Proche de Xi Jinping, Li Qiang est le nouveau Premier ministre de la Chine

Li Qiang, considéré comme l'un des hommes de confiance les plus proches de Xi Jinping est désormais nouveau Premier ministre de la Chine, au lendemain de la reconduction pour un troisième mandat du président chinois.
Image
LI QIANG
Le nouveau Premier Li Qiang lors de sa prestation de serment le 11 mars 2022.
AP Photo/Mark Schiefelbein
Partager3 minutes de lecture
Li Qiang, 63 ans, ancien responsable du Parti communiste à Shanghai, dont l'image avait quelque peu été ternie au printemps lors du confinement chaotique de sa ville, succède à Li Keqiang, en poste depuis 2013. Après sa désignation, Li Qiang a prêté serment sur la Constitution.

Poing droit levé et main gauche sur le document, il a juré de "travailler dur à l'édification d'un grand pays socialiste moderne". Le Premier ministre chinois est à la tête du Conseil d'État. Sa fonction est traditionnellement associée à la gestion quotidienne du pays et à la conduite de la politique macroéconomique.

Li Qiang, qui avait été propulsé au rang de numéro deux du Parti communiste (PCC) en octobre, ne dispose d'aucune expérience au niveau du gouvernement central, contrairement à la quasi-totalité des ex-Premiers ministres.

Ancien directeur de cabinet de Xi Jinping


Il a cependant accompli un parcours riche au sein de l'administration locale et a endossé d'importantes fonctions de direction dans les riches provinces côtières du Zhejiang et du Jiangsu. Li Qiang était le chef de cabinet de Xi Jinping lorsque celui-ci était à la tête du parti dans le Zhejiang entre 2004 et 2007.

Ses promotions, rapides depuis, reflètent le haut niveau de confiance que lui accorde le numéro un chinois. Samedi au Palais du peuple à Pékin, Xi Jinping et Li Qiang sont  amrs apparus complices au moment du vote, échangeant des amabilités avec le sourire.

Lire : Xi Jinping obtient un troisième mandat de président

Li Qiang prend ses fonctions à un moment où la deuxième économie du monde fait face à un net ralentissement, affaiblie par près de trois ans d'une inflexible politique dite du "zéro Covid". Pour 2023, le gouvernement s'est fixé un objectif de croissance du PIB d'"environ 5%", l'un des plus faibles depuis des décennies.Le Premier ministre sortant, Li Keqiang, un économiste de formation, avait vu ses projets de réformes économiques entravés par l'autorité grandissante de Xi Jinping.

Partisan de la politique "zéro covid"


"Il est peu probable que Li Qiang ait l'autorité nécessaire pour développer davantage" cette voie, indique à l'AFP le politologue Willy Lam, de l'Université chinoise de Hong Kong.

D'autant que Xi Jinping "insiste sur la nécessité d'un contrôle plus strict de l'économie par l'Etat et le parti", à rebours de la pratique en vigueur depuis la fin des années 1970, souligne Willy Lam.

Les députés ont par ailleurs désigné Zhang Youxia et He Weidong comme  vice-présidents de la Commission militaire centrale (dont Xi Jinping est président), Zhang Jun héritant du poste de président de la Cour suprême.

Ying Yong, ancien chef du parti de la province du Hubei (centre) où les premiers cas de Covid-19 ont été découverts, a été élu procureur général du Parquet populaire suprême.

Liu Jinguo devient pour sa part le responsable de la Commission nationale de supervision, l'organisme qui s'occupe de la lutte anti-corruption.