Qatargate : le Parlement européen lance une procédure d'urgence pour lever l'immunité de deux eurodéputés

Le Parlement européen annonce avoir lancé une procédure d'urgence, à la demande des autorités judiciaires belges, pour lever l'immunité de deux eurodéputés dans le cadre d'une enquête pour corruption impliquant le Qatar. Selon des sources proches du dossier, les deux élus concernés sont l'Italien Andrea Cozzolino et le Belge Marc Tarabella.
Image
Roberta Metsola
La présidente du Parlement européen Roberta Metsola, le 12 décembre 2022 au Parlement européen à Strasbourg.
AP Photo/Jean-Francois Badias
Partager3 minutes de lecture

À la demande des autorités judiciaires belges, le Parlement européen lance une procédure d'urgence afin de lever l'immunité de deux eurodéputés, dans le cadre d'une enquête pour corruption impliquant le Qatar. Selon des sources proches du dossier, les deux élus concernés sont l'Italien Andrea Cozzolino et le Belge Marc Tarabella. Ils appartiennent tous les deux appartenant au groupe S&D (socio-démocrates).

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Répondant à une requête des autorités judiciaires belges, j'ai lancé une procédure urgente pour lever l'immunité de deux membres du Parlement. Il n'y aura aucune impunité, absolument aucune", indique sur Twitter la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola. "Les responsables trouveront ce Parlement du côté de la loi, écrit-elle. La corruption ne peut pas payer et nous ferons tout pour la combattre."

Mme Metsola communiquera formellement cette demande aux eurodéputés lors de leur prochaine session plénière, le 16 janvier à Strasbourg. La commission parlementaire des Affaires juridiques (JURI) devra ensuite l'examiner, à huis clos, et prononcer une proposition de décision, qui fera in fine l'objet d'un vote de tous les eurodéputés en plénière. La présidente du Parlement "a demandé à tous les services et commissions de donner priorité à cette procédure, en vue de sa conclusion au 13 février", précise le communiqué.

Une affaire de corruption en lien avec le Qatar

Les deux élus concernés, l'Italien Andrea Cozzolino et le Belge Marc Tarabella, sont tous les deux deux  visés dans le cadre de l'enquête qui a conduit les enquêteurs belges à arrêter le 9 décembre la vice-présidente de l'institution, l'eurodéputée socialiste grecque Eva Kaili.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le compagnon de cette dernière, l'Italien Francesco Giorgi, qui est par ailleurs l'assistant parlementaire de Andrea Cozzolino, l'ex-eurodéputé socialiste italien Pier-Antonio Panzeri, ainsi qu'un responsable d'ONG, Niccolo Figa-Talamanca, comptaient également parmi les personnes interpellées. Ces quatre personnalités ont été inculpées pour "appartenance à une organisation criminelle", "blanchiment d'argent" et "corruption", dans un scandale qui a provoqué une onde de choc au Parlement européen et des tensions entre le Qatar et l'UE.

1,5 millions d'euros saisis

Eva Kaili n'a pas bénéficié de son immunité parlementaire car l'infraction a été constatée en flagrant délit. Des "sacs de billets" ont été découverts dans son appartement. Elle a été déchue le 13 décembre de son titre de vice-présidente du Parlement européen par un vote à la quasi-unanimité des eurodéputés. En Belgique, l'enquête a donné lieu à vingt perquisitions entre le 9 et le 12 décembre, y compris au sein du Parlement européen. Le domicile de Marc Tarabella avait été perquisitionné le 10 décembre dans ce cadre, selon une source judiciaire.

Au total, les enquêteurs belges ont mis la main sur 1,5 million d'euros en liquide, d'après une source judiciaire, saisis aux domiciles de M. Panzeri et  de Mme Kaili, ainsi que dans une valise transportée par le père de celle-ci.

Dès le 13 décembre, le Parti socialiste belge avait décidé de suspendre Marc Tarabella de sa qualité de membre. Et le 16 décembre, le Parti Démocrate italien avait annoncé suspendre "à titre préventif" Andrea Cozzolino du registre de ses membres, "jusqu'à la clôture des enquêtes en cours concernant le scandale du 'Qatargate'", de sorte à "protéger l'image du parti".