Troupes occidentales en Ukraine : les Européens réticents à l'idée esquissée par Emmanuel Macron

L'Allemagne et d'autres alliés européens de Kiev ont opposés ce 27 février une fin de non-recevoir aux propos du président français Emmanuel Macron sur l'envoi de troupes occidentales en Ukraine, estimant la veille que cela ne pouvait pas "être exclu".

Image
Emmanuel Macron à la réunion sur l'Ukraine

Le président Emmanuel Macron lors de la réunion sur l'aide militaire à l'Ukraine le 26 février à Paris

AP
Partager2 minutes de lecture

Le Kremlin de son côté a jugé qu'il n'était "absolument pas dans l'intérêt de ces pays" d'envoyer des soldats en Ukraine. Le simple fait d'évoquer cette possibilité constituait "un nouvel élément très important" dans le conflit. C'est ce qu'a ajouté le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, tout en notant qu'il n'y avait "pas de consensus" sur le sujet chez les Occidentaux.

Interrogé sur le risque d'un conflit direct entre l'Otan et la Russie, en cas de présence militaire en Ukraine, Dmitri Peskov a répondu que "dans ce cas, nous ne devrions pas parler de probabilité, mais d'inévitabilité".

Lundi 26 février à Paris, Emmanuel Macron avait reconnu qu'il n'y avait "pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol". "Mais en dynamique, rien ne doit être exclu. Nous ferons tout ce qu'il faut pour que la Russie ne puisse pas gagner cette guerre", a-t-il ajouté, disant "assumer" une "ambiguïté stratégique".

Il s'exprimait à l'issue d'une conférence internationale de soutien à l'Ukraine, organisée à la hâte en France en présence de vingt-sept autres pays, à un moment critique pour Kiev, en attente des armes occidentales nécessaires à sa survie.

Il n'y aura aucune troupe au sol, aucun soldat envoyé ni par les États européens, ni par les États de l'Otan sur le sol ukrainien.

Donald Tusk, Premier ministre polonais

Le chancelier allemand Olaf Scholz a affirmé mardi qu'"aucun soldat" ne serait envoyé en Ukraine par des pays d'Europe ou de l'Otan.

Refus de la Pologne

Il a jugé lors d'une conférence de presse que "ce qui a été décidé entre nous dès le début continue à être valide pour l'avenir", à savoir "qu'il n'y aura aucune troupe au sol, aucun soldat envoyé ni par les États européens, ni par les États de l'Otan sur le sol ukrainien".

Varsovie et Prague ont également opposé une fin de non-recevoir à l'éventualité esquissée par Paris. "On n'envisage pas d'envoyer nos troupes en Ukraine et nous avons sur ce point une position commune" avec la République tchèque, a déclaré le Premier ministre polonais Donald Tusk mardi lors d'une conférence de presse avec son homologue tchèque Petr Fiala.

"Aujourd'hui, nous devrions nous concentrer, comme l'ont fait les gouvernements polonais ou tchèque, à soutenir l'Ukraine au maximum dans son effort militaire", a précisé Donald Tusk.

Ulf Kristersson, Premier ministre de la Suède qui va très prochainement devenir le 32e membre de l'Otan, a fait valoir qu'"il n'y a pas de demande" côté ukrainien pour des troupes au sol. Donc "la question n'est pas d'actualité", a-t-il insisté, sans toutefois exclure cette possibilité à l'avenir.

"Pour l'instant, nous sommes occupés à envoyer du matériel avancé à l'Ukraine (et ce) de différentes manières", a-t-il souligné.

"Mettre fin à la guerre, pas l'élargir"

Budapest, seule capitale parmi les Vingt-Sept à avoir maintenu des liens étroits avec Moscou après le lancement de l'invasion de l'Ukraine il y a deux ans et qui a bloqué un certain temps une nouvelle aide européenne à Kiev, a sans surprise affiché son opposition.

"La position de la Hongrie est claire et ferme : nous ne sommes pas prêts à envoyer des armes ou des soldats en Ukraine. Il faut mettre fin à la guerre, et non l'approfondir et l'élargir", a affirmé mardi sur Facebook son chef de la diplomatie, Peter Szijjarto.

Depuis qu'il a reçu le président ukrainien Volodymyr Zelensky mi-février à l'Elysée pour signer un accord de sécurité bilatéral, Emmanuel Macron peint un tableau très sombre des intentions de Vladimir Poutine et tente de se positionner en première ligne de l'appui apporté à Kiev.

"Nous voyons, et tout particulièrement ces derniers mois, un durcissement de la Russie", "qui s'est malheureusement cruellement illustré avec la mort d'Alexeï Navalny", le principal opposant russe, a-t-il réaffirmé lundi, tout en lançant cet avertissement: "Nous savons aussi que la Russie prépare des attaques nouvelles, en particulier pour sidérer l'opinion ukrainienne".

Au sein de la classe politique française, l'éventualité d'envoyer des troupes en Ukraine a soulevé un tollé chez les oppositions, de la gauche radicale à l'extrême droite en passant par les socialistes et la droite.