Proche-Orient : qui reconnaît un État palestinien?

En visite en Jordanie, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez s'est dit décidé, selon plusieurs quotidiens espagnols, à accélérer la manœuvre pour que l'Espagne reconnaisse un État palestinien d'ici à l'été. Quels sont les pays qui reconnaissent un État palestinien ?

 

Image
Pedro Sanchez à Ramallah

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, avec le Premier ministre belge Alexander De Croo, rencontre Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, ce 23 novembre 2023. 

Alaa Badarneh/Pool via AP
Partager2 minutes de lecture

Une majorité de pays dans le monde a reconnu de manière unilatérale un État palestinien, alors que les Palestiniens ont officiellement relancé la procédure pour devenir État membre à part entière de l'ONU.

137 pays sur 193 États

D'après le propre décompte de l'Autorité palestinienne, quelque 137 pays sur les 193 Etats de l'ONU ont fait part de leur reconnaissance d'un État palestinien. Ce n'est pas le cas de la plupart des pays d'Europe occidentale, de ceux d'Amérique du Nord, de l'Australie ni du Japon et de la Corée du Sud.

- 1988, déclaration d'indépendance et premières reconnaissances 

-Le 15 novembre 1988, quelques mois après le début de la première Intifada (soulèvement palestinien contre l'occupation israélienne), le dirigeant de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Yasser Arafat autoproclame, à Alger, "l'établissement de l'État palestinien", avec Jérusalem pour capitale, à la tribune du Conseil National Palestinien (CNP) en exil. Quelques minutes plus tard, l'Algérie reconnaît officiellement un "État indépendant palestinien".

Une semaine après, quarante pays, dont la Chine, l'Inde, la Turquie et la plupart des pays arabes, ont déjà fait la même démarche. Suivront presque tous les pays du continent africain et du bloc soviétique.

Dans les années 2010 et 2011 principalement, ce sera au tour de la plupart des pays d'Amérique centrale et d'Amérique latine.

- 2012: un pied dans l'ONU

 -Les Palestiniens lancent aussi une offensive diplomatique au niveau des institutions internationales. Par un vote historique en novembre 2012, ils deviennent un Etat observateur des Nations unies, ce qui, à défaut d'un statut de membre à part entière avec droit de vote, leur donne accès à des agences de l'ONU et des traités internationaux.

Fort de ce nouveau statut, les Palestiniens vont rejoindre en 2015 la Cour pénale internationale (CPI), ce qui permet l'ouverture d'enquêtes pour des opérations militaires dans les territoires palestiniens. Les Etats-Unis et Israël dénoncent cette décision.

L'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) avait ouvert la voie en admettant en octobre 2011 les Palestiniens comme l'un de ses membres à part entière. Israël et les Etats-Unis quitteront l'organisation en 2018, les seconds y reviendront en 2023.

- 2014: la Suède pionnière dans l'UE 

-La Suède, qui compte une importante communauté palestinienne, devient en 2014 le premier pays de l'UE à reconnaître un "État de Palestine", la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie et Chypre l'ayant fait avant de rejoindre l'UE. 

Cette décision de Stockholm, prise à un moment où les efforts pour résoudre le conflit israélo-palestinien semblaient dans une impasse complète, entraîna des années de relations houleuses avec Israël.

L'Espagne n'est pas le seul pays européen à envisager de marcher dans les pas de la Suède. Le 22 mars, Pedro Sanchez a fait une déclaration commune, avec ses homologues irlandais, maltais et slovène, dans laquelle ils se disaient "prêts à reconnaître la Palestine" si "les circonstances sont les bonnes". 

Le président français Emmanuel Macron a aussi franchi un cap en février, estimant qu'une reconnaissance unilatérale d'un État palestinien "n'est pas un tabou pour la France".