Soupçons de corruption par le Qatar au parlement européen : ce que l’on sait sur l’affaire

Le parlement européen est secoué par des soupçons de corruption impliquant le Qatar. La police belge a lancé une vaste opération le 9 décembre à Bruxelles. De quoi est-il question ? Qui est mis en cause ? Décryptage

Image
eva kaili
Eva Kaili, vice-présidente du Parlement européen depuis 2022, est soupçonnée de corruption.
AP/Petros Giannakouris
Partager6 minutes de lecture

Qui sont les personnes interpellées ?

Cinq personnes ont été interpellées le 9 décembre dans cette affaire. Dans la soirée, l'eurodéputée socialiste grecque Eva Kaili, qui est une des vice-présidentes de l’assemblée, a été interpellée à son domicile à Bruxelles pour être auditionnée.

Elle est membre du groupe des sociaux démocrates au Parlement. Cela confirme les révélations du quotidien belge Le Soir et de l’hebdomadaire Knack

Une importante perquisition 

  • Seize perquisitions ont eu lieu au total au cours de l’opération de police à Bruxelles.
  • La police a mis la main sur « du matériel informatique et des téléphones portables » mais aussi « environ 600 000 euros en liquide. »
  • Cette somme d’argent a été retrouvée dans un coffre-fort au domicile de Pier-Antonio Panzeri, selon le quotidien belge Le Soir
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Plus tôt dans la journée, quatre hommes ont été arrêtés. Tous sont de nationalité italienne. Le quoitidien belge Le Soir souligne dans son enquête qu’ils sont publiquement impliqués dans des ONG et associations en faveur des droits humains. Parmi eux, le compagnon d'Eva Kaili, Francesco Giorgi, qui est assistant parlementaire, un directeur d'ONG, le dirigeant syndical italien Luca Visentini et l'ancien eurodéputé Pier-Antonio Panzeri qui a siégé de 2004 à 2019. 

Le 11 décembre, Eva Kaili et trois autres personnes ont été inculpées et écrouées en Belgique. Le parquet fédéral n'a fourni, lui, aucun nom en annonçant le placement en détention provisoire de quatre des six personnes interpellées ces dernières 48 heures. Eva Kaili n'a pas pu bénéficier de son immunité parlementaire car l'infraction qui lui est reprochée a été constatée "en flagrant délit" le 9 décembre, explique une source proche du dossier.

Cette source confirme des informations de presse selon lesquelles Eva Kaili était en possession de "sacs de billets" le 9 décembre lorsque la police belge l'a interpellée.

LE SOIR BELGQIUE QATAR
Le Soir, quotidien belge francophone, est à l'origine des réévaltions de soupçons de corruption par le Qatar d'une vice-présidente du parlement européen.
DR.

Que reproche la police belge aux personnes interpellées ?

Dans un communiqué, le parquet fédéral indique que cette enquête vise des faits de « corruption » et de « blanchiment d’argent en bande organisée. » Elle est pilotée depuis quatre mois par un juge financier bruxellois. 

Les soupçons de corruption pèsent sur un « pays du Golfe », qui n’est pas nommé par le parquet financier belge. L’enquête du quotidien Le Soir avec l’hebdomadaire Knack  identifie ce pays comme étant le Qatar. Il est soupçonné d'« influencer les décisions économiques et politiques du Parlement européen, en versant des sommes d'argent conséquentes ou en offrant des cadeaux importants », explique le parquet fédéral. Autrement dit, il est reproché au pays « d’offrir des sommes d’argent importantes ou des cadeaux d’une certaine importance en faveur des positions du Qatar », explique le journaliste au Soir Louis Colart, interrogé sur TV5MONDE. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Quelles ont été les positions du Parlement européen sur le Qatar ?

Le 22 novembre, Eva Kaili déclare que « la Coupe du monde de football au Qatar est une preuve concrète de la façon dont la diplomatie sportive peut aboutir à une transformation historique d'un pays dont les réformes ont inspiré le monde arabe » à la tribune du parlement européen. 

Des eurodéputés du groupe des sociaux démocrates, dont Eva Kaili est membre, avaient voté contre un projet de résolution demandant à la FIFA de prendre en considération les droits des personnes LGBT au Qatar.

