Royaume-Uni : l'immigration clandestine au coeur de la campagne

Plus de 10 000 migrants sont arrivés au Royaume-Uni après avoir traversé la Manche depuis le début de l'année, un record atteint en pleine campagne pour les élections législatives du 4 juillet dans le pays. 

Image
sunak

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak lors d'une conférence de presse après le lancement d'une nouvelle législation sur les traversées de la Manche par les migrants, à Downing Street, Londres, le 7 mars 2023.

Leon Neal/Pool Photo via AP
Partager1 minute de lecture

L'immigration clandestine est un sujet majeur dans la campagne qui a démarré officiellement mercredi 22 mai, avec l'annonce de la date des élections par le Premier ministre conservateur en place Rishi Sunak. 

Ce dernier avait promis de mettre fin aux arrivées de migrants en situation irrégulière et en avait même fait une de ses priorités. 

(Re)voir → Royaume-Uni : Rishi Sunak convoque des élections anticipées

Mais vendredi, cinq nouvelles embarcations ont atteint le sud de l'Angleterre, avec à leur bord 288 migrants, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur publiés samedi. 

Nouveau record dans les traversées clandestines 

Depuis le début de l'année, 10 170 personnes sont ainsi parvenues à traverser la Manche. Beaucoup viennent d'Afghanistan, d'Iran et de Turquie. Cela représente une augmentation de plus de 35% par rapport à l'an dernier. 

Le gouvernement conservateur espérait dissuader les migrants de venir au Royaume-Uni avec sa loi visant à expulser des milliers de demandeurs d'asile vers le Rwanda.

(Re)voir → Royaume-Uni : adoption du projet de loi sur l'expulsion de migrants au Rwanda

Jeudi, Rishi Sunak a reconnu que ce projet très controversé ne serait vraisemblablement pas appliqué avant le scrutin. Il a dit vouloir voir les premiers vols décoller après l'élection s'il la remporte.

"Rishi Sunak prendra des mesures audacieuses pour arrêter les bateaux" de migrants, a martelé sur X le ministre de l'Intérieur James Cleverly samedi. 

Tweet URL

Les travaillistes ausi jouent la carte de l'immigration

Les travaillistes, qui ont plus de 20 points d'avance dans les sondages sur les conservateurs, ont eux promis qu'ils abandonneraient la politique d'expulsion des migrants vers le Rwanda, critiquant un "gadget" coûteux et inefficace. 

"Le gouvernement a perdu le contrôle de nos frontières", a déclaré Keir Starmer, le chef de l'opposition et futur Premier ministre si le Labour emporte les élections.

Le parti travailliste estime également que l'immigration est trop importante et a promis de déployer des moyens inspirés de la lutte antiterroriste pour lutter contre les gangs de passeurs.