Nouvelle-Calédonie : des indépendantistes bientôt incarcérés à des milliers de kilomètres de leur territoire

Plusieurs militants indépendantistes calédoniens, dont Christian Tein, le chef du mouvement soupçonné par les autorités françaises d'avoir orchestré le récent soulèvement contre une réforme électorale, vont être placés en détention provisoire dans l'Hexagone. Leurs avocats se sont dits "abasourdis". 

Image
Habitants Nouméa

Des habitants se rassemblent dans une rue de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le mercredi 15 mai 2024.

AP Photo/Nicolas Job
Partager1 minute de lecture

Ces décisions ont été prises par un juge des libertés et de la détention (JLD), appelé à se prononcer sur le sort des 11 personnes interpellées le 19 juin, dont Christian Tein. Il est considéré comme le dirigeant de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT). Le procureur Yves Dupas confirme des "affectations en métropole" (NDLR : terme utilisé pour désigner la France sur le continent européen), sans plus de précision à l'issue de ces comparutions à huis clos devant le JLD à Nouméa, chef-lieu de l'archipel français du Pacifique Sud.

Incarcérés dans l'Hexagone

Les chefs d'inculpation n'ont pas été précisés. L'enquête vise notamment des faits d'association de malfaiteurs, vols avec armes en bande organisée, complicité par instigation de meurtres ou tentatives de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Christian Tein doit être incarcéré à Mulhouse (est de la France) selon son avocat, Me Pierre Ortent, qui a fait part de sa "stupeur". 

(Re)voir Le Grand angle : la crise en Nouvelle-Calédonie

Une autre mise en cause, Brenda Wanabo, chargée de la communication de la CCAT, doit être placée en détention à Dijon (centre-est), selon son avocat, Me Thomas Gruet, qui s'est dit "extrêmement choqué". Mère de trois enfants, dont le plus jeune a 4 ans, cette militante "qui n'a jamais appelé à la violence", va être séparée de sa famille et est "anéantie", a-t-il souligné. 

(Re)voir Nouvelle-Calédonie : 7e mort et début d'évacuation des touristes

Quant à Frédérique Muliava, directrice de cabinet du président du Congrès de Nouvelle-Calédonie Roch Wamytan, elle doit être incarcérée à Riom (centre), selon son avocate, Me Christelle Affoué, qui dénonce "une décision parfaitement choquante". "S'il s'agissait d'en faire des martyrs de la cause indépendantiste, on ne s'y prendrait pas autrement", commente Me Stéphane Bonomo, avocat d'un autre mis en cause, Gilles Joredie.

Six semaines de tensions

Ces décisions interviennent six semaines après le début des violences qui agitent le territoire français, les plus graves depuis celles des années 1980. Nourries par le vote d'un projet de loi constitutionnel visant à élargir le corps électoral calédonien pour le scrutin provincial prévu fin 2024, ces émeutes ont fait neuf morts, dont deux gendarmes, des centaines de blessés et des dégâts considérables, d'un coût estimé à 1,5 milliard d'euros, selon le dernier bilan. 

(Re)voir Nouvelle-Calédonie : Nouméa, "ville assiégée"

Le projet de loi ayant mis le feu aux poudres a été "suspendu" le 12 juin par le président français Emmanuel Macron, dans la foulée de la dissolution de l'Assemblée nationale.