En Turquie, le PKK revendique l'attentat suicide dans le centre d'Ankara

Un attentat suicide a frappé dimanche 1er octobre le coeur de la capitale turque, Ankara, à quelques heures de l'ouverture de la nouvelle session parlementaire qui doit valider l'entrée de la Suède dans l'Otan. Le chef de l'Etat, Recep Tayyip Erdogan, devait prendre la parole devant les députés lors de cette session, selon les médias turcs. Dans l'après-midi, l'assaut a été revendiqué par le PKK. 

 

Image
Turquie Ankara lieux de l'attentat

Des policiers démineurs sur les lieux de l'attentat à Ankara, le 1er octobre 2023 au matin.

REUTERS/Cagla Gurdogan
Partager2 minutes de lecture

Selon le ministre de l'Intérieur, deux policiers ont été légèrement blessés dans l'attaque perpétrée par "deux terroristes", dont l'un "s'est fait exploser" et l'autre a été "neutralisé".

L'attentat est survenu dans le quartier des ministères, déserté un dimanche matin sous une pluie battante, et n'a pas fait d'autres victimes. Il a été revendiqué dans l'après-midi par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe armé considéré comme terroriste par la Turquie et des pays occidentaux. "Une action de sacrifice a été commise contre le ministère turc de l'Intérieur par une équipe dépendant de notre Brigade des immortels", a affirmé le groupe armé à l'agence de presse ANF, proche du mouvement kurde.

L'explosion de forte puissance a été entendue à plusieurs kilomètres à la ronde: une vidéo diffusée par l'AFP montre le souffle de l'explosion, suivie de flammes hautes, qui fait voler les arbres alentours.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Deux terroristes se sont présentés à bord d'un véhicule commercial vers 09H30 (06H30 GMT) devant le portail d'entrée de la Direction Générale de la Sécurité de notre ministère de l'Intérieur et ont perpétré un attentat à la bombe", a déclaré le ministre de l'Intérieur Ali Yerlikaya.

"L'un des terroristes s'est fait exploser et l'autre a été neutralisé. Deux de nos policiers ont été légèrement blessés" dans l'échange de tirs, a précisé M. Yerlikaya sur X (ex Twitter).

La préfecture de police d'Ankara a annoncé sur X (ex-Twitter) qu'elle procédait par ailleurs à des "explosions sous contrôle" de "paquets suspects" par crainte d'autres attentats et a appelé les habitants à ne pas paniquer.

De son côté, le parquet général d'Ankara a annoncé l'ouverture d'une enquête et imposé une interdiction d'accès au secteur de l'attentat. Il a aussi demandé à tous les médias locaux, en particulier les télévisions, de cesser immédiatement de diffuser des images du lieu de l'attentat - ce qu'ils ont aussitôt exécuté.

La chaîne privée NTV a fait état de tirs après l'explosion, dans le quartier entièrement bouclé et où de nombreux véhicules de police et ambulances se sont déployés.

La Suède dans l'Otan

Selon NTV, "une voiture grise immaticulée à Kayseri", dans le centre du pays, s'est présentée devant le siège de la police: "Un des assaillants est descendu de la voiture pour ouvrir le feu. L'autre s'est fait exploser juste après", selon la chaîne privée turque.

Le quartier visé abrite de nombreux ministères ainsi que le Parlement prévu pour tenir dimanche à partir de 14H00 (11H00 GMT) sa session inaugurale.

Lors de cette année parlementaire, le Parlement doit valider l'entrée de la Suède dans l'Alliance atlantique. 

Depuis mai 2022, la Turquie fait attendre le pays scandinave en arguant de sa clémence envers les "terroristes" et les mouvements kurdes.

Le Président Erdogan maintient une position ambigüe en faisant valoir que le Parlement est souverain et que lui seul peut décider, ou non, de lever ce véto.

Ankara a été le théâtre de très nombreux et violents attentats au cours des années 2015-2016 revendiqués par les séparatistes kurdes du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan ou par le groupe Etat islamique.

Lors du dernier en date, en mars 2016, une voiture piégée dans le quartier central de Kilizay, avait fait 38 morts et 125 blessés. L'attaque avait été attribuée au TAK, un petit groupe radical proche du PKK.

En octobre 2015, un attentat devant la gare centrale d'Ankara attribué à l'EI avait fait 109 morts.

Le dernier attentat enregistré sur le territoire turc le 13 novembre 2022 , dans une artère commerçante d'Istanbul (six morts, 81 blessés), n'avait pas été revendiqué mais avait été attribué au PKK par les autorités.