Le fonds britannique Greybull reprend le sidérurgiste Ascometal

Image
Des salariés en grève sur le site Ascometal à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, le 20 mai 2014

Des salariés en grève sur le site Ascometal à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, le 20 mai 2014

AFP/Archives
Partager2 minutes de lecture

Le fonds britannique Greybull Capital, dernier candidat en lice, va reprendre le groupe sidérurgique Ascometal, en redressement judiciaire, qui évite ainsi la liquidation, a décidé lundi la chambre commerciale du tribunal judiciaire de Strasbourg.

La reprise porte sur l'ensemble des sites d'Ascometal, à savoir son aciérie d'Hagondange (Moselle) et ses trois sites d'usinage et de parachèvement, à Custines (Meurthe-et-Moselle), Saint-Étienne (dans le quartier du Marais) et Leffrinckoucke (Nord), soit près de 800 emplois.

"Je salue le délibéré rendu en faveur de la solution Greybull pour lequel nous avons travaillé d’arrache-pied et qui est permis notamment grâce au soutien de l’Etat", s’est réjoui le ministre sortant de l’Industrie Roland Lescure, dans une déclaration transmise à l’AFP

"Comme nous nous y étions engagés, nous avons cherché des solutions et les avons trouvées. Longue vie à Ascometal et tous ses salariés !", a-t-il conclu.

"C'est un sacré soulagement, ce n'est pas passé loin. C'était l'ultime solution pour éviter la liquidation, alors que les autres repreneurs potentiels, Venete, Europlasma, s'étaient défilés", a déclaré à l'AFP Xavier Le Coq, délégué national de la CFE-CGE sidérurgie.

"Maintenant il y a des investissements à faire, il faut notamment redémarrer le laminoir aux Dunes (Leffrinckoucke, ndlr). Les salariés, les syndicats, tout le monde va être prudent et vigilant. Il faut que l'argent arrive pour faire les investissements promis", a-t-il ajouté.

Cette offre a été permise par un accompagnement financier de l’Etat qui prendra la forme dès 2024 d’un prêt de 45 millions d’euros pour "favoriser une croissance solide et pérenne de l’entreprise dans le respect du régime des aides d’Etat", a précisé le ministère. S’y ajoutera en 2025 "un soutien public de 40 millions (…) dans une forme qui restera à définir" (garantie des projets stratégiques où prêt), a-t-on ajouté de même source.

Le projet de Greybull prévoit d'investir dans une "voie lingot" à Hagondange, destinée à produire des lingots pour la fabrication d'obus, et de rouvrir le laminoir à Dunkerque (usine des Dunes) qui avait été fermé en 2019.

Le devenir de l'aciérie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône — 330 salariés) avait été tranché par le tribunal le 31 mai: elle doit être reprise par l'industriel italien Marcegaglia.