Présidentielle aux États-Unis : qui sont les candidats déclarés ?

Le prochain scrutin présidentiel américain doit se tenir le 5 novembre 2024. Outre l’actuel président Joe Biden et son prédécesseur Donald Trump, une dizaine de candidats sont en lice pour l’investiture démocrate ou républicaine. Qui sont-ils ? Tour d’horizon.

Image
Mike Pence et Donald Trump

Le président Donald Trump et le vice-président Mike Pence dans la roseraie de la Maison Blanche, le 27 avril 2020, à Washington. @AP Photo/Alex Brandon.

Partager3 minutes de lecture

L’affiche de l’élection présidentielle américaine de 2024 sera-t-elle la même que celle de 2020 ? À un an et demi du scrutin, les candidatures pour les primaires républicaines et démocrates se multiplient. Le 5 juin, l'ancien vice-président Mike Pence a déposé sa candidature à la Maison Blanche, selon des documents publiés par la commission électorale fédérale (FEC).

Pour le moment, les candidatures de Donald Trump et Joe Biden, ancien président républicain et actuel président démocrate des États-Unis se démarquent des autres. Côté démocrate, il n’y a pas de candidat alternatif crédible tandis que chez les Républicains, Donald Trump reste le mieux placé, bien que fragilisé. 

Mike Pence rejoint l'arène des candidats républicains

L'ancien vice-président américain Mike Pence a officiellement lancé mercredi 8 juin sa campagne pour l'investiture républicaine à la Maison Blanche, en assurant que le choix pour 2024 était simple entre un Donald Trump "irresponsable" et la Constitution.

Le chrétien conservateur de 64 ans a affirmé que les tentatives de son ancien patron de renverser les résultats de la présidentielle de 2020, perdue face au démocrate Joe Biden, devraient le disqualifier.

Mike Pence a malgré tout tenu à défendre le bilan de la Maison Blanche sous Trump, dont il a été le vice-président pendant quatre ans, affirmant avoir été fier de se tenir aux côtés de l'homme d'affaires devenu chef d'Etat "chaque jour" de son mandat (2017-2021).

Mais il a dit que les limites avaient été dépassées le 6 janvier 2021, le jour de l'assaut du Capitole.

"Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, en ce jour fatidique, les paroles du président Trump étaient irresponsables et ont mis en danger ma famille et tout le monde au Capitole", a-t-il dit devant des partisans à Ankeny, dans l'Iowa.

"Mais le peuple américain mérite de savoir que ce jour-là, le président Trump a aussi demandé que je choisisse entre lui et la Constitution. Maintenant les électeurs devront faire face au même choix. J'ai choisi la Constitution et le ferai toujours", a-t-il ajouté.

Mike Pence

L'ancien vice-président Mike Pence prend la parole le 3 juin 2023, à Des Moines, Iowa. @AP Photo/Charlie Neibergall.

Un opposant crédible

Ron DeSantis, est aussi perçu comme l'une des principaux rivaux de Donald Trump pour l’investiture républicaine. "Je suis candidat à la présidentielle pour mener le grand retour de l’Amérique", déclare le gouverneur de Floride dans une vidéo publiée sur son compte Twitter. À seulement 44 ans, il est vu comme l’étoile montante de la droite dure. 

Tweet URL

En 2018, cet ancien officier de marine avait été élu de justesse à la tête de la Floride, après avoir été soutenu par Donald Trump, dont il partage les idées mais pas les outrances. Depuis, il a pris ses distances et gagné en popularité en multipliant les coups d’éclats ultraconservateurs sur l’éducation et l’immigration. 

Cependant, le gouverneur accuse un sérieux retard face à l’ancien président, selon de nombreuses enquêtes d’opinion. Mais le scrutin reste encore loin, et les sondages peuvent évoluer. Le principal handicap du conservateur : un manque de charisme, pointé de toute part. Le camp Trump n’hésite d'ailleurs pas à l’attaquer de ce côté-là. 

