Rugby : le XV de France aborde le test australien, avec le Mondial en ligne de mire

Les tests d'automne débutent, samedi 5 novembre, pour les Bleus, qui affrontent l’Australie au Stade de France (21h). L'occasion pour les hommes de Fabien Galthié de marquer un peu plus leur territoire à moins d'un an d'une Coupe du monde devant leur public.
Image
XV de France
Le XV de France avant la rencontre face au Pays de Galles, à Cardiff, lors du Tournoi des Six Nations, le 11 mars 2022.
Marcio Sanchez (AP)
Partager4 minutes de lecture
Ils l'ont tous "dans un coin de la tête", forcément, mais ne veulent pas encore (trop) en parler. Si proche, si loin, le Mondial-2023 (8 septembre-28 octobre) se dresse, monumental, au bout d'une saison à part dont ils préfèrent aborder progressivement les étapes.

La première se présente, samedi 5 novembre, face aux Wallabies, la dernière équipe à les avoir battus. C'était en juillet 2021, lors d'une tournée estivale amputée de la plupart des cadres.

Depuis lors, le XV de France a enchaîné dix victoires. Parmi celles-ci, une fondatrice à l'automne dernier sur les All Blacks (40-25) et un Grand Chelem dans le Tournoi des Six Nations, le premier depuis 2010.

Libéré d’un poids

Libéré d'un poids avec ce premier titre, après l’avoir plusieurs fois touché du doigt depuis l'arrivée de Fabien Galthié, il y a aussi gagné un nouveau statut sur la scène internationale.

"On est beaucoup plus attendu qu'il y a deux ans. Nos résultats parlent pour nous", assume le meilleur joueur du monde en 2021, Antoine Dupont, conforté comme capitaine malgré le retour de blessure de Charles Ollivon. "On a des bases, on a notre série de victoires qui nous permet d'être forts mentalement et d'avoir une certaine sûreté, appuie le deuxième ligne Cameron Woki. On a cette étiquette de favori, qu'on a envie de conserver. Et pour la conserver, il faut gagner des matches, tout simplement."
Antoine Dupont
Antoine Dupont lors de la rencontre face à l'Irlande, lors du Tournoi des Six Nations, au Stade de France, le 12 février 2022.
Francois Mori (AP)
Après l'Australie et avant le Japon en dessert, les Bleus se mesureront, le 12 novembre, dans la chaude ambiance du Vélodrome de Marseille à la seule nation majeure qu'ils n'ont pas encore accrochée à leur tableau de chasse durant l'ère Galthié : l'Afrique du Sud, championne du monde en titre.

"Pour gagner une compétition, il faut que les mecs se connaissent"

"C'est important d'arriver à la Coupe du monde en se disant qu'on peut battre tout le monde, estime le trois-quarts centre Gaël Fickou. Sans manquer d'humilité, notre but, c'est de gagner les trois prochains matches pour continuer à écrire notre histoire, rester invaincu, passer premier au « ranking ». Tout ça."

Actuellement deuxième du classement mondial derrière l'Irlande après en avoir brièvement occupé la tête, la France avance avec de plus en plus de certitudes sur son jeu et son effectif. 

Le sélectionneur n'a procédé pour les Wallabies qu'à quatre changements par rapport au XV de départ du match du Grand Chelem contre l'Angleterre. Et toutes les modifications ont été dictées par des blessures (Paul Willemse, François Cros, Gabin Villière, Melvyn Jaminet).   

"On voit qu'ils (les entraîneurs) gardent une ossature forte, confirme Fickou. Pour gagner une compétition, il faut une alchimie, que les mecs se connaissent."

Avec Baille et Ntamack

"Cette équipe premium a 87% de victoires, rappelle coach Galthié. Il faut continuer à progresser bien sûr, à créer une émulation. Mais il y a un socle fort, celui de l'expérience collective et de la performance."

Signe de leur importance sous le maillot bleu, le pilier gauche, Cyril Baille, et le demi d'ouverture, Romain Ntamack, débuteront face à l’Australie après quasiment deux mois sans jouer. 

Ils seront relancés directement dans le grand bain international contre des Australiens capables du pire comme du meilleur lors du récent Rugby Championship et victorieux aux forceps de l'Ecosse (16-15) la semaine dernière.

"On connaît bien les Australiens. Ce sont des combattants, des joueurs très durs, des cowboys", dépeint le sélectionneur tricolore, qui se méfie particulièrement de leurs fins de matches.

Avec deux défaites concédées dans les tous derniers instants, ses joueurs avaient payé pour l'apprendre lors de la tournée d'été 2021.
France Australie 2021
L'Australien, Taniela Tupou, exulte après la victoire de son équipe contre la France (33-30), au Suncorp Stadium de Brisbane, le 17 juillet 2021.
Tertius Pickard (AP)