Slovaquie : victoire du parti populiste de Robert Fico

Image
Robert Fico

L'ancien Premier ministre Robert Fico arrive au siège de son parti après la fermeture des bureaux de vote pour des élections législatives anticipées, à Bratislava, en Slovaquie, le 30 septembre 2023. @AP Photo/Darko Bandic.

Partager2 minutes de lecture

Le parti populiste slovaque Smer-SD opposé à l'aide à l'Ukraine, a remporté le scrutin législatif en Slovaquie, selon le décompte de la quasi-totalité des voix. Le scrutin dans ce pays de 5,4 millions d'habitants, membre de l'UE et de l'Otan, est considéré comme déterminant pour savoir si la Slovaquie peut rester sur sa lancée pro-occidentale ou se tourner davantage vers la Russie.

Contrairement aux résultats de deux sondages à la sortie des urnes, le parti de l'ancien Premier ministre Robert Fico a obtenu 23,3% des voix, devançant le parti centriste Slovaquie progressive (PS) soutenus eux par 17,03% des votants, après le décompte de 99,43% des bulletins de vote. Les résultats définitifs sont attendus dimanche matin.

La présidente slovaque Zuzana Caputova a déclaré à l'AFP cette semaine qu'elle confierait la formation du prochain gouvernement au chef du parti vainqueur, indépendamment de sa "préférence personnelle" en tant qu'ancienne membre de la Slovaquie progressive.

Le Smer-SD a déclaré qu'il ne commenterait le vote que plus tard dans la journée de dimanche. Robert Fico a soigneusement évité les journalistes le jour de l'élection.

Le Smer-SD avait promis lors de la campagne électorale d'arrêter l'aide à l'Ukraine voisine.

Au cours d'une campagne électorale houleuse, marquée par des taux particulièrement élevés de désinformation en ligne et qui a donné lieu à plusieurs rixes entre candidats, Robert Fico s'en est pris aussi bien à l'UE et à l'Otan qu'à la minorité LGBTQ.

Il s'est aussi opposé à toute aide militaire supplémentaire à l'Ukraine qui lutte contre l'invasion russe.

Robert Fico a voté dans un village au nord-est de Bratislava, accompagné de sa mère.

"Une Slovaquie sans amateurs"

"En parlant à ma mère, je trouve qu'elle a beaucoup d'expérience et de bon sens, et bien sûr, elle fait les meilleures escalopes", a déclaré Robert Fico dans une vidéo publiée sur Facebook.

Il a souligné qu'il voulait une Slovaquie sans "amateurs et gaffeurs sans expérience qui nous entraînent dans des aventures telles que l'immigration et la guerre".

"Et j'aimerais que les escalopes en Slovaquie soient de plus en plus grandes et non de plus en plus petites", a-t-il ajouté.

Michal simecka

Le chef du parti Slovaquie progressiste Michal Simecka s'adresse à ses partisans au siège de son parti à Bratislava, en Slovaquie, le  30 septembre 2023. @AP Photo/Petr David Josek.

Lors du dépôt de son bulletin de vote à Bratislava, M. Simecka a déclaré qu'il "accepterait le résultat de l'élection avec humilité".

Le vainqueur de l'élection aura besoin de l'aide des petits partis pour former une coalition majoritaire au sein du parlement de 150 sièges.

Le nouveau gouvernement remplacera celui de la coalition de centre droit au pouvoir depuis 2020, qui a changé trois fois en trois ans et qui a fourni une aide militaire et humanitaire considérable à l'Ukraine.

Coalition

La présidente slovaque a déclaré qu'elle chargerait le vainqueur de l'élection de former le prochain cabinet.

Le choix des partenaires de la coalition comprend sept partis, selon le sondage, entrés au Parlement.

Outre les deux vainqueurs, il s'agit de Hlas-SD (15,43%), dirigée par Peter Pellegrini, ancien vice-président de Smer-SD et successeur de M. Fico au poste de chef du gouvernement en 2018, Olano (9,34%, centre), le Mouvement chrétien-démocrate (KDH, 7,14%), Liberté et Solidarité (SaS, libéral, 5,64%) et le Parti national slovaque (SNS, 5,8%), selon les résultats partiels.

Hlas-SD est né en 2020 d'une scission au sein du Smer intervenue deux ans après le départ de M. Fico du poste de Premier ministre à la suite du meurtre du journaliste d'investigation Jan Kuciak et de sa fiancée.

M. Kuciak avait révélé l'existence de liens entre la mafia italienne et le gouvernement de Fico dans son dernier article publié à titre posthume.

La Slovaquie est devenue indépendante en 1993, à la suite d'une séparation pacifique avec la République tchèque, après que la Tchécoslovaquie se soit débarrassée en 1989 d'un régime communiste de quatre décennies.