Ukraine: la Russie a lancé une offensive terrestre dans la région de Kharkiv

Image
Photo diffusée par la police nationale ukrainienne, le 10 mai 2024, montrant des secouristes sur le site d'un bombardement à Kharkiv, en Ukraine

Photo diffusée par la police nationale ukrainienne, le 10 mai 2024, montrant des secouristes sur le site d'un bombardement à Kharkiv, en Ukraine

National Police of Ukraine/AFP
Partager2 minutes de lecture

La Russie a lancé vendredi une offensive terrestre dans la région de Kharkiv (nord-est) et tenté de "percer les lignes de défense" ukrainiennes, a annoncé le ministère de la Défense ukrainien, affirmant que des combats se poursuivaient.

"Au cours de la dernière journée, l'ennemi a effectué des frappes aérienne dans le secteur de Vovtchansk", frontalier de la région russe de Belgorod, avec des bombes aériennes guidées, a indiqué le ministère.

"Vers 5H du matin, l'ennemi a tenté de percer nos lignes de défense à l'aide de véhicules blindés", a ajouté cette même source, sans clarifier la localisation exacte de cette attaque.

Le ministère a assuré que ces attaques avaient été "repoussées" mais que des "combats de diverses intensités" se poursuivaient et que des "unités de réserve" avaient été déployées pour "renforcer la défense" de la zone.

Une importante partie de la région de Kharkiv avait été occupée puis libérée en 2022. La région frontalière et son chef-lieu du même nom, deuxième ville du pays, étaient ces derniers mois très souvent bombardés.

L'Ukraine s'inquiétait depuis plusieurs semaines d'une potentielle nouvelle offensive russe dans la zone.

Ukraine: les positions des forces militaires

Carte des zones contrôlées par les forces ukrainiennes et russes en Ukraine au 9 mai 2024 à 19h GMT

AFP

Les forces de Moscou "se sont enfoncées d'un kilomètre dans le territoire ukrainien" et essaient d'avancer encore, a déclaré, en parallèle, une source haut placée dans le commandement militaire ukrainien.

L'armée ukrainienne est à la peine sur le front, affaiblie par un manque de recrues et les retards de livraison d'aide occidentale, qui ont notamment vidé ses stocks de munitions.

En face, les forces russes ont revendiqué des gains territoriaux limités, principalement dans l'est, sans toutefois réussir de véritable percée.