Le journaliste Mortaza Behboudi détenu en Afghanistan : RSF et 15 médias français dont TV5MONDE appellent à sa libération

Image
Mortaza Behboudi a été arrêté en Afghanistan le 7 janvier.
Mortaza Behboudi a été arrêté en Afghanistan le 7 janvier.
Partager2 minutes de lecture
Le journaliste franco-afghan Mortaza Behboudi est détenu depuis le 7 janvier dans une prison de Kaboul. Reporters sans frontière et les rédactions françaises avec lesquelles il a travaillé se mobilisent pour sa libération.

Depuis 30 jours, sa situation était gardée sous silence, en accord avec ses proches, elle est désormais rendue publique. Mortaza Behboudi, journaliste franco-afghan, est actuellement détenu à Kaboul par le régime taliban.

Dans un appel lancé aux autorités, Reporters sans frontières (RSF) et 15 rédactions et sociétés de production avec lesquelles il a travaillé - dont fait partie TV5MONDE - appellent à sa libération.

Journaliste réputé

Mortaza Behboudi a débuté sa carrière de journaliste à 16 ans, dans son pays d'origine. Menacé, il s'est réfugié quelques années plus tard en France, où il a rapidement multiplié les collaborations avec de nombreux médias, comme France Télévisions, TV5MONDE ou encore Médiapart.

Journaliste réputé, il est le coauteur de la série de reportage "À travers l’Afghanistan, sous les talibans"publiée sur Mediapart et primée en 2022 par le prix Bayeux et le prix Varenne.

Il a également participé au reportage de France 2 "Des petites filles afghanes vendues pour survivre", également récompensé du prix Bayeux.

Retour en Afghanistan au début de l'année

Selon RSF, Mortaza Behboudi s'est à nouveau rendu en Afghanistan pour un reportage le 5 janvier. Il est arrêté 48 heures plus tard, "alors qu’il s'apprêtait à récupérer son accréditation presse".

Selon l'organisation, le journaliste a été transféré dans une autre prison de Kaboul après 11 jours de détention.

L'organisation de défense du droit de la presse a ajouté ne plus avoir de nouvelles du journaliste depuis le 15 janvier.

Arrêté initialement pour défaut de présentation d'accréditation, il serait sous le coup d'une accusation d'espionnage. RSF appelle les autorités françaises à faire le nécessaire pour sa libération.