Royaume-Uni : réactions des dirigeants après la victoire de Liz Truss

Après Margaret Thatcher et Theresa May, Liz Truss devient ainsi la troisième femme à diriger le gouvernement britannique. Elle succède à Boris Johnson, poussé à la démission au mois de juillet. Inde, Allemagne, Écosse : réactions des dirigeants après cette victoire.
Image
liz truss a gagné la primaire pour la présidence du parti conservateur
Liz Truss lors de sa toute première allocution en tant que cheffe du Parti conservateur. Elle a été élue face à Rishi Sunak. Longes, Royaume-Uni - 5 septembre 2022.
AP/Frank Augstein
Partager4 minutes de lecture
Sans surprise, la ministre britannique des Affaires étrangères s'est imposée face à son ancien collègue des Finances Rishi Sunak à la tête du parti conservateur. Liz Truss, 47 ans, a recueilli 81.326 voix (57%) contre 60.399 pour son rival (43%), selon les résultats communiqués par Graham Brady, responsable de l'organisation du scrutin. Un vote par correspondance réservé aux adhérents du parti conservateur a été déclenché par la démission début juillet de Boris Johnson, acculé par les scandales à répétition.

"Je présenterai un plan audacieux pour réduire les impôts et faire croître notre économie", a promis Liz Truss après l'annonce de sa victoire. "Je m'attaquerai à la crise énergétique en m'occupant des factures d'énergie des gens, mais aussi en m'occupant des difficultés à long terme d'approvisionnement en énergie", a-t-elle ajouté, promettant une "grande victoire" à son parti lors des législatives prévues en 2024. 
 
royaume uni liz truss victoire tories parti conservateur
Liz Truss, officiellement élue à la tête du Parti conservateur savoure sa victoire. À ses côtés, son époux Hugh O'Leary. Londres, Royaume-Uni - 5 septembre 2022.
AP/Stefan Rousseau

Ensemble "comme partenaires et comme amis" pour Scholz

Peu de temps après l’annonce de son élection, le chancelier allemand Olaf Scholz a salué la victoire de Liz Truss à la tête du Parti conservateur. Le dirigeant allemand a déclaré avoir hâte de travailler "en ces temps difficiles" avec Liz Truss.

"Le Royaume-Uni et l'Allemagne vont continuer à travailler étroitement ensemble, comme partenaires et comme amis", a ajouté le chancelier sur Twitter.

Un référendum sur l'autonomie de l'Écosse d'ici 2023

La première femme Première ministre d'Ecosse Nicola Sturgeon a mis en avant des “différences politiques profondes” avec la nouvelle dirigeante britannique. “Je chercherai à établir une bonne relation de travail avec elle comme je l'ai fait avec les derniers”, a déclaré la dirigeante écossaise.

Malgré le refus répété du gouvernement britannique, Nicola Sturgeon entend organiser un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse le 19 octobre 2023. Un scrutin qui devrait se tenir neuf ans après la consultation qui s'était traduite par un vote à 55% en faveur du maintien au sein du Royaume-Uni.

L’héritage de Boris Johnson 

Ministre sous Boris Johnson, Liz Truss s’est démarqué par sa fidélité à l’ancien Premier ministre lorsqu’il était empêtré dans des scandales. Lundi 5 septembre, peu de temps après l’annonce de la victoire de son ancienne collaboratrice, Boris Johnson a appellé son parti à l'unité. 

"Il est maintenant temps pour tous les conservateurs de la soutenir à 100%", a tweeté le dirigeant, qui doit présenter mardi sa démission à Elizabeth II, félicitant celle qui va lui succéder et assurant: "Elle a le bon projet pour s'attaquer à la crise du coût de la vie, unir notre parti et poursuivre le grand travail d'unification et de nivellement de notre pays."

Repenser la place du Royaume-Uni sur la scène internationale

L'Ukraine était déjà une priorité pour son prédécesseur, Boris Johnson. Pendant sa campagne, Liz Truss a prévenu qu'elle allait redoubler d'efforts pour la soutenir. "Nous continuerons d'aller plus loin et plus vite pour chasser la Russie de toute l'Ukraine", a-t-elle déclaré en avril, affirmant que les Russes devaient également évacuer la Crimée, annexée en 2014.

À en croire ses propos tenus en tant que cheffe de la diplomatie et sa campagne pour Downing Street, Liz Truss semble aussi prête à en découdre avec l'Union européenne, la Russie et la Chine. Le Premier ministre indien Narendra Modi a salué la nouvelle dirigeante. Il a indiqué qu'il espère avec son élection "le partenariat stratégique global entre l'Inde et le Royaume-Uni sera encore renforcé".
Dans un message publié sur Twitter, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rappelé que "L'UE et le Royaume-Uni sont partenaires. J'attends avec impatience une relation constructive, dans le plein respect de nos accords."