L'île de Nauru rompt ses liens diplomatiques avec Taïwan

Nauru, petite nation du Pacifique, a annoncé lundi la rupture de ses relations diplomatiques avec Taïwan pour établir des liens avec la Chine, une décision aussitôt saluée par Pékin. Le gouvernement de ce pays insulaire ne reconnaîtra plus Taïwan "comme un pays distinct", mais "plutôt comme une partie inaliénable du territoire chinois".
 

Image
Nauru

Drapeaux de Nauru pour le Forum des îles du Pacifique sur la petite nation du Pacifique de Nauru, le 3 septembre 2018. @Jason Oxenham/Photo via AP.

Partager2 minutes de lecture

La Chine considère l'île démocratique et autonome de Taïwan comme l'une de ses provinces, à réunifier par la force si nécessaire.

Nauru a déclaré qu'il "romprait immédiatement ses relations diplomatiques" avec Taïwan et qu'il "ne développerait plus de relations ou d'échanges officiels avec Taïwan".

taïwan

Le vice-président taïwanais Lai Ching-te, également connu sous le nom de William Lai, célèbre sa victoire à Taipei, Taiwan, le samedi 13 janvier 2024. @Photo AP/Louise Delmotte.

Cette décision intervient deux jours après la victoire à l'élection présidentielle taïwanaise de Lai Ching-te qui considère que l'île est indépendante de facto et a promis de la protéger des "menaces et intimidations" de Pékin.

Taipei a déclaré de son côté qu'elle mettait fin à ses relations diplomatiques avec Nauru "pour sauvegarder notre dignité nationale".

"Aides économiques" 

Les autorités du territoire autonome ont cependant accusé la Chine d'avoir offert "des aides économiques" à l'île de Nauru pour l'inciter à basculer ses liens diplomatiques de Taipei vers Pékin.

"La Chine a contacté activement des personnalités politiques à Nauru et a utilisé des aides économiques pour inciter le pays à changer de reconnaissance diplomatique", a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères taïwanais.
Pékin a salué la décision de Nauru qui était l'une des rares nations à reconnaître officiellement Taïwan sur le plan diplomatique.

Quels sont les 12 pays qui reconnaissent Taïwan ?

Avec le revirement de Nauru, seuls 12 pays dans le monde reconnaissent officiellement Taïwan, dont sept en Amérique latine et dans les Caraïbes (Guatemala, Belize, Paraguay, Haïti, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, et Saint-Vincent-et-Grenadines). Le Vativan reste le seul en Europe et l'Eswatini, le dernier en Afrique. Enfin, Palaos, les Îles Marshall et Tuvalu sont trois États d'Océanie à reconnaitre Taïwan. 

"Ce changement n'est en aucun cas destiné à affecter les relations chaleureuses que nous entretenons avec d'autres pays", a déclaré le gouvernement de Nauru dans un communiqué. "Nauru reste une nation souveraine et indépendante et souhaite entretenir des relations amicales avec d'autres pays", a-t-il affirmé.

David Adeang, un vétéran de la politique, a été élu président de Nauru en octobre dernier.
Selon Mihai Sora, spécialiste du Pacifique de l'Institut Lowy, son arrivée à la tête du pays pourrait expliquer ce changement inattendu de la politique étrangère de cet petit pays. "C'est surprenant parce que Nauru, ces dernières années en tout cas, s'est montré très critique à l'égard de la Chine", a-t-il déclaré à l'AFP.

Cette "décision de Nauru (...) n'était pas inattendue" et "aura certainement des répercussions dans le Pacifique.

Anna Powles, experte en sécurité pour le Pacifique à l'université Massey

Avec ce revirement, seuls 12 pays reconnaissent officiellement Taïwan, dont sept en Amérique latine et dans les Caraïbes (Guatemala, Belize, Paraguay, Haïti, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, et Saint-Vincent-et-Grenadines). Le Vativan reste le seul en Europe et l'Eswatini, le dernier en Afrique.

Nauru, qui compte environ 12.500 habitants, est l'un des plus petits pays du monde et se situe à environ 4.000 kilomètres au nord-est de Sydney.