Le président de la Chambre Kevin McCarthy évincé, une première dans l'histoire des États-Unis

Dans la soirée du 3 octobre, le chef de la Chambre des représentants, le Républicain Kevin McCarthy est obligé de donner sa démission. Il a été mis en minorité par son propre parti, suite à l'action politique d’un jeune élu trumpiste, Matt Gaetz. Un fait inédit dans l’histoire de la démocratie américaine.

Image
Le "speaker" Kevin McCarthy, élu républicain de Californie se dirige vers la Chambre entouré par la presse le 3 octobre 2023

Le speaker" Kevin McCarthy, élu républicain de Californie se dirige vers la Chambre entouré par la presse et des officiers de police. Le soir même il est destitué par un vote très serré auquel a participé son rival Matt Goetz, élu trumpiste de Floride. Washington 3 octobre 2023

© AP Photo/J. Scott Applewhite
Partager2 minutes de lecture

C'est une première dans l'histoire du Congrès américain: le chef républicain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a été évincé le 3 octobre de son poste, victime de querelles internes à son parti.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Après un débat tendu entre conservateurs dans l'hémicycle, 216 élus ont voté pour le destituer, dont huit républicains, contre 210.

Le "chaos" chez les républicains

Signe des désaccords qui déchirent les républicains, les élus conservateurs se sont succédé dans l'hémicycle pour plaider pour et contre Kevin McCarthy. Le républicain Tom Cole avait prévenu du "chaos" dans lequel la Chambre et les républicains seraient plongés si Kevin McCarthy était destitué.

"Le chaos, c'est le président McCarthy", avait répliqué Matt Gaetz, celui qui a réussi ce fait d’arme.

Kevin McCarthy a annoncé le 3 octobre qu'il ne se représenterait pas, même si les règles parlementaires l'y autorisent.

Une élection fragile

"J'ai été le 55e chef de la Chambre, l'un des plus grands honneurs. J'en ai aimé chaque instant", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, tout en se disant "optimiste" malgré cette débâcle.

Kevin McCarthy avait déjà été élu au forceps en janvier, en raison de la très mince majorité républicaine. Pour accéder au perchoir, il avait notamment dû faire d'énormes concessions avec une vingtaine de trumpistes, dont la possibilité que n'importe quel élu ait le pouvoir de convoquer un vote pour le destituer - ce qu'a finalement fait Matt Gaetz.

"Never-Kevin"

En faisant chuter le président de la Chambre des représentants, Matt Gaetz a vu sa notoriété changer de dimension. C’est lui qui a déposé le 2 octobre la motion de censure qui a permis de destituer Kevin McCarthy 24 heures plus tard. 

Pour réussir ce coup retentissant, l’élu de Floride a rallié un petit nombre de représentants issus comme lui de la frange la plus radicale du Parti républicain; puis ils ont fait basculer la majorité en apportant leurs voix aux démocrates.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Déjà en janvier 2023, lors de la course d'obstacles qu'avait été l'élection de Kevin McCarthy au perchoir de la Chambre, Matt Gaetz s'était illustré parmi les "Never Kevin" (les "anti-Kevin"), des élus qui refusaient de voter pour l'élu de Californie, en qui ils disaient ne pas avoir confiance.

Conduite en état d’ivresse

Avant cet épisode tendu, le nom de Matt Gaetz s'est souvent retrouvé associé à des affaires peu flatteuses, voire criminelles. Il a été accusé d'avoir eu une relation sexuelle avec une jeune fille mineure, une allégation qu'il a récusée en se disant victime de l'establishment. 

Un mode de défense auquel le quadragénaire aux costumes soignés, au sourire d'acteur d'Hollywood et à la mèche toujours impeccablement coiffée, a souvent eu recours. 

Matt Gaetz après avoir émis une motion de censure à l'encontre du "speaker" Kevin McCarthy, le 2 octobre, Capitol Hill, Washington

L'élu républicain de Floride, Matt Gaetz, après avoir émis une motion de censure à l'encontre du "speaker" Kevin McCarthy, le 2 octobre, Capitol Hill, Washington.

© AP Photo/J. Scott Applewhite

On lui a reproché de possibles détournements de fonds publics, des faits visés depuis deux ans par une enquête de la commission d'éthique de la Chambre des représentants. Et puis une consommation illégale de stupéfiants, une conduite en état d'ivresse ou encore d'autres abus incompatibles avec la conduite attendue d'un "congressman".

Sur le plan politique, opposé au droit à l'avortement, ouvertement climatosceptique, défenseur du lobby des armes à feu, propagateur de la théorie complotiste du grand remplacement, Matt Gaetz épouse pratiquement toutes les positions de la droite américaine la plus extrême. 

"C'est dans l'intérêt de ce pays que nous ayons un meilleur ‘speaker’ que Kevin McCarthy", a lancé après le scrutin cet élu de la droite dure américaine qui a déposé le 2 octobre la motion pour destituer le chef de son parti.

"Personne ne (lui) faisait confiance", a-t-il ajouté. "Kevin McCarthy avait fait de nombreuses promesses contradictoires"

L’aide à l’Ukraine en danger

Une destitution qui met en péril l’aide américaine à l’Ukraine.

L'aile droite du Parti républicain s'oppose vivement au déblocage de fonds supplémentaires pour Kiev, estimant que cet argent devrait plutôt servir à lutter contre la crise migratoire à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Un tel vote n'avait pas eu lieu depuis plus d'un siècle aux États-Unis, et jamais aucun "speaker" n'avait été évincé de son poste jusqu'au 3 octobre.

Le président Joe Biden a appelé dans la soirée les élus de la Chambre a élire rapidement un nouveau chef, face aux "défis urgents" auxquels font face les États-Unis.

Mais la tâche s'annonce compliquée pour les républicains, qui se réuniront dans une semaine, le 11 octobre, pour se mettre d'accord sur un nouveau candidat. Un vote devrait avoir lieu le lendemain.