Quelles sont les positions des suspects sur les droits des travailleurs au Qatar ? 

Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération syndicale internationale (CSI) fait partie des personnes interpellées dans cette enquête. Plus tôt dans la semaine, il évoquait la situation des travailleurs au Qatar. Il appelle en particulier à « continuer de faire pression sur les autorités et les employeurs » pour de meilleures rémunérations et davantage de mobilité dans le travail.

La polémique des chantiers du Qatar

  • Le Qatar est accusé par de nombreuses ONG de négliger les conditions de travail et de vie des travailleurs migrants des chantiers des stades de la Coupe du monde de football. 
  • En février 2021, le quotidien britannique The Guardian affirme que 6 500 ouvriers sont morts au Qatar depuis l’attribution de la compétition en 2010.
  • Le Qatar dément ces chiffres. 
  • Hassan al-Thawadi, officiel qatari et directeur de l’instance en charge de la construction des stades utilisés pour la Coupe du monde estime qu’il y a eu entre 400 et 500 morts sur ces chantiers. 

De son côté, Eva Kaili affirmait que « le Qatar est un chef de file en matière de droit du travail. »  Elle avait rencontré au Qatar peu avant le début du Mondial de football le ministre qatari du Travail Ali bin Samikh Al Marri. L'élue grecque avait salué à cette occasion, au nom de l'Union Européenne, l'engagement du Qatar à « poursuivre les réformes du travail », selon un tweet de l'ambassadeur de l'Union à Doha Cristian Tudor.

Quelles seront les suites judiciaires ?

Les cinq personnes interpellées doivent être auditionnées. Elles pourraient ensuite être déférées devant le juge d’instruction. Le juge décidera ensuite de possibles mandats d'arrêt.

Qu’est-ce que l’immunité parlementaire ?

  • L’immunité parlementaire est une garantie pour que l’élu « puisse exercer librement son mandat sans s’exposer à des poursuites de nature arbitraire ou politique », indique le Parlement européen sur son site internet
  • Selon l’article 9 du protocole numéro 7, ce principe garantit « l’exemption de toute mesure de détention et de toute poursuite judiciaire. »
  • L’immunité parlementaire peut toutefois être levée si la demande est faite au parlement européen par « une autorité nationale compétente. » 
  • C'est ensuite à la commission des affaires juridiques d’adopter un document de recommandation, qui doit être approuvé par le parlement. 

La vice-présidente va-t-elle démissionner ?

« Pour le moment, elle ne souhaite pas pas céder son siège car elle sait que cela induirait une levée de son immunité parlementaire », indique un élu grec, membre de Pasok-Kinal, le Parti socialiste grec. Le parti souhaitait toutefois que la vice-présidente du Parlement européen cède son siège, suite à la révélation de l’enquête. Eva Kaili a toutefois été « écartée » de Pasok-Kinal. 

Eva Kaili est toutefois démise de ses fonctions de vice-présidente du parlement européen, annonce la présidente Roberta Metsola.

Qui est Eva Kaili ?

  • Eva Kaili est une eurodéputée socialiste grecque. 
  • Depuis 2022, elle est l’une des 14 vice-présidents du Parlement européen. 
  • Jusqu’au 9 décembre, elle était membre du Parti socialiste grec, Pasok-Kinal. 
  • Âgée de 44 ans, elle était auparavant présentatrice télé et a été à la tête du journal télévisé sur la chaîne grecque MEGA Channel entre 2004 et 2007.  

Nikos Androulakis, président de Pasok Kinal déclare sur la chaîne de télévision Antenna que « Mme Kaili agissait comme un cheval de Troie de la Nouvelle démocratie » (droite au pouvoir). « Je l'avais informé qu'elle ne serait plus candidate avec notre parti aux prochaines élections européennes », assure-t-il.

De son côté, le porte-parole du gouvernement grec Giannis Oikonomou dénonce ces propos dans un communiqué. Il les qualifie de « tactique pour rouler dans la boue » le gouvernement. « Le cas de Mme Kaili est dans les mains de la justice et son issue, nous ne la connaissons pas encore », ajoute-t-il.