Qui sont les autres candidats républicains ?  

Du côté, républicains, d’autres personnalités ont également déposé leur candidature. Nikki Haley est la seule femme à s’être lancée dans la primaire républicaine. Ancienne gouverneure de Caroline du Sud et ex-ambassadrice des États-Unis à l’ONU, elle a officialisé sa course à l’investiture le 14 février lors d’un meeting organisé à Charleston.

La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.

Âgée de 51 ans, elle a ouvertement critiqué la croisade de Donald Trump sur une supposée fraude éléctorale en 2020 jamais prouvée. Elle n’a toutefois jamais renié le bilan de l’ex-président. 

Le sénateur Tim Scott, également de Caroline du Sud, rêve quant à lui de devenir le premier président républicain noir. En novembre 2022, l’élu de 57 ans évoquait son grand-père, qui avait voté pour Barack Obama. "J’aurai aimé qu’il vive assez longtemps pour voir un autre président de couleur et qu’il s’agisse, cette fois, d’un républicain !"

Tim Scott

Le candidat républicain Tim Scott lors d'une rencontre à Sioux City, dans l'Iowa, le 24 mai 2023. 

AP Photo/Charlie Neibergall

L'ancien gouverneur du New Jersey, le républicain Chris Christie, 60 ans, ancien allié de Donald Trump devenu l'un de ses plus virulents détracteurs, a annoncé le 6 juin se lancer dans la course à la présidentielle de 2024, en se présentant comme le seul candidat capable de tenir tête à l'ex-président.

Chris Christie, encore très bas dans les sondages, a déjà commencé à s'attaquer à Donald Trump, favori des enquêtes d'opinion, le dépeignant mardi lors d'un rassemblement dans l'Etat du New Hampshire devant ses soutiens comme égocentrique et malhonnête.

L’entrepreneur multimillionnaire et auteur Vivek Ramaswamy est également candidat à la primaire républicaine, depuis le 21 février. Il a annoncé sa candidature sur le plateau de la chaîne de télévision FoxNews. L’ancien gouverneur de l’Arkansas Asa Hutchinson est quant à lui candidat depuis le 2 avril. Il revendique une posture anti-avortement. 

Vers un remake de 2020 ? 

Le 45e président américain Donald Trump affiche ses ambitions pour 2024 de longue date. Il a déclaré officiellement sa candidature le 15 novembre 2022. Cerné par les enquêtes judiciaires, l'ex-président s’est jeté à corps perdu dans sa troisième course à la Maison Blanche. Il mobilise sa base qui lui est en grande partie restée fidèle. Il dénonce aussi une "chasse aux sorcières."

L’ex-homme d’affaires de 76 ans avait créé la plus grande surprise politique moderne en remportant la Maison Blanche en 2016. En avril, il a été inculpé de falsification de documents comptables lors d’une audience pénale historique à New York. Il est aujourd'hui visé par 34 chefs d’accusations.

L'ancien président est également inculpé par la justice fédérale pour sa gestion des archives de la Maison Blanche. Donald Trump est désormais le premier ancien président de l'histoire des Etats-Unis inculpé au niveau fédéral. 

La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.

Du côté démocrate, le président Joe Biden a annoncé fin avril être candidat à sa réélection. Il martèle sa volonté de redonner à l’Amérique populaire "oubliée", perturbée par la mondialisation, une place centrale dans la société. 

La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.

Cependant, il est fortement handicapé par son âge. Jamais encore les Américains n’avaient élu un président aussi âgé, jamais non plus un candidat ne leur avait demandé d'occuper la Maison Blanche jusqu’à ses 86 ans.

D’autres candidats pour la primaire démocrate ? 

  • Pour le moment, seuls deux candidats se sont lancés dans la course à l’investiture démocrate face à Joe Biden. 
  • Il y a le neveu de l’ancien président "JFK" Robert Kennedy Junior et l’autrice à succès Marianne Williamson
  • Pour le moment, leurs chances semblent extrêmement minces.