Royaume-Uni : le gouvernement veut interdire aux arrivants de demander l’asile malgré les critiques

Face aux nombreuses critiques, le gouvernement britannique défend son projet de loi controversé sur l'immigration illégale. Ce projet prévoit l'expulsion des migrants arrivés par la Manche sur des petites embarcations et l'interdiction de la demande d'asile. 
Image
Suella Braverman
La ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni Suella Braverman parle à la Chambre des Communes du projet de loi sur l'immigration.
UK Parliament/Andy Bailey/ho photo via AP
Partager3 minutes de lecture

Le gouvernement conservateur est monté au front mercredi pour défendre son projet de loi controversé sur l'immigration illégale face aux nombreuses critiques. Parmi elles, il y a celle de l'ex-footballeur Gary Lineker, désormais présentateur star de la BBC, qui a fait un parallèle avec l'Allemagne nazie.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Avec ce projet de loi, le gouvernement britannique veut tenter de lutter contre la forte augmentation des arrivées de migrants illégaux par la Manche sur de petites embarcations. Il s'agit de l'une des principales promesses du Premier ministre Rishi Sunak.

Il prévoit l'expulsion rapide des migrants arrivés par ce biais et leur interdit de demander l'asile, et ultérieurement, de s'installer au Royaume-Uni ou de demander la nationalité britannique. Il facilite aussi la détention des migrants jusqu'à leur expulsion vers un pays tiers jugé sûr. 

Un texte vivement critiqué

"Les Britanniques en ont assez (...)  Ce n'est pas raciste de dire que nous avons trop d'immigrants illégaux qui abusent de notre système d'asile", insiste la ministre de l'Intérieur Suella Braverman mercredi dans une tribune publiée dans le Daily Mail. Le texte a été vivement critiqué par les associations d'aides aux réfugiés, qui estiment qu'il est contraire au droit international, et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a accusé le gouvernement de vouloir "mettre fin au droit d'asile" dans le pays.

C'est juste une politique incommensurablement cruelle dirigée contre les personnes les plus vulnérables dans un langage qui n'est pas différent de celui utilisé par l'Allemagne dans les années 1930.Gary Lineker, ancien footballeur

Mais ce sont les propos de l'ex-international anglais Gary Lineker qui font la Une de nombreux journaux conservateurs mercredi. "Mon Dieu, c'est plus qu'horrible. Il n'y a pas d'afflux massif (de migrants illégaux) (...) C'est juste une politique incommensurablement cruelle dirigée contre les personnes les plus vulnérables dans un langage qui n'est pas différent de celui utilisé par l'Allemagne dans les années 1930", déclare dans un tweet (supprimé depuis) le désormais présentateur de l'émission "The Match of the Day" sur la BBC, en partageant une vidéo de la ministre de l'Intérieur Suella Braverman défendant le nouveau projet de loi.

Des députés conservateurs réclament des sanctions de la BBC contre l'ancien international anglais. Ils l'accusent d'être allé trop loin.  Interrogée sur la BBC, la ministre de l'Intérieur, déjà critiquée pour de précédents propos sur les migrants, s'est dit "évidemment déçue qu'il puisse comparer nos mesures à celles de l'Allemagne des années 1930". "Je ne pense pas que ce soit une manière appropriée de mener le débat", ajoute-t-elle. "Nous n'enfreignons pas la loi. Nous sommes confiants sur le fait que les mesures que nous avons annoncé hier (le 7 mars) respectent nos obligations légales internationales", déclare-t-elle aussi sur Sky News.

Inquiétudes internationales 

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme s'est dit mercredi "profondément inquiet" du projet de loi britannique contre l'immigration illégale qui prévoit d'empêcher les migrants arrivant par la Manche de demander l'asile au Royaume-Uni et de les expulser "en quelques semaines". "Une telle interdiction générale empêchant les personnes de demander l'asile et d'autres formes de protection internationale au Royaume-Uni serait en contradiction avec les obligations du Royaume-Uni en matière de droits humains et du droit des réfugiés", affirme Volker Türk, dans une déclaration écrite.