à des procès militaires inéquitables de nombreuses personnes en toute impunité".

HRW a en outre accusé la Turquie d'avoir "sommairement expulsé des milliers de (...) Syriens" réfugiés sur son sol vers des zones syriennes sous son contrôle.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Des centaines de milliers de Syriens vivant dans les zones sous contrôle turc ont en outre été déplacés, les factions de l'ANS pillant et saisissant leurs propriétés, selon le rapport.

La Turquie et les autorités locales qu'elle soutient "devraient accorder aux organismes d'enquête indépendants un accès immédiat et sans entrave aux territoires sous leur contrôle", a déclaré l'ONG.

HRW précise avoir demandé des commentaires sur ces allégations aux autorités turques qui n'ont pas fourni de réponse dans l'immédiat.