Royaume-Uni : chaos à la BBC après la suspension de Gary Lineker

Le géant de l'audiovisuel public britannique, la BBC, est sous pression ce 12 mars après le tollé suscité par la suspension de Gary Lineker. Le très populaire présentateur de l'émission sportive et ex-star du football a osé exprimer une opinion politique sur la politique migratoire du gouvernement. Ce qui ravive le début sur l'impartialité du groupe et les critiques au sujet de sa direction.
Image
Gary Lineker pose pour un selfie lors d'un match entre Leicester City et Chelsea au stade King Power de Leicester, sa ville natale, samedi 11 mars 2023. 
Gary Lineker pose pour un selfie lors d'un match entre Leicester City et Chelsea au stade King Power de Leicester, sa ville natale, samedi 11 mars 2023. 
© AP Photo/Rui Vieira
Partager4 minutes de lecture
Aucune sortie de crise ne semble en vue ce 12 mars, deux jours après la tempête déclenchée par l'annonce de la suspension de l'ancien footballeur et présentateur star de la très populaire émission "Match Of The Day" (le match du jour n.d.l.r.).

Voir : Royaume-Uni : l'affaire Lineker secoue la BBC
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
La programmation sportive de la BBC va être chamboulée pour la deuxième journée de suite après la défection de nombreux consultants et commentateurs, "solidaires" de Gary Lineker. Le 11, plusieurs émissions de football ont été annulées à la dernière minute, forçant la BBC à s'excuser auprès des téléspectateurs.

Gary Lineker, 62 ans, a été mis à pied le 10 mars après un tweet critiquant le projet de loi du gouvernement conservateur visant à empêcher les migrants arrivant par la Manche de demander l'asile au Royaume-Uni, un projet dénoncé jusqu'à l'ONU.

(RE)lire : Journée des migrants : "Je suis plus utile dans cette manifestation qu'à regarder le match de foot"

"Black-out à BBC Sport", titre ce 12 mars le Sunday Express alors que l'affaire faisait encore la Une de tous les journaux, dans un contexte de débat très crispé sur l'immigration et de critiques récurrentes de la part de la droite britannique sur une prétendue partialité de la BBC.

Impartialité

Ce matin, le ministre britannique des Finances Jeremy Hunt a affirmé qu'il voulait que "la BBC conserve sa réputation d'indépendance et d'impartialité".
"Lorsque vous m'interviewez, les gens doivent savoir que vous le faites au nom du public, et non pour des raisons politiques", a-t-il dit.

La BBC est régulièrement attaquée par les conservateurs qui l'accusent notamment d'avoir couvert le Brexit de manière biaisée et de s'intéresser aux élites urbaines plus qu'aux classes populaires. Le gouvernement a gelé l'année dernière pour deux ans la redevance.

L'opposition reproche de son côté à la BBC d'avoir plié face à la pression du pouvoir en suspendant Gary Lineker. Les critiques se multiplient aussi contre la nomination en 2021, sur conseil du gouvernement, de Richard Sharp à la présidence de la BBC.

Cet ancien banquier, soutien financier connu du parti conservateur, aurait peu avant sa prise de poste joué les entremetteurs pour aider son ami et ancien Premier ministre Boris Johnson à obtenir un prêt de 800.000 livres (900.000 euros).
"Je pense que le président de la BBC, Richard Sharp, devrait démissionner", estime Ed Davey, le leader des Lib-Dem. "Le gouvernement conservateur sape la BBC depuis plusieurs années, notamment par ses nominations."

Lineker assume

Sous pression, le directeur-général du groupe, Tim Davie, refuse "absolument" de démissionner. Il affirme qu'il souhaite "régler la situation dans le calme" et que "Gary revienne à l'antenne".

Gary Lineker "adore Match Of The Day mais il ne reviendra jamais sur ses propos", a affirmé dans le Sunday Mirror le fils du footballer, George Lineker.

Sur Twitter, où il compte 8,8 millions d'abonnés, Gary Lineker avait dénoncé "une politique cruelle à destination des plus vulnérables, dans un langage qui n'est pas sans rappeler celui qui a été utilisé par l'Allemagne dans les années 1930".
 

Le texte gouvernemental, qui vise selon le gouvernement à mettre fin à l'arrivée illégale de migrants par la Manche, a été dénoncé par l'ONU qui a accusé Londres de vouloir "mettre fin au droit d'asile".

Gary Lineker, surnommé "Mr Nice" pour son comportement irréprochable tout au long de sa carrière - il n'a jamais écopé d'un seul carton jaune -, a l'habitude d'exprimer ses positions politiques progressistes, notamment pour l'accueil des réfugiés.
 

L'ancien attaquant aux 48 buts sous le maillot de l'Angleterre n'a pas réagi publiquement à sa suspension mais avait répété cette semaine qu'il assumait complètement ses propos. Le 11 mars, il est allé à Leicester, sa ville natale où il a débuté sa carrière professionnelle, pour le match des Foxes contre Chelsea en Premier League.

En attendant, les audiences ont explosé pour l'incontournable "Match Of The Day", qui a été diffusé dans un format réduit, sans présentateur ni consultants. Plus de 2,5 millions de téléspectateurs ont regardé, quasi 500.000 de plus que la semaine précédente selon la BBC.