Montréal abrite l'un des meilleurs studios d'effets spéciaux dans le monde : Rodeo FX

Game of Thrones, L’anneau de pouvoir, Stranger Things, Silo, Birdman, Dune 1 et Dune 2... Toutes ces grosses productions hollywoodiennes ont fait appel à la société québécoise RODEO FX. Fondée en 2006 par Sébastien Moreau, l'entreprise montréalaise spécialisée dans les effets spéciaux s’est depuis hissée sur la liste convoitée des quinze meilleurs studios dans le monde. Visite guidée…

Image
Studio Rodeo FX

Un 'créatif' de RODEO FX travaille sur des effets spéciaux.

Catherine François
Partager3 minutes de lecture

C’est au cœur du Vieux-Montréal que sont nichés les bureaux de RODEO FX… En 2006, quand Sébastien Moreau fonde la compagnie, ils n’étaient que trois dans le sous-sol de l’édifice. Ils sont maintenant plus de 700 installés sur plusieurs étages. Et la compagnie compte quelque mille employés dans ses bureaux de Montréal, Québec, Toronto, Los Angeles et Paris (ouvert il y a un an). 

La croissance de RODEO FX a donc été impressionnante. C'est ce que nous explique Isabelle Langlois, sénior vice-présidente et productrice exécutive de RODEO FX :"Rodeo FX, ça vient de Rodeo Drive à Los Angeles, les boutiques de luxe. on voulait créer et être le studio boutique qui offre des effets de très haute qualité. On a eu la chance de travailler rapidement sur des très gros projets américains, et, de fil en aiguille, construire des relations avec les plus gros studios, Warner, Sony, Disney, Marvel. On a continué à faire croître ces relations et à chercher de plus en plus de gros projets, c'est ce qui nous amène là où on est aujourd'hui".

 

Le Studio Rodéo FX à Montréal

Rodeo X  a comme clients les plus grands studios d'Hollywood. 

Catherine François

Un studio fondé par un artiste pour des artistes

Sébastien Moreau est lui-même un artiste qui a fait carrière dans ce domaine passionnant des effets spéciaux, et quand il est revenu s’installer à Montréal pour fonder sa compagnie, il n’avait qu’une seule idée en tête : que son studio soit dédié aux artistes qui allaient y travailler et qu’ils soient au centre de son développement. C’est cette ligne que RODEO FX a suivi depuis : les graphistes, dessinateurs, et autres spécialistes sont la clé du succès de la compagnie. 

Isabelle Langlois précise que le studio fait le nécessaire pour offrir des projets motivants à ses artistes :  "La motivation, ils vont aller la chercher au travers de leurs créations, donc d'être capable de leur fournir du travail sur des projets intéressants, ça fait une grosse différence. On est capable de livrer le niveau de qualité qui est attendu des plus grands studios grâce à nos artistes, on a la chance d'avoir bâti une culture d'entreprise qui est assez exceptionnelle à Montréal, on reste un studio qui est très local, on n'est pas géré par des financiers, alors ça amène une culture qui est différente à celle des autres studios".

On devient assez intimes avec ces monstres qu’on crée, on les connait sous tous les angles, on les anime et on leur crée une personnalité.

Le rôle clé du superviseur

Une culture d’entreprise unique, que confirme Julien Héry, qui a supervisé les effets spéciaux pour la saison 4 de la populaire saison de Netflix, Stranger Things. Pendant deux ans, il a coordonné le travail de plus de 150 personnes pendant deux ans pour créer et animer VECNA, la terrifiante créature. Le superviseur est un chef d’orchestre qui joue un rôle clé dans cette chaine de montage : "On est le lien entre le client et les équipes en interne... on essaie d’être le plus proche de la vision du client tout en favorisant le meilleur environnement pour que les artistes créent le meilleur travail possible et le plus proche de la vision du réalisateur", explique Julien Hery. 

Vecna

Vecna, la créature de Stranger Things, est sortie de l'imaginaire et du talent des artistes de RODEO FX.

Catherine François

"On a des artistes chez Rodeo qui sont vraiment exceptionnels, donc on veut les laisser aller, les laisser s'exprimer pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, ce sont des spécialistes dans leur domaine. On aime bien dire qu'on est des partenaires créatifs aussi, donc on essaie de challenger nos clients, leur proposer de nouvelles idées, les emmener à aller plus loin... on essaie de les aider au maximum », ajoute le superviseur.

Au début, se souvient Julien, les producteurs voulaient une créature qui mesurait plus de 2,5 mètres mais il a fallu les convaincre de lui donner une taille plus humaine car c’est un acteur qui a incarné Vecna. « Je me souviens encore des ongles des pieds de la créature, ce n’était pas très ragoutant", dit Julien en riant. 

"C’est vrai qu’à force, on devient assez intimes avec ces monstres qu’on crée, on les connait sous tous les angles, on les anime et on leur crée une personnalité", explique le membre du studio. Beaucoup des artistes employés par RODEO FX ont d’ailleurs des connaissances anatomiques très poussées et selon la nature de la créature à créer, le studio peut faire appel à des spécialistes de l’anatomie animale. Aucun détail n’est mis de côté dans ce processus de création qui est absolument fascinant.

Rodeo FX

RODEO FX se trouve au cœur de Montréal.

Catherine François

RODEO FX dispose également d’un gros studio dans lequel on expérimente et filme toutes sortes d’effets spéciaux comme faire de la fumée, des incendies, des éboulements de pierres, etc. « On n'a pas peur d'essayer de nouveaux outils, de changer, on n'a pas peur de se tromper, il faut accepter de se tromper, il faut même se tromper, c'est comme ça qu'on s'améliore dans un domaine qui évolue extrêmement rapidement », fait remarquer Julien Héry.

Collection de prix prestigieux

Une main d’œuvre qualifiée et chouchoutée, des moyens techniques considérables où quasiment rien n’est impossible, de la créativité et de l’innovation : RODEO FX offre un produit de qualité à sa douzaine de clients, qui sont principalement les gros studios de cinéma. Une expertise reconnue par des nominations régulières aux Emmy Awards et autres prix prestigieux : "On a gagné pendant trois années consécutives les Emmy Awards des meilleurs effets visuels pour la série Game of Thrones, ça a vraiment aidé à ouvrir ce secteur des séries pour nous » précise Isabelle Langlois. RODEO FX a aussi assuré les effets spéciaux des films Dune du québécois Denis Villeneuve, un « réalisateur fantastique", souligne Isabelle Langlois. 

Produire un long métrage d'animation est l’un de nos objectifs pour les prochaines années. 

"On a fait plusieurs des projets de Denis, c'est une collaboration qui perdure au travers des années depuis ses premiers projets québécois, les films Incendies, Arrival, Blade Runner", précise la vice-présidente du studio. 

RODEO FX compte bien poursuivre sur sa lancée : en plus de continuer à croitre dans le monde des effets visuels, avec notamment les projets d’ouvrir d’autres bureaux dans le monde, le studio montréalais veut aussi élargir son offre de services. « Pendant la pandémie, on a commencé à investir dans l’animation, précise Isabelle Langlois, alors produire un long métrage d'animation est l’un de nos objectifs pour les prochaines années ».

 

Montréal au centre du marché des effets spéciaux. 

Les studios RODEO FX ne sont pas les seuls à être réputés dans l’univers des effets spéciaux, plusieurs autres compagnies québécoises se sont fait un nom dans ce marché très concurrentiel qui compte quelque 2000 entreprises dans le monde. Le positionnement avantageux du Québec s’explique en grande partie par le fait qu’il y a une vingtaine d’années, le gouvernement québécois a mis en place des programmes de crédit d’impôt pour susciter la création de studios et développer ce secteur qui s’est concentré dans la « cité du multimédia », en plein cœur de Montréal. 

En parallèle, des écoles spécialisées ont mis en place des programmes de formation qui offrent à ces studios une main d’œuvre qualifiée et performante. Montréal dispose aussi de plusieurs studios de tournage qui attire des grosses productions, une activité complémentaire à celle des studios d’effets spéciaux. Tout cela crée donc un écosystème qui offre à Montréal un avantage concurrentiel dans ce domaine des effets spéciaux qui, rien que dans la métropole québécoise, emploie quelque 6000 personnes.