Pérou : des autochtones occupent une plateforme pétrolière pour protester contre la pollution de leurs terres

Des autochtones ont pris possession d'une plateforme pétrolière et dénoncent les dégâts environnementaux causés à leur territoire. 41 personnes sont retenues.
Image
Des ouvriers nettoient une plage où s'est déversé du pétrole le 18 janvier 2022 (AP Photo/Martin Mejia)
Des ouvriers nettoient une plage où s'est déversé du pétrole le 18 janvier 2022 (AP Photo/Martin Mejia)
Partager2 minutes de lecture

Des militants autochtones ont occupé une plateforme pétrolière en Amazonie appartenant à la compagnie Petroperu et retiennent 41 travailleurs. 

Ils dénoncent les dégâts environnementaux sur leur territoire et réclament que Petroperu nettoie la zone endommagée depuis une fuite de pétrole il y a deux décennies.

Dans un communiqué, l'entreprise indique qu'elle "met en oeuvre toutes les mesures possibles pour obtenir la libération des 41 personnes qui restent privées de leurs droits à la station Morona de l'oléoduc Norperuano" et appelle les manifestant au dialogue.

Une pollution des terres

La station Morona de l'oléoduc Norperuano est située dans une zone reculée de la région amazonienne de Loreto, à quelque 1.000 km au nord-est de Lima.

Les griefs de la communauté autochtone ont été rassemblés dans une lettre envoyée aux autorités péruviennes. Il y est écrit que la compagnie pétrolière "fait obstruction à l'assainissement" de leur territoire contaminé à chaque pluie depuis une fuite, selon eux, dissimulée il y a 25 ans.

Ils assurent également qu'"aucune goutte de pétrole ne passera sur leurs terres" tant que celles-ci n'auront pas été nettoyées.

En septembre dernier, des groupes autochtones avaient déjà protesté en bloquant un cours d'eau affecté par le déversement de brut - provoqué par une rupture de l'oléoduc Norperuano - dans la région sauvage de Loreto dans le nord du pays.

Voir aussi : 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

 

Le 27 septembre, le gouvernement avait décrété l'état d'urgence pour 90 jours dans la zone touchée par la fuite de pétrole sur le territoire des communautés Cuninico et Urarinas, où vivent quelque 2.500 autochtones.

Norperuano est l'un des plus grands oléoducs du pays. Construit il y a quarante ans, il transporte du pétrole brut de l'Amazonie jusqu'à Piura, sur la côte, sur une distance de quelque 800